lutopium

Posts Tagged ‘Hull’

Le deuil politique de Mario Dumont

Posted by lutopium sur 13 mai 2008

La plupart des obsvervateurs de la scène politique québécoise, incluant votre humble serviteur, avaient prévu la déconfiture de l’Action Démocratique lors des élections partielles qui se sont tenues hier dans les circonscriptions de Pointe-aux-Trembles, Bourget et Hull.

Ce n’est pas la première fois que Mario Dumont subit la défaite.  Il a démontré à plusieurs reprises qu’il pouvait revenir encore plus fort.  Cependant, cette cuisante défaite doit être difficile à encaisser suite aux résultats des élections générales de 2007 où son parti avait récolté 31% des votes et 41 sièges à l’Assemblée Nationale, devenant ainsi l’opposition officielle.  Chose certaine, les personnalités publiques qui songeaient à représenter les couleurs de l’ADQ aux prochaines élections y songeront à deux fois avant de faire le saut en politique.  La cuisante défaite de Denis Mondor et Diane Bellemare démontrent que la loyauté des électeurs envers le Parti Libéral et le Parti Québécois est plus importante que l’attrait pour des candidats prestigieux d’un jeune parti qui prône le changement.

Mario Dumont doit avoir des cauchemars par les temps qui courent. Ça ne doit pas être agréable de se réveiller en pleine nuit avec des images de Sylvie Tremblay qui le traita de dictateur lors de son passage à Tout Le Monde En Parle le 27 avril dernier…  J’ai l’impression que ce cette visite de Mme Tremblay sur le plateau de Guy A. Lepage n’a pas aidé la cause de l’ADQ. 

Mon prognostic tient toujours : Mario Dumont démissionera de son poste après les prochaines élections générales où l’ADQ récoltera moins de dix sièges et entre 14 et 17% des votes.  Il sera peut-être tenté de joindre les rangs du Parti Libéral où il pourra au moins devenir ministre et terminer sa carrière politique avec un peu plus de flamboyance.  On doit finir par se lasser de donner des coups d’épée dans l’eau…

En terminant, quelques questions : suite aux résultats obtenus dans Bourget et sa récente défaite à la course à la chefferie, est-ce Scott McKay demeurera au Parti Vert du Québec?  Est-ce que Mario Dumont redonnera son appui pour la réforme du mode de scrutin vers une méthode proportionnelle?  Qu’adviendra-t-il des instances locales et régionales de l’ADQ qui connaissaient déjà quelques problèmes organisationnels?

Photo: Penzance – Flickr.   (À la demande générale, la photo a été changée le 16 mai)  😎

Publicités

Posted in ADQ, Élections québécoises | Tagué: , , , , , , , , | 18 Comments »

Élections à temps partiel

Posted by lutopium sur 4 mai 2008

Le golf est un sport de plus en plus populaire au Québec.  Maintenant que la frénésie du hockey disparaîtra peu à peu du paysage médiatique et que les joueurs du Canadien pourront se détendre en frappant sur des petites balles sans craindre une mise en échec, les québécois pourront eux-aussi se tourner vers ce sport, autrefois réservé à l’aristrocatie et aux nobles du commonwealth britannique.

Pendant ce temps, vingt citoyens québécois présenteront leur candidature aux élections partielles qui se tiendront le 12 mai prochain.  En effet, suite au départ des députés André Boisclair, Roch Cholette et Diane Lemieux; le premier ministre Jean Charest a convoqué les citoyens des circonscriptions de Bourget, Hull et Pointe-aux-Trembles à se présenter aux urnes afin de leur permettre de retrouver leur représentation à l’assemblée nationale.

En certaines occasions, les élections partielles permettent aux citoyens de rafraîchir la représentation des partis politiques en élisant des candidats sans avoir à les associer à une campagne nationale.  À moins d’un revirement innatendu, je ne crois pas que les électeurs modifieront la composition de l’assemblée, telle que nous la connaissons depuis les élections générales de mars 2007.  Voici comment les résultats devraient nous apparaître après le dépouillement des urnes :

Bourget au PQ

Château fort péquiste depuis des années.  Aux dernières élections générales, Diane Lemieux a récolté 41% des votes avec une majorité de près de 6,000 votes.  Le Parti Québécois y sera représenté par l’ex-député bloquiste Maka Kotto.  L’ADQ y présente un candidat vedette en la personne du réputé avocat Denis Mondor.  Sa défaite fera mal à la formation de Mario Dumont car d’autres candidats importants examineront les résultats de l’ADQ avant de confirmer leur intérêt à se présenter aux prochaines élections générales.  Le Parti Indépendantiste y sera représenté par Richard Gervais.  On pourra donc vérifier l’intérêt des nationalistes « purs et durs » envers cette nouvelle formation politique et réaliser à quel point cette option est viable et justifiée.  Dommage que Québec solidaire n’ait pas proposé de supporter le Parti Vert car, à mon avis, le candidat Scott McKay serait un atout pour l’assemblée nationale et la cause écologiste.  Si j’étais un citoyen de ce comté, il aurait mon vote.

Autres candidats : Gaétan Legault (Qs), Lyn Thériault (PLQ).  Mme Thériault est Mairesse de l’Arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Hull au PLQ

Certains prétendent qu’elle est une forteresse libérale par sa proximité au parlement canadien, à l’impopularité de l’indépendance du Québec et d’un nombre important de fonctionnaires fédéraux qui y résident.  Les libéraux obitennent régulièrement la moitié des votes de cette circonscription et le PQ semble avoir lancé la serviette car le candidat présenté n’est pas un personnage politique reconnu.  Malgré qu’il fut le médecin-chef de l’hôpital de Hull pendant quelques années, le Dr. Gilles Aubé aura de la difficulté à renverser la vapeur surtout contre la solide organisation de Mme Maryse Gaudreault, consseillère politique du député libéral sortant.  Nous verrons également si la récente victoire de Bill Clennett contre Loto-Québec, qui l’obligea à divulguer des documents reliés aux problèmes du jeu compulsif, permettra à Québec solidaire de marquer quelques points sur l’échiquier politique québécