lutopium

Posts Tagged ‘Afghanistan’

Éviter la crucifixion

Posted by lutopium sur 11 avril 2009

« … Comprennez-moi bien: les relations entre l’Amérique et la communauté musulmane, le monde musulman, ne peuvent pas et ne seront pas seulement influencées par notre opposition au terrorisme. Nous désirons atteindre une entente en respect de nos intérêts mutuels. Nous écouterons attentivement, nous tenterons d’éclaircir les incompréhensions et nous rechercherons une entente. Nous serons respectueux, même lorsque nous ne serons pas d’accord. Nous confirmerons notre appréciation profonde pour la foi islamiste en reconnaissant sa contribution dans l’évolution de notre monde depuis des siècles et ce, même dans mon propre pays. Les États-Unis ont été enrichis par la contribution des américains musulmans. Plusieurs américains comptent des musulmans dans leurs familles et d’autres ont vécu dans des pays à majorité musulmane. Je le sais parce que je suis l’un d’eux… » – Discours de Barack Obama devant le Parlement Turc, le 6 avril 2009.

Je suis de ceux qui croient que ce pays peut jouer un rôle extrêment important en Afghanistan. Comme le souligne Le Figaro dans son édition du 6 avril dernier, «la Turquie a une valeur ajoutée évidente pour les Américains qui veulent renouer avec le monde islamique. La diplomatie turque, qui repose sur le concept « zéro conflit avec nos voisins« , a conduit Ankara à se rapprocher de l’Iran et de Damas, à parrainer des négociations de paix indirectes entre Israël et la Syrie, à favoriser la coopération afghano-pakistanaise… Les Turcs sont bien placés pour servir d’intermédiaires dans de nombreux dossiers prioritaires de Barack Obama

Les liens historiques avec l’Afghanistan remontent aux années 1930 quand la jeune République turque avait apporté son soutien à la construction de l’État afghan. L’engagement actuel de l’armée turque en Afghanistan s’inscrit dans le cadre de cette longue tradition. Au mois d’août, la Turquie doit prendre, pour la troisième fois, le commandement de l’Isaf, la force internationale de l’Otan. Neuf cents soldats turcs, qui ne participent pas à des opérations de combat, sont actuellement engagés à Kaboul et dans sa région. »

Lors de sa fondation en tant que république, la Turquie s’est assurée de séparer l’État de l’emprise de la religion. Cette décision historique pourrait inspirer une partie de la société civile afghane de reconstruire leur pays dans le respect de la loi et de l’égalité. Il est primordial pour cette partie du monde de consolider les croyances religieuses et les règles fondamentales du vivre-ensemble afin de mettre fin à ce conflit qui a déjà fait des milliers de victimes. Les disciples de Sayyid Qutb pourront continuer de tourner le dos au mode de vie occidental mais devront accepter que l’application de la sharia ne fait aucun sens. Pour contrer efficacement les délires de certains talibans, les Afghans doivent accepter l’aide internationale. La Turquie pourrait certainement modifier le cours des choses. Si les américains ne parviennent pas à former adéquatement l’armée afghane – celle qu’on appelle parfois « l’armée du hachisch », peut-être les turques auraient-ils plus de succès à rallier les Afghans déterminés à se donner un véritable pays.

Mieux que quiconque, Barack Obama peut contribuer à rallier la communauté internationale. Il a l’opportunité de faire oublier ses prédecesseurs. Il semble être prêt à déployer beaucoup d’efforts pour qu’on oublie celui qui baignait dans le mensonge permanent. Il démontre une approche pragmatique, contrairement à l’ancien président démocrate qui a perdu la confiance de ses concitoyens en pratiquant l’adultère. De plus, il devra être prudent lorsqu’il donnera les directives à son armée qui n’hésite pas à tuer des civils en justifiant la guerre contre les terroristes. Il ne pourra pas protéger les voleurs de Wall Street indéfiniment car les honnêtes gens perdront confiance en son habileté à calmer les ambitions des maîtres de l’économie qui court-circuitent les efforts de paix mondiale.

S’il peut respecter quatre des dix commandements du décalogue, il pourra peut-être contribuer à modifier le cours de l’histoire.

Illustration: omphale – Flickr

Posted in Guerre, Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Obama et l’Afghanistan: la tradition américaine

Posted by lutopium sur 9 avril 2009

Ce billet est publié simultanément sur le blogue collectif « Les 7 du Québec ». Vous êtes invités à laisser vos commentaires sur ce site.

Encore une fois, les récentes positions de l’administration Obama refroidissent l’ardeur des cercles progressistes américains. Alors que les dernières semaines nous ont fait découvrir la réaction de la Maison Blanche face aux énormes difficultés que traverse l’économie américaine et mondiale, voilà que la stratégie envers l’Afghanistan se précise, provoquant encore une fois l’éloignement de cette gauche qui n’est pas nécessairement fidèle au parti démocrate.

Beaucoup de progressistes américains ont appuyé l’équipe Obama lors des élections de l’an dernier. Non seulement voulaient-ils couper définitivement les ponts avec le style néoconservateur, un grand nombre d’américains ont cru à de nouvelles idées, une nouvelle approche, la fin d’un mauvais rêve et l’apparition de tous les espoirs. Lorsqu’Obama s’est approché du pouvoir, on avait l’impression que le programme du « Project for a New American Century » serait relégué aux oubliettes, qu’on s’en inspirerait pour écrire un film d’horreur de série B, que les américians pouvaient maintenant passer à autre chose..

Cependant, Barack Obama ne trahit pas les positions qu’il avait confirmées lors de la campagne présidentielle. Il a toujours proposé d’augmenter les effectifs militaires en Afghanistan tout en poursuivant la lutte contre les mouvements terroristes. Les grands discours philosophiques en ont impressionnés plusieurs, on a peut-être manqué l’essentiel du message…

Après avoir très modestement célébré le cinquantième anniversaire de l’OTAN, Obama n’a pas réussi à convaincre l’Europe de participer plus activement aux opérations militaires. On peut comprendre que pour un bon nombre d’Afghans, c’est une occupation américaine plus importante que jamais et ce, sous l’égide dépassée d’une force inter-continentale qui n’a plus sa raison d’être. Pour des raisons politiques et, certes, des idéologies religieuses, plusieurs d’entre eux ont lutté contre l’envahissement de l’URSS. Aujourd’hui, pour des raisons similaires, d’autres se joignent à leurs frères et leurs pères pour résister aux américains.

Obama a donc décidé d’ajouter 20,000 soldats à la force de frappe américaine. Plusieurs activistes et analystes politiques, normalement sympatiques aux idées progressistes, ont interrogé la stratégie de l’administration américaine. Sur les ondes de Democracy Now!, Noam Chosky nous rappelait que le prestigieux Foreign Affairs suggérait récemment que « les États-Unis doivent réorienter leur stratégie afin d’impliquer sérieusement l’Iran, l’Inde, la Russie et la Chine afin qu’ils participent à la mise au point d’une solution régionale. » L’article de Barnett Rubin et Ahmed Rashid soulignait également que cette solution doit prévoir un espace dans lequel les Afghans pourront discuter et s’entendre sur l’avenir de leur pays et le partage des pouvoirs.

Dans une entrevue qu’il accordait au magazine The Nation, Lakhdar Brahimi, ancien représentant de l’ONU pour l’Afghanistan et le Pakistan, précise que « …les Afghans savent très bien faire la distinction entre une force militaire amie et une force d’occupation. Au début, la Force internationale de sécurité et d’assistance (ISAF) était perçue comme une force amie; la population la soutenait et elle n’était l’objet d’aucune attaque. Mais je crois que l’OTAN, depuis 2003, ne s’est pas très bien comportée, et un nombre croissant d’Afghans la considérent aujourd’hui comme une force d’occupation. »

L’Afghanistan n’est pas un pays avec une tradition islamiste homogène ou une culture prédominante. Nous sommes loin d’un consensus au sein de la population et les forces en présence sont nombreuses. Il faudra donc trouver un équilibre entre la soif de faire la promotion de la sacro-sainte démocratie et notre inconfort devant l’impopularité de notre mode de vie occidental. Comment pouvons-nous refuser aux Afghans le choix de vivre autrement? Nous devons d’abord assurer la paix et la tranquilité au peuple afghan. Lorsque la confiance sera gagnée, nous pourrons tenter de les convaincre que la charia ne fait aucun sens. En espérant que cette tendance gagne du terrain ailleurs sur la planète.

Si Obama ne fait laisse pas entrevoir de sérieux progrès prochainement, une autre partie de la gauche américaine pourrait sombrer dans le désespoir.

Photo: johnnyrafoss – Flickr / Vidéoclip: bande annonce du documentaire « Rethink Afghanistan » de Robert Greenwald

Posted in Guerre, Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Le magasin de Walter et les réalités de la droite

Posted by lutopium sur 17 octobre 2008

Pour Walmart, $22,000 par année c’est trop!

Wal-Mart a annoncé jeudi la fermeture de son atelier automobile rattaché au magasin de Gatineau, où les employés s’étaient syndiqués et venaient d’obtenir une première convention collective.

Le géant du commerce de détail a justifié sa décision en affirmant qu’il ne pouvait accepter « une convention collective irréaliste » qui comprend des augmentations de salaire pour ses cinq employés du garage… qui auraient entraîné une hausse des prix de 30 pour cent pour les clients du garage.

Le directeur des affaires corporatives de Wal-Mart pour le Québec, Yanik Deschênes, affirme que les salaires de ces employés seraient ainsi passés de 8,75 $ l’heure à 11,36 $ l’heure.  Je boycott Walmart depuis des années… et vous? Article complet chez matin.qc.ca.

Un gourou de la droite canadienne ne croit plus aux conservateurs

Suite à un billet lancé par David Frumm, ancien conseiller de George W. Bush, un ancien exécutif de la coalition canadienne National Citizens (dont Stephen Harper fut le président de 1998 à 2002) déclare que les conservateurs ont raté leur rendez-vous avec le pouvoir et qu’ils n’auront pas une troisième chance. Toujours très actif au sein de la droite canadienne, Gerry Nicholls prédit même l’élection de Bob Rae comme Premier Ministre aux prochaines élections.

La droite n’occupe pas tout le terrain religieux.

« Peu importe s’ils prennent de bonnes ou de mauvaises décisions, les gens qui occupent l’espace économique s’enrichissent constamment tout en pénalisant les travailleurs et les consommateurs. Les stratégies prudentes d’investissement sont remplacées par un gambling financier sans vergogne, créant ce que certains appelent « l’économie de casino » où les dopés de Wall Street s’arrachent les profits tout en laissant des risques catastrophiques se pointer à l’horizon, en pleine face de tous les acteurs du monde financier. Que devons-nous penser des bénéfices extraordinaires alloués aux dirigeants des entreprises financières surtout lorsque le salaire du travailleur moyen se détériore? Assistons-nous à la plus grande tricherie morale qu’on puisse imaginer? »

Un point de vue chrétien progressiste sur la crise économique. Sur le site des Sojourners.

Il vous rappelle quelqu’un le pingouin?


Manifestation contre l’invasion de l’Afghanistan

Un rappel: demain (samedi le 18 octobre) à 13h00 à la sortie du métro Radisson.

Posted in Économie, Élections canadiennes 2008, Guerre, Parti Conservateur, Parti Libéral, Politique, Uncategorized | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 25 Comments »

La grande déception de Stephen Harper et de l’establishment

Posted by lutopium sur 11 octobre 2008

Les marchés financiers s’écroulent, l’invasion de l’Afghanistan est remise en question, le baril de pétrole à 78 dollars malmène la bourse de Toronto, la communauté des écologistes et maintenant celle des économistes demandent aux gouvernements de lutter sérieusement contre les gaz à effet de serre, la société civile et les artistes appelent les citoyens à voter contre les conservateurs… Ce n’est certainement pas le décor que prévoyait Stephen Harper lorsqu’il décida de déclencher des élections « illégales » le 8 septembre dernier!

Se présentant à Québec comme un grand séducteur, M. Harper semblait au départ très confiant de remporter les élections. Les sondages le favorisait et le Parti Libéral ne semblait pas à la hauteur. On croyait que la campagne électorale se jouerait autour d’un fédéralisme d’ouverture, d’un climat amical entre Ottawa et Québec et de l’appui des citoyens pour l’assainissement des pouvoir publics.

Nous voilà donc au fil d’arrivée de la campagne électorale. Dans quatre jours, nous connaîtrons le choix des québécois et des canadiens. Comme le veut la tradition, les grands quotidiens canadiens profitent de l’occasion pour annoncer leurs couleurs en appuyant un des partis politiques qui aspirent au pouvoir. Voici donc comment se dessine le dernier acte de la couverture médiatique:

Même si son équipe éditoriale juge que Stephen Harper est un idéologue de droite, déconnecté des préoccupations des canadiens et qu’il démontre une nature contrôlante démesurée, le Globe and Mail recommande tout de même de voter pour le Parti Conservateur. Un éditorial dépourvu d’arguments solides, préférant dénoncer les faiblesses des autres partis tout en appelant les canadiens à voter pour la solution par défaut, rejetant fermement les propositions des libéraux et des néodémocrates.

Le National Post donne également son appui à Stephen Harper. L’éditorial, publié une semaine avant la journée des élections, souhaite un gouvernement conservateur majoritaire. Le deuxième plus important quotidien canadien est satisfait de la stratégie militaire canadienne en Afghanistan, de l’approche proposée pour la croissance économique, des réductions d’impôt et de taxes, des propostions reliées au système judiciaire et de l’attitude de Stephen Harper envers le Québec. Tout comme son concurrent, le journal de l’empire Canwest rejette fortement le programme du Parti Libéral et le leadership de Stéphane Dion. Fidèle à ses traditions, le Post dénonce vigoureusement les candidats qui ont fait allusion à des situations politiques impliquant la communauté juive, nous rappelant que le consortium médiatique de la famille Asper continuera d’être le grand défenseur d’Israel et la voix des opposants aux revendications de la communauté musulmane.

Contrairement aux deux quotidiens nationaux de la Ville-Reine, La Presse n’endosse aucune formation politique, du moins pas officiellement. Présentée sous la plume d’André Pratte, l’éditorial nous fait part de la déception de l’empire Desmarais envers la performance de Stephen Harper. Il n’hésite pas à dénoncer l’incompétence des conservateurs dans les dossiers de l’environnement et celui des relations diplomatiques internationales. Incapable également d’appuyer le Parti Libéral, M. Pratte invite les québécois à voter pour le candidat le mieux qualifié pour représenter leur circonscription et à ne pas tenir compte de l’argument présenté par le maire Tremblay et le minsitre Bachand: « …la présence de Québécois autour de la table du conseil des ministres n’est pas une garantie que les décisions du fédéral seront toujours avantageuses pour le Québec ».

Grâce aux électeurs québécois, Stephen Harper ne formera pas le prochain gouvernement, du moins pas en mode majoritaire. Un jour, les canadiens en seront reconnaissants. Avez-vous compris M. Harper? C’est NON.

Photo: martha2 – Flickr

Posted in Élections canadiennes 2008, Parti Conservateur, Parti Libéral, Politique | Tagué: , , , , , , , , , | 7 Comments »

Les ambitions militaires de Stephen Harper

Posted by lutopium sur 30 septembre 2008

Si un citoyen veut connaître la position officielle du Parti Conservateur sur la guerre en Afghanistan, ce n’est pas sur le site officiel du parti qu’il y trouvera les réponses. En effet, il n’y a aucune information sur la participation du Canada dans ce conflit ou de détails concernant les objectifs de la mission sur le site qui présente les engagements des conservateurs.

Il faut dire que les enjeux reliés à la guerre en Afghanistan font rarement surface au cours de cette période électorale. À l’exception de répéter que le retrait des troupes canadiennes surviendra en 2011 ou de lancer de vagues commentaires qui confirment que la situation s’améliore, la participation du Canada dans ce conflit ne fait pas partie des enjeux importants de la campagne électorale.

Pourtant, le gouvernement conservateur a l’intention d’augmenter ses dépenses militaires et semble vouloir transformer la longue tradition pacifique de l’armée canadienne vers une intégration aux stratégies belliqueuses des États-Unis. Même si ce virage a été lancé à l’époque de Paul Martin, les conservateurs nous donnent l’impression qu’ils endossent l’invitation des américains à se joindre au Norcom, à l’établissement d’une présence militaire permanente au Moyen-Orient et en Asie tout en collaborant étroitement avec l’OTAN qui semble planifier une deuxième guerre froide contre les russes. Je me demande parfois si l’empressement de protéger les régions arctiques ne fait pas partie d’une stratégie visant à augmenter la pression politique envers la Russie, tout comme celles exercées par les américains en Europe de l’Est et dans certains pays de l’ancienne U.R.S.S.

Il est important pour les canadiens et les québécois de connaître les ambitions du gouvernement fédéral en ce qui concerne la participation de l’armée canadienne dans les conflits militaires, les missions de paix et les opérations humanitaires. Un rapport de l’Institut Rideau publié la semaine dernière confirmait que nous sommes loin d’un consensus au sein de la population: 62% des québécois (52% des canadiens) désirent que les budgets militiaires proposés par Stephen Harper soient révisés à la baisse. Cette proportion atteint 73% chez les sympatisants du Bloc Québécois. Lorsque vient le temps pour un pays d’endosser un budget militaire frisant les 500 milliards sur 20 ans, il est essentiel de lancer un débat public.

En solidarité au peuple afghan, nous ne pouvons simplement nous retirer et encourager une guerre civile. Cependant, en tant que leaders mondiaux des initiatives humanitaires, les canadiens devraient exiger le retrait des troupes de l’OTAN et la prise en charge de la reconstruction de l’Afghanistan par l’Organisation des Nations Unies. Tant et aussi longtemps que les américains feront sentir leur présence dans ce pays, il sera impossible d’en arriver à une entente avec les groupes locaux qui pourraient ramener une certaine stabilité dans ce pays déchiré par la guerre depuis plus de 30 ans. Il est de notre rôle de faire la promotion d’une solution pacifique par le biais de négociations au lieu de poursuivre ces bombardements sans fin en espérant se débarrasser des soi-disant « terroristes ». On le sait très bien: les alliés d’hier sont les ennemis d’aujourd’hui… pourquoi ne pas tenter le retour vers la concertation?

« Par leur présence en Afghanistan, les États-Unis sont en train d’attiser le retour des talibans – comme en Irak où leur présence attise la prétendue insurrection. Une forte proportion de la population afghane est ulcérée par la présence des troupes états-uniennes, qu’elle déteste profondément… Si les afghans souhaitent que des troupes étrangères soient déployées dans leur pays, ces troupes, en tout cas, ne doivent pas comprendre des troupes états-uniennes ni être sous le contrôle des États-Unis par OTAN interposée, ni comprendre des troupes de quelque autre grande puissance… » – Gilbert Achcar – La poudrière du Moyen-Orient

À lire: Le Canada dans la guerre d’occupation en Afghanistan

L’OTAN doit se retirer de l’Afghanistan

Photo: MRRD / NABDP Afghanistan – Flickr

Posted in Élections canadiennes 2008, Guerre, Parti Conservateur, Parti Libéral, Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 14 Comments »

Pourquoi je vote contre les idées de droite

Posted by lutopium sur 23 septembre 2008

À la suite de la publication de mon billet « Le mirage des réductions d’impôt de Stephen Harper », un lecteur a poussé la réflexion un peu plus loin que l’argumentaire politique en nous amenant sur un territoire philosophique intéressant. Je crois que ce visiteur, dont le prénom est Kevin, est un fidèle participant au blogue libertarien Le Québécois Libre. Il débute son commentaire de cette façon:

« … Belle façon de dire « le monde c’est tout des caves sauf moi parce que je ne suis pas influençable ». Au fait, c’est vraiment rêver en couleur que de croire que « tout le monde est égocentrique alors que c’était l’inverse autrefois ». Je doute qu’il y ait jamais eu un « mouvement d’altruisme généralisé », tout le monde vit pour sa propre vie… et c’est bien normal remarquez. Même quelqu’un qui se dit avoir une « conscience sociale » le fait en bonne partie pour se flatter l’égo et se sentir lui-même généreux. L’altruisme désintéressé n’existe pas vraiment, ce qui ne veut pas dire que le monde est complètement mauvais… »

Premièrement, je n’ai jamais dit que la majorité des gens étaient des caves. J’ai simplement dit que l’avènement de la télévision couplé à notre obéissance à surconsommer contribuaient à répondre positivement à un lavage de cerveaux collectif. Je suis convaincu que le désintéressement pour la politique et l’attrait pour les ragots et le divertissement sont une résultante directe d’une information biaisée qui ne cherche qu’à présenter l’évasion et le rêve. De plus, suite à des scandales qui n’en finissent plus de voir le jour et à une corruption politique qui ne semble pas vouloir disparaître, les citoyens sont extrêmement cyniques et se sentent impuissants face aux pouvoirs politiques et économiques.

