lutopium

Archive for juin 2008

Fin de session et vive les vacances!

Posted by lutopium sur 18 juin 2008

Je tenais à vous laisser un petit mot avant de quitter la blogosphère pour m’enrober dans des vacances qui tombent à point.  Ça fait deux ans que je n’ai pas eu la possibilité de profiter de quatorze jours consécutifs sans devoir me rendre au boulot.  Vivement les réductions de personnel, la rentabilité de l’entreprise, la hausse de productivité et le graissage des hauts-dirigeants.

Déjà six mois à commenter l’actualité politique québécoise, quelques fois canadienne, américaine à l’occasion.  À dénoncer les stratégies des partis de droite, l’ambition démesurée de quelques politiciens, le gouvernement invisible.  À espérer la prise de conscience collective, la lutte pour le vrai pouvoir citoyen, la disparition de la pauvreté, une décroissance conviviale…

Tiens, j’aimerais simplement profiter de cette dernière soirée devant l’éditeur WordPress pour vous dire un sincère merci.  Sachez que j’apprécie énormément vos visites, vos commentaires et votre disponibilité.  Merci Louis-Belz, Renart et Jimmy pour m’avoir accueilli chez UHEC :  ce fut le coup d’envoi, l’inspiration, le sentiment d’appartenance.  Merci à tous les autres blogueurs qui laissent leur trace de temps à autre et à qui j’essaie de rendre la pareille le plus régulièrement possible : AntiPollution, Alexis, Manx, AnarchoPragmatique, MFL, Belette, l’Équilibriste, RadiCarl, Pierre JC Allard, Tym Machine, j’en oublie sûrement…  Merci!

Nous partons visiter les parents de ma conjointe dans la vallée de l’Okanagan pour deux semaines.  Je fêterai donc la Saint-Jean Baptiste dans le berceau du conservatisme-religieux canadien…  Heureusement, tout le monde est bien chic et nous fêterons le Québec entre francophones et anglophones.  J’anticipe quelques questions sur la commission Bouchard-Taylor, Hérouxville et le traditionnel « what does Quebec want? ».  J’essaierai d’être accomodant et raisonnable, je serai en vacances tout de même!

Depuis décembre dernier, nous avons eu droit à une scène politique mouvementée.  Ça devrait être intéressant l’automne prochain, profitant d’un climat unique où l’on retrouvera encore les deux paliers de gouvernement en situation minoritaire, un Mario Dumont confus et toujours mal conseillé, une Pauline Marois qui poursuivra sa campagne de séduction, un Stéphane Dion qui ne parvient pas à se greffer une colonne vertébrale et un Gilles Duceppe pensant sérieusement à une retraite bien méritée.  Il ne serait pas surprenant d’assister à la démission de Maxime Bernier comme député, d’apprendre que Steven Guilbeault se lance en politique ou qu’un ami du parti libéral se voit accorder un gros contrat de PPP.

Je profiterai donc de cette pause pour me reposer, retrouver le plaisir des joies de l’été avec mes deux grandes filles, marcher dans les montagnes, partir en canot, profiter des belles plages et tout ce qui passera.  Je reviendrai en grande forme, j’en suis certain.  Prenez garde adéquistes, conservateurs, néolibéraux et exploiteurs de tout gabarit.  De retour dans quelques semaines…

Photo : Graeme Grovum – Flickr

Publicités

Posted in ADQ, Parti Conservateur, Parti Libéral, Parti Québécois, Politique, Uncategorized | Tagué: , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Sommes-nous islamophobes?

Posted by lutopium sur 15 juin 2008

Il y a de ces souvenirs qui s’accrochent à nos mémoires individuelles et collectives…  Mon enfance, et peut-être la vôtre, a été enrobée d’émissions pour enfants, de films de Walt Disney et de dessins animés de toutes sortes.  J’étais, je suis encore, un grand fan de Bugs Bunny et des Looney Tunes.  Autrefois amusants, ces personnages nous rappellent aujourd’hui le contexte historique dans lequel ils ont pris formes et personnalités.

Je me souviens de Popeye, ce courageux matelot qui tentait de nous faire croire que les épinards rendent invicible même s’il faut les avaler d’un coup, directement de la canne de conserve si possible.  Un des épisodes nous transportait dans les contes des mille et une nuits et notre héros américain devait se mesurer à Ali Baba et ses quarante voleurs.  Mes yeux d’enfants ont bien capté le message : les arabes étaient méchants et sans merci.  Gloire à Dieu, Popeye veillait au grain.  Une autre image bien classée dans les tiroirs de l’incompréhension.  Dans mon patelin des années soixante et soixante-dix, c’était Hérouxville.  Il n’y avait que des catholiques-blancs-francophones dans ma petite banlieue.  C’est à la télévision qu’on découvrait le monde!

Les réflexions paternelles alimentaient ce germe d’inexplicable.  Mon père semblait être au courant de tout.  Il prétendait même connaître des gens qui arrivaient de ces contrées lointaines.  Lors d’une traditionnelle balade en voiture, j’aperçois l’enseigne d’un vendeur de chars : Lahoud Automobiles.  À ma grande surprise, mon père est au courant de toute l’histoire derrière ce concessionaire Volkswagen!  J’ai retenu de ses paroles que ces gens faisaient partie d’un groupe étrange, ils n’étaient pas des canadiens-français, ni même des anglais.  Selon lui, ils représentaient la « pire » espèce : les syriens.  Un peu plus tard, j’ai appris que la famille Lahoud était d’origine libanaise, ce qui confirmait que mon père atribuait une trop grande importance aux commérages.  Trop tard, le dommage était fait.  Pas surprenant qu’il soit devenu un disciple d’André Arthur…

Comment ai-je réagi aux attentats de l’OLP aux jeux olympiques de 1976?  Quel impact ont pu avoir les caricatures de Yasser Arafat présentées par les Bleu Poudre?  Pourquoi ai-je douté de l’innoncence de Maher Arar lorsqu’on a découvert son incroyable histoire de déportation et de torture?

On ne peut pas nier que l’incompréhension que manifestent les nord-américains envers le monde arabe est pire que jamais, surtout depuis les évènements du 11 septembre 2001.  Avez-vous remarqué le nombre grandissant de blogues politiques « de droite » qui affichent des logos qui prônent un support incontesté envers Israel et même la promotion de la guerre contre les talibans?  Comment expliquer la réaction de millions d’américains qui sont clairement inconfortables avec le passé religieux de Barack Obama?  L’aspirant à la présidence des Etats-Unis n’a même pas été en mesure de court-circuiter le débat.  Il le sait très bien : impossible de coucher à la Maison Blanche si vous êtes associé de près ou de loin à Mahomet.  Seuls les chrétiens peuvent devenir le commandant en chef de l’armée américaine.  Surtout lorsque ses généraux et lieutenants sont en guerre contre le terrorisme, encore incarné aujourd’hui par le fantôme des conflits internationaux : Ben Laden.  Leur promotion de la « démocratie » et du libre-marché est incompatible avec le dialogue, il faut écraser ces gens qui refusent l’évangélisation néoconservatrice.

Avez-vous entendu parlé d’un antidote à ce lavage de cerveau?

Photo : Spiff 27 – Flickr

Posted in Éducation, Guerre, Médias, Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 10 Comments »

Sommes-nous prêts pour de vrais changements?

Posted by lutopium sur 14 juin 2008

Un petit samedi matin tranquille.  Lendemain de veille.  Après avoir trouvé une graine de courage, je me suis finalement levé du sofa pour faire le café.  Les deux petites Advil font effet et le mal de bloc s’évapore.  La vie continue.  La cuisine donne l’image d’un champ de bataille.  Pas le choix, un ménage s’impose…  Ça sera pour plus tard, je choisis de m’évacher devant le téléviseur.

Heureuse coincidence.  Au gré de la télécommande, je tombe sur une entrevue avec Harry Belafonte, invité à l’émission « Our World » à CBC Newsworld.  Même si le type a vieilli un brin, des souvenirs réapparaissent.  Dans les années soixante, Belafonte et Sidney Poitier représentaient pour plusieurs l’exception de la règle.  La commauté noire américaine était la grande absente du cinéma et de la télévision.  Les jazzmen commençaient à peine à recevoir une forme de respect.

De la hauteur de ses 81 ans, Belafonte connaît bien l’Amérique.  Pour lui, l’opportunité qui est offerte à Barack Obama par le peuple américain est un événement important pour son pays et toute la planète.  Il nous rappelle que certains présidents américains ont fait preuve de courage afin d’apporter de grands changements : F.D Roosevelt et son New Deal ont révolutionné le rôle de l’état en temps de crise, John Kennedy a su redonner espoir aux américains.  L’acteur était un bon ami de Martin Luther King et a souvent endossé des causes politiques et pacifistes sans craindre les réactions de l’industrie du spectacle.

Harry Belafonte est convaincu que le peuple peut briser l’ordre des choses.  Mais il demande aux citoyens s’ils sont vraiment prêts à provoquer de vrais changements.   Pour lui, la constitution américaine est claire : le pouvoir est au citoyen.  Il nous rappelle que le peuple a le pouvoir d’élire des représentants et de leur retirer ce pouvoir lorsque nous en avons l’occasion.  Les élections présidentielles de l’automne prochain sont donc cruciales : un vote pour Obama pourrait devenir la porte de sortie vers de vrais changements.  Le moment est approprié : le prochain président des Etats-Unis aura le pouvoir de retirer les troupes de l’Irak, il pourra tourner le dos au lobby des pétrolières, il devra enrayer la pauvreté, les injustices et la violence.  Comme nous le rappelle Belafonte, il n’est pas normal que la plus grande puissance économique et militaire au monde compte plus de citoyens en prison que dans les universités…

La globalisation des marchés devait faciliter la répartition de la richesse, enrayer la pauvreté et garnir les assiettes des plus démunis de la planète.  La population de rend bien compte que la situation est toute contraire!  Si les américains veulent de réels changements, ils devront donner une chance à Obama tout en le rappelant à l’ordre régulièrement.  Les canadiens eux devront se débarasser des conservateurs et exiger un vrai programme de réduction des gaz à effet de serre, une meilleure répartition des richesses et une vraie reconnaissance aux peuples amérindiens.  Les québécois devront préciser un jour ce que signifie réellement leur soif de solidarité et la définition de leur richesse collective.  Il nous faudra bien choisir un jour entre nos obsessions égoistes et une authentique justice pour tous, sans aucune exception.

Photo : Filipe Moreira – Flickr

Posted in Économie, Environnement, Guerre, Politique | Tagué: , , , , , , , , , | 4 Comments »

Le sexe dans les médias : la complicité androgyne

Posted by lutopium sur 13 juin 2008

Après avoir lu quelques pages de l’avis « Le sexe dans les médias : obstacle aux rapports égalitaires » – rendu public mercredi par le Conseil du Statut de la Femme – je me suis demandé qui pouvait bien profiter du commerce du sexe auprès des adolescentes alors que la grande majorité des honnêtes gens ne peuvent renier les excès et les méfaits d’une industrie qui semble hors contrôle.

Évidemment, la grande majorité des hommes d’affaires banaliseront le phénomène en portant leur attention sur les profits et le retour aux actionnaires.  C’est en pensant aux femmes qui sont impliquées dans cette industrie que m’apparaissent certains paradoxes de la société québécoise.  Comment doit-on se comporter lorsqu’on est la seule représentante de la gent féminine sur le conseil d’administration du plus important éditeur de magazines destinés aux adolescentes ?  J’aimerais bien demander à Mme Françoise Bertrand si les revues Star Système et Cool sont consultées par les jeunes filles de son entourage familial et si les clichés photographiques ont un impact sur leur comportement.  Même si je comprends l’importance de participer à la réussite de l’empire Quebecor et de son rôle en tant que présidente de la Fédération des chambres de commerce, je n’arrive pas à saisir pourquoi elle accepte d’être complice dans ce marchandage anorexique.

En tant que femme, est-ce que Julie Snyder est confortable avec la promotion du rêve hollywoodien?  Comment peut-elle faire croire aux jeunes filles que tout est possible si elles ont un beau corps et une facilité à décrocher un sourire insignifiant sur demande?  On dirait bien que Mme Snyder et l’équipe de production du Banquier prennent les gens pour des valises.  Nous faire croire qu’un passage à un quiz peut conduire vers une carrière internationale de mannequin, c’est vendre un  rêve impossible.

C’est probablement le plus grand malaise que l’on retrouve dans les magazines pour adolescentes et dans certaines émissions de télévision : le culte de la vedette.  Il ne faut donc pas sous-estimer l’impact de cette obsession dans les problèmes soulevés par le Conseil du Statut de la Femme.  Rêver de devenir mannequin, interprète ou actrice sera malheureusement associé aux modèles propagés par l’industrie : minceur, beauté et apparence « sexy » comme le suggèrent la majorité des stars présentées dans ces revues et émissions de télévision.  Le vrai talent perd son importance pour faire place à l’image facilement commercialisable.  Une société est malade lorsque ses symboles de réussite sont personnifiés par des Paris Hilton et des Britney Spears…

Une des recommandations de l’avis du CSF vise dans le mille : « Le Conseil souhaite voir se resserrer les règles d’application des normes en matière de stéréotypes sexuels dont se sont dotés les diffuseurs et l’industrie de la publicité ».  L’industrie pourra certainement réaliser ses profits sans pour autant court-circuiter la croissance naturelle des adolescentes.  J’espère que les femmes qui œuvrent dans ces domaines sauront rappeler à leurs confrères assoiffés de fric et de gloire que la diffusion d’images artificielles et le culte du vedettariat peuvent détruire cette belle période qu’est l’adolescence.

Illustration : Sebastian Fritzon – Flickr

Posted in Médias, Politique | Tagué: , , , , , , , | 9 Comments »

Jean Charest et le libre-échange des gaz

Posted by lutopium sur 4 juin 2008

Personnellement, je suis loin d’être convaincu de l’efficacité d’un système de plafonnement et d’échange de gaz à effet de serre (GES), comme celui annoncé à grandes pompes par Jean Charest et Dalton McGuinty cette semaine.  À l’exception de la conférence de presse de lundi dernier, de quelques communiqués évasifs et de légères entrevues avec les deux premiers ministres provinciaux, nous n’avons pas encore accès aux détails concernant cette initiative.  J’ai lu quelque part que le système pourrait être instauré quelque part en 2010…

Je ne comprend pas encore tout à fait comment ce système se compare à la Bourse du Carbone de Montréal, son lancement la semaine dernière semblait faire consensus entre Québec et Ottawa …  Évidemment, je juge qu’il est essentiel que les règles gouvernementales reliées aux émissions de GES doivent être plus sévères, mais il faudrait qu’on m’explique la différence entre un système d’échange de crédits et une bourse du carbone…  Ne me dites pas qu’un système permet de percevoir des taxes et que l’autre contribuera à créer de la richesse…  Manx, Jimmy : aidez-moi!

Doit-on comprendre que la réaction du parti conservateur confirme que l’Alberta n’est pas prête à réduire sérieusement les émissions de GES alors que les deux provinces rebelles et pollueuses songent sérieusement à forcer le jeu?  On est en droit de se poser la question si on porte attention à la liste des grands pollueurs canadiens : sur les 500 mauvais garçons, le Québec en compte 80, soit 16%.  L’Ontario quant à elle héberge 90 grands pollueurs, 18% du total canadien.  C’est la riche albertaine, fière de ses sables bitumineux qui remporte la « na-palme »: 32% des plus importants pollueurs se trouvent sur son territoire avec 160 malfaiteurs…  Alors que le Québec et l’Ontario doivent convaincre les alumineries et les papetières à investir pour réduire leurs émissions – en plus d’une usine de charbon ontarienne qui cause de sérieux problèmes à M. McGuinty – l’Alberta devra un jour négocier avec les riches et puissantes pétrolières.  Lors de la prochaine campagne électorale, ce sera un problème politique énorme pour les conservateurs canadiens.

Est-il également permis de croire que les libéraux québécois et ontariens aient décidé d’unir leurs forces afin d’affaiblir les conservateurs?  Suite aux nombreuses erreurs de parcours des troupes de Stephen Harper, cette soudaine amitié entre messieurs Charest et McGuinty donnera des maux de tête aux relationnistes conservateurs et ne nuira certainement pas à Stéphane Dion, qui prend tout ce qui passe…

Comment cette annonce peut-elle me convaincre que les alumineries et papetières québécoises se plieront aux exigences gouvernementales sous le règne d’un premier ministre qui leur est tellement sympathique?  Si l’état québécois n’est même pas capable de s’assurer qu’elles paient leur juste part d’impôt, s’il semble plier à leur moindre caprice – surtout lorsqu’une d’elles menace se s’installer ailleurs – comment pouvez-vous nous assurer qu’elles prendront les mesures nécessaires pour réduire leurs émissions de GES?  Permettez-moi d’en douter. 

Dites-moi M. Charest: le libre-échange avec l’Europe serait-il néfaste pour la réduction des gaz à effet de serre?

Illustration: headhead – Flickr

Posted in Économie, Environnement, Parti Conservateur, Parti Libéral | Tagué: , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Julie Couillard et le cynisme politique

Posted by lutopium sur 1 juin 2008

On croyait que le spectacle donné par la commission Gomery donnerait la leçon aux politiciens et aux organisateurs politiques.  Comme beaucoup de québécois et canadiens, j’étais convaincu que la vie politique serait un peu plus calme, voire dénudée de ses scandales après le départ de Jean Chrétien et de Paul Martin.  Pendant un moment j’ai cru au sérieux des nouveaux arrivants qui semblaient déterminés à imposer une bonne gestion des finances, des attributions de contrats en règle, et une tonne de bonnes intentions…  Ai-je également le souvenir de conservateurs arrogants envers les journalistes et les fonctionnaires, exigeant la saine gouvernance des institutions politiques et de l’appareil gouvernemental?  Les nouveaux conservateurs canadiens, rejetons du parti de la réforme, grands défenseurs des droits familiaux et des libertés individuelles sont-ils en train de réaliser que l’ambition personnelle, les fausses raisons et même la corruption sont toujours attirés par le pouvoir, peu importe la couleur du parti?

Je lisais Martin Masse sur son blogue Le Québécois Libre qui décide de prendre la défense de Maxime Bernier – peut-être inspiré d’un sentiment de confrèrerie iedmiste – en nous rappelant que certains considèrent qu’il a été un bon ministre de l’Industrie.  Que grâce à lui, l’industrie de la téléphonie est maintenant plus concurrentielle et profite aux consommateurs.  C’est bien peu devant toutes les gaffes qu’il a accumulé comme ministre des Affaires Extérieures.  Non, on ne peut excuser une série de maladresses comme l’affaire du Jos Louis, se tromper sur le nom d’un président, un manque de vigilence flagrant sur son entourage immédiat ou en s’impliquant dans les affaires internes de l’Afghanistan comme un amateur.  C’est peut-être un gars fort sympathique et compétent dans certains domaines mais il doit maintenant avouer qu’il aurait pu faire mieux.  S’il ne se sentait pas à l’aise avec la diplomatie internationale, il se devait d’en informer Stephen Harper.  Si M. Bernier a pensé à le faire, le blâme revient également au premier ministre, même si l’intention était de séduire les québécois.

Messieurs les politiciens, svp remettez un peu d’ordre dans la cabane.  Les citoyens commencent à en avoir ras le bol de cette politicaillerie.  Vous nous demandez d’être plus productifs, mieux organisés et plus respectueux…  Montrez l’exemple!  Reprenez vos esprits.  Vous avez tout l’été devant vous!

Photo: andertoons – Flickr

Posted in Parti Conservateur, Politique | Tagué: , , , , , , , , , | 7 Comments »