Pour ce qui est de la coexistence de l’égoisme et de l’altruisme au sein de cette planète, il faut chercher l’équilibre. Évidemment, tout le monde veut vivre heureux. Nous voulons tous profiter du paradis sur terre. Mais je suis persuadé qu’il est possible de s’épanouir tout en respectant le droit pour les autres d’en faire autant. Je crois que les philosophies et les politiques de la droite rejoignent principalement les sentiments égoistes: la guerre en Afghanistan afin de venger les victimes du 11 spetembre 2001 et protéger les nord-américains contre les méchants terroristes qui se cachent partout. Pourquoi ne pas investir nos efforts dans le rapprochement avec les Talibans? Pourquoi ne pas leur faire sentir que nous ne sommes pas des américains impérialistes mais plutôt des canadiens pacifiques? Tant que l’armée américaine sera présente sur le territoire afghan, il sera extrêmement difficile d’établir un climat de paix et le retour de la démocratie. Mon côté altruiste me permet d’espérer que tous les afghans pourront un jour vivre sereinement.

Pourquoi la droite espère-t-elle qu’un jeune de 14 ans accusé de meurtre soit envoyé en prison pour la vie? Pourquoi cherche-t-on à punir au lieu de chercher des solutions pour la réinsertion? Pour avoir l’illusion de se protéger soi-même avant de chercher des solutions pour aider autrui? Pourquoi la droite fait-elle la promotion des réductions d’impôt, visant plutôt l’instauration d’une approche utilisateur-payeur? Le fait-elle pour se dissocier de la solidarité citoyenne afin d’avoir accès à ce qu’elle mérite de mieux au détriment d’un partage avec les moins fortunés?

Pourquoi les conservateurs s’entêtent-ils à pousser encore plus loin l’exploration pétrolière et l’utilisation effreinée des énergies fossiles? Pour sécuriser ce droit sacré à utiliser leurs voitures et leurs véhicules récréatifs quand ça leur plaît? Ne préfère-t-on pas faire la promotion de la décroissance et de la réduction des gaz à effet de serre? Pourquoi cherche-t-on encore à profiter au maximum de la croissance économique? Par égoisme, bien sûr.

Je ne suis pas parfait, ça va de soi. Mais j’ai décidé de changer mon rythme de vie et d’adhérer à des idéaux qui protègeront l’existence des êtres humains et la survie de nos enfants. C’est pour ça que je vote à gauche. C’est pour ça que je ne voterai jamais à droite. C’est non à Harper. Et plus tard, ça sera non à Charest, Dumont et tous les autres qui s’agenouilleront devant l’autel de la croissance économique.

« Il faut arrêter de croire que tout ira mieux quand les hommes se donneront la main. Parce qu’il y en a qui ne veulent pas desserrer la main de leur portefeuille. Les couches privilégiées ne veulent pas se remettre en cause et lâcher leurs intérêts. La crise est grave. Mes mots sont en rapport avec mes convictions. Nous sommes à un moment historique qui peut mettre en danger les sociétés humaines. » – Hervé Kempf

Photo: Aaron Escobar – Flickr

Posted in ADQ, Élections canadiennes 2008, Environnement, Guerre, Parti Conservateur, Parti Libéral, Politique | Tagué: , , , , , , , | 21 Comments »

Julie Couillard et le cynisme politique

Posted by lutopium sur 1 juin 2008

On croyait que le spectacle donné par la commission Gomery donnerait la leçon aux politiciens et aux organisateurs politiques.  Comme beaucoup de québécois et canadiens, j’étais convaincu que la vie politique serait un peu plus calme, voire dénudée de ses scandales après le départ de Jean Chrétien et de Paul Martin.  Pendant un moment j’ai cru au sérieux des nouveaux arrivants qui semblaient déterminés à imposer une bonne gestion des finances, des attributions de contrats en règle, et une tonne de bonnes intentions…  Ai-je également le souvenir de conservateurs arrogants envers les journalistes et les fonctionnaires, exigeant la saine gouvernance des institutions politiques et de l’appareil gouvernemental?  Les nouveaux conservateurs canadiens, rejetons du parti de la réforme, grands défenseurs des droits familiaux et des libertés individuelles sont-ils en train de réaliser que l’ambition personnelle, les fausses raisons et même la corruption sont toujours attirés par le pouvoir, peu importe la couleur du parti?

Je lisais Martin Masse sur son blogue Le Québécois Libre qui décide de prendre la défense de Maxime Bernier – peut-être inspiré d’un sentiment de confrèrerie iedmiste – en nous rappelant que certains considèrent qu’il a été un bon ministre de l’Industrie.  Que grâce à lui, l’industrie de la téléphonie est maintenant plus concurrentielle et profite aux consommateurs.  C’est bien peu devant toutes les gaffes qu’il a accumulé comme ministre des Affaires Extérieures.  Non, on ne peut excuser une série de maladresses comme l’affaire du Jos Louis, se tromper sur le nom d’un président, un manque de vigilence flagrant sur son entourage immédiat ou en s’impliquant dans les affaires internes de l’Afghanistan comme un amateur.  C’est peut-être un gars fort sympathique et compétent dans certains domaines mais il doit maintenant avouer qu’il aurait pu faire mieux.  S’il ne se sentait pas à l’aise avec la diplomatie internationale, il se devait d’en informer Stephen Harper.  Si M. Bernier a pensé à le faire, le blâme revient également au premier ministre, même si l’intention était de séduire les québécois.

Messieurs les politiciens, svp remettez un peu d’ordre dans la cabane.  Les citoyens commencent à en avoir ras le bol de cette politicaillerie.  Vous nous demandez d’être plus productifs, mieux organisés et plus respectueux…  Montrez l’exemple!  Reprenez vos esprits.  Vous avez tout l’été devant vous!

Photo: andertoons – Flickr

Posted in Parti Conservateur, Politique | Tagué: , , , , , , , , , | 7 Comments »

Le diamant du nil

Posted by lutopium sur 25 mars 2008

Je sais, les lieux géographiques doivent normalement respecter les règles de la langue française et la première lettre du nom doit utiliser la majuscule.  Je reconnais également que ce film n’était pas à la hauteur de son prédécesseur « À la poursuite du diamant vert ».  Mais, que voulez-vous, j’ai décidé de me permettre cet écart de language suite à la parution du billet du député de Marguerite-d’Youville sur le site du journal citoyen Cents Papiers.

Le jeune député adéquiste nous a confié qu’il espère que « son élection redonnera confiance aux jeunes dans le politique ».  Certes, il apporte de bons arguments – que nous avons entendu auparavant et ailleurs – qui nous expliquent un peu pourquoi les jeunes ne s’impliquent pas dans les partis politiques.  On ne peut pas contredire le fait que les jeunes se sentent plutôt interpellés par les luttes environnementales, les manifestations contre la guerre, la solidarité internationale, les enjeux humanitaires et autres nobles causes.  Quant à moi, rien de nouveau dans ces constatations.  Je me rappelle des « rallyes pour le tiers-monde » et des manifestations contre le nucléaire dans les années 70 et 80, ces évènements étaient beaucoup plus populaires que les congrès annuels des partis politiques.  Quand on se retrouve à la fin de l’adolescence, on rêve d’un monde meilleur, de changements extraordinaires, d’une grande fête universelle…

Celui qui détient le record du plus jeune membre de l’Assemblée Nationale du Québec aurait pu consulter l’étude publiée par Élections Canada qui tente d’expliquer pourquoi tant de citoyens s’abstiennent de voter.  Voici quelques raisons qui ont été soulevées par les répondants à ce sondage réalisé en 2003:

Les jeunes sont cyniques ou désenchantés de la politique, dégoûtés « des fausses promesses, de la malhonnêteté, de l’hypocrisie, de la corruption et du négativisme » qui caractériseraient la vie politique, et réfractaires à participer à un exercice « inutile ».

Ils manquent de confiance envers les candidats, les partis ou le gouvernement, ou n’aiment simplement pas ce qui se fait (ou ne se fait pas) en politique.

Après avoir vu défiler les accusés de la commission Gomery au petit écran, constaté que certains chefs de partis reçoivent des rénumérations doûteuses et appris que de hauts-fonctionnaires vivent comme des pachas, il n’est pas surprenant que les jeunes sont de plus en plus cyniques face au monde politique. On s’entend pour dire que ça rejoint la majorité de la population, peu importe l’âge!

En ce qui concerne les raisons qu’ils l’ont amené à s’impliquer dans un parti politique, je ne comprend pas pourquoi M. Diamond n’a pas mentionné – comme il l’avait fait lors de son passage à Bons Baiser de France l’an dernier – que son père était activement impliqué en politique, ce qui l’a probablement encouragé à joindre les jeunesses adéquistes alors qu’il n’avait que 16 ans.  Comment peut-il prétendre que « la population de Marguerite-D’Youville a su faire abstraction de son âge et lui faire confiance » alors que son élection est sans aucun doute reliée à l’insatisfaction générale de la population envers les politiciens et à un vote de contestation transmis vers Mario Dumont et sa formation politique?

Malgré son inexpérience et son jeune âge, M. Diamond démontre cependant de réelles capacités à devenir un politicien chevronné (…) et un personnage fort ambitieux.  Avant d’en arriver là, il lui faudra cependant investir des énergies considérables pour conserver son siège aux prochaines élections.  Dans la circonscription qu’il représente, l’ADQ y a récolté l’an dernier deux fois plus de votes qu’à l’élection générale de 2003.  Historiquement, les circonscriptions de cette région de la rive-sud de Montréal sont des endroits où les péquistes et les libéraux se partagent le pouvoir, selon l’humeur de la population.  Suite aux résultats des derniers sondages et des récentes performances de l’ADQ, sans oublier l’arrivée de Mme Monique Richard comme candidate du PQ sans son comté, la lutte pour le maintien au pouvoir s’annonce très difficile pour M. Diamond et l’ADQ.

Maintenant, s’il désire réellement que les jeunes de sa génération reprennent le goût du politique, il devra convaincre son chef de démontrer qu’un politicien peut être honnête et proche des préoccupations des citoyens.  Retrait des troupes canadiennes de l’Afghanistan, gratuité scolaire, réforme du mode de scrutin, démocratie participative et transparence de la rénumération du chef de l’opposition, ça vous dit quelque chose?

En passant, j’ai appris qu’en informatique, « nil » est utilisé pour désigner la liste vide qui joue le même rôle commode pour les listes que le zéro pour les entiers… 

Cet article est paru sur Un Homme En Colère le 21 mars dernier et sur Cent Papiers le 23 mars. Des commentaires additionnels peuvent y être consultés.  Photo: François Lafite, Flickr

Posted in ADQ | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’OTAN doit se retirer de l’Afghanistan

Posted by lutopium sur 22 février 2008

La semaine dernière, la rumeur d’élections fédérales commençait à être de plus en plus forte et le gouvernement de Stephen Harper démontrait un grand intérêt à perdre un vote de confiance qui permettrait de déclencher le processus. Les libéraux n’ont pas eu le courage d’affronter les conservateurs sur la question de l’Afghanistan, préférant annoncer qu’ils voteront contre le budget, prévu pour le 26 février prochain.

La veille, la Chambre des Communes sera donc appelée à voter sur une motion du Parti Conservateur concernant la poursuite de la présence militaire canadienne en Afghanistan. Cette proposition, qui sera sans doute modifiée pour répondre aux propositions des libéraux, ne change en rien la vraie mission du Canada – allié de l’OTAN – chargé de télégraphier les ordres du Pentagone vers ce pays lointain, endroit stratégique du globe où les américains doivent absolument faire sentir leur présence aux russes, aux iraniens et, bien sûr, aux chinois. C’est un rôle essentiellement militaire et politique que l’état-major canadien, actuellement en parfaite symbiose avec l’exécutif du parlement, est appelé à jouer dans ce pays envahi par les Etats-Unis. Comme le précise l’analyse de Guy Charron :

« D’un côté, les soldats sont utilisés comme chair à canon pour obtenir le respect que l’on donne au « prix du sang » dans les instances dirigeantes mondiales, avec d’immenses coûts pour la population civile afghane, y compris la subjugation économique et politique de leur pays. De l’autre, le Canada déploie une équipe ayant des pouvoirs similaires à ceux de ministres auprès du gouvernement Karzaï pour influencer et modeler la région en accord avec ses intérêts stratégiques fondamentaux. »

En moins de deux ans de pouvoir, il est peu probable que les conservateurs aient eu le temps de mettre au point des politiques extérieures aussi détaillées… Les américains sont sûrement dans le coup. Selon certains journalistes, les États-Unis ne tiennent pas vraiment à demeurer en Afghanistan. Un gouvernement fantoche ferait très bien l’affaire. Les américains veulent cependant paralyser les talibans et l’insurrection avant de plier bagages. L’OTAN fera très bien l’affaire… Les intérêts économiques entrent en jeu, les possibilités d’affaires se précisent. Ça allume les conservateurs et leurs amis des chambres de commarce…

Cette guerre n’est pas légale. Les États-Unis ont envahi l’Afghanistan pour prouver à la planète qu’ils étaient encore la plus grande puissance mondiale. Le Canada a décidé d’y participer et l’opposition n’était pas aussi grande qu’elle l’est aujourd’hui, un peu par solidarité à nos voisins du sud dont on ressentait le chagrin du moment. Aujourd’hui, la très grande majorité des sondages confirment que les citoyens canadiens sont contre la mission de guerre actuellement en cours mais qu’ils endossent la présence militaire, à condition que ce soit pour participer à la reconstruction du pays et assurer une vie paisible pour les afghans.

Les deux aspirants au poste de premier ministre sont incapables de prouver aux canadiens qu’ils respectent l’opinion publique. Comment peut-on parler de démocratie si les politiciens ne sont pas en mesure de modifier la nature de leur présence en Afghanistan afin de rejoindre les vrais traditions canadiennes en matière de politique étrangère? Avec un peu de courage et de créativité, on pourrait exiger le remplacement des troupes de l’OTAN par une délégation de casques bleus de l’ONU, ce qui contribuerait certainement à calmer la violence, causée principalement par la présence américaine en sol afghan. Le Canada pourrait alors être en charge de la mission de l’ONU et ainsi contribuer à la vraie reconstruction de ce pays dévasté par des années de conflits militaires… Encore aujourd’hui, l’armée américaine est celle qui a le plus important effectif avec 15,000 soldats. Le peuple afghan ne fait pas confiance aux américains. Il est impossible d’apporter la stabilité et la paix dans ce pays tant que nous serons perçus comme l’envahisseur.

Le sondage Léger d’aujourd’hui annonce que tout est possible pour les libéraux. Dion semble être prêt pour une campagne électorale. Son avenir politique se jouera donc plus tôt que prévu. S’il n’obtient pas au moins un gouvernement minoritaire libéral, il est foutu et le prochain chef arrivera très vite… Tout semble annoncer qu’il jouera la même carte que le parti conservateur en ce qui concerne l’Afghanistan. Il est essentiel que Jack Layton et Gilles Duceppe soulèvent sérieusement ce débat afin d’éviter que le prochain gouvernement appuie aveuglément les américains dans leurs visions impérialistes. Nous devrons être assurés que le Canada – et le Québec – soient encore perçus comme des peuples pacifiques, qui désirent sincèrement aider les citoyens de ce pays dévasté.

Cet article a été publié sur Un Homme en Colère le 15 février 2008 et sur Cent Papiers le 18 février 2007

Photo : Jayel Aheram – flickr

Posted in Guerre, Parti Conservateur, Parti Libéral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Le redresseur de situations

Posted by lutopium sur 30 janvier 2008

Je suis honorable. Je le suis depuis 1992, lorsque Sa Majesté m’a en octroyé les droits et les avantages. Je ne comprend par pourquoi les gens ont été surpris l’automne dernier, lorsque le Premier Ministre m’a invité en m’interpellant comme le Compagnon de l’Ordre…

Pourtant, tous doivent se rappeler que mes Maîtres m’ont octroyé mon honorabilité suite à plusieurs années investies dans leur intérêt, autant comme greffier du Conseil Privé ou grand patron des fonctionnaires de l’État. Ma loyauté et ma détermination ont été récompensées par un autre honorable – très honorable apparemment – qui a su souligner « l’œuvre de toute une vie et le mérite exceptionnel pour avoir apporté une contribution extraordinaire au royaume et au bien de l’humanité. » Il ne faut jamais oublier que sous le règne de mes Maîtres, le royaume a courageusement participé à la guerre du golfe et à l’accord dit de Charlottetown… Avez-vous déjà oublié?

Lorsque Sa Majesté nous a permis de commercer librement avec le royaume du sud, mes Maîtres m’ont demandé de créer de la richesse en vendant un morceau du patrimoine. Tous les nobles du royaume étaient emballés par l’idée et ils m’ont promis leur plus grand support. La privatisation du chemin de fer fut un énorme succès, applaudie sur toutes les tribunes. Certes, il s’y perdit des milliers d’emplois, mais c’est le prix à payer pour permettre la croissance du royaume. Tous étaient d’accord après tout, sauf les gauchistes et les syndicaleux… Même le Prince d’un des territoires de l’empire, vous savez, ce grand espace où l’on parle une autre langue, a vanté le traité que nous voulions signer avec nos voisins du sud afin de faciliter le commerce. Les démocrates de l’époque, y compris ceux de nos voisins, ont tous endossés ce nouveau pacte de liberté économique, porteur de croissance et de richesse…

Suite à ce grandiose spectacle financier, on m’a interpellé afin de contribuer à la croissance d’une industrie qui devait accroître ses revenus et prioriser ses initiatives. Après avoir brisé l’entreprise en deux nouvelles entités, fermé sept usines et effacé plus de six mille emplois, deux grands symboles patriotiques firent leur apparition. J’ai contribué à redorer l’image d’un manufacturier de motoneiges et d’un autre, expert dans la fabrication de trains et d’avions. Une image de marque pour des jouets motorisés et une renommée internationale pour l’industrie du transport. Mes Maîtres et mes nobles amis furent encore une fois étonnés par mes capacités. J’ai du quitter – suite à quelques divergences d’opinion, mais ils ont promis de me donner quand même mille dollars par jour et ce, jusqu’à ma mort, en remerciements et en témoignage de leur générosité…

Mon expertise et mon « savoir faire » m’ont permis de sièger sur d’autres conseils, publics cette fois, mais assez privés pour me permettre de songer secrètement à vendre d’autres trésors patrimoniaux. Nous pouvions maintenant songer sérieusement à permettre aux plus puissants Princes de la planète de prendre possession de la « belle » compagnie de téléphone et du plus grand joyau de notre territoire : les alumineries.

Ai-je besoin de rappeler que j’ai continuellement contribué au progrès de nos terres et au-delà? J’ai fièrement siégé au Conseil de l’unité du royaume et présidé un Comité de coopération avec nos cousins continentaux…

Et comme j’ai prouvé à maintes reprises que je n’avais d’autre ambition que de contribuer à l’enrichissement de mes nobles confrères, qu’ils soient de notre royaume ou d’un autre, on me demanda alors de donner mon opinion sur le rôle que devait jouer l’armée de Sa Majesté dans cette grande guerre, celle contre les terroristes et les damnés. Dois-je répéter que je suis honorable et que je ne recherche que le bonheur de mes Maîtres et de mes nobles amis? Je leur ai donc recommandé de bien terminer le travail qu’ils avaient commencé.

Une guerre et une reconstruction. Des milliards de dollars disponibles aux nobles du royaume et de la planète entière. Noble cause et opportunités, le mariage parfait.

Je suis un expert. N’en doutez point. Je m’appelle Paul Tellier. I am Canadian, et je suis honorable.

La version originale de cet article a été publié sur Un Homme En Colère le 25 janvier 2008

Posted in Guerre, Parti Conservateur, Parti Libéral, Politique | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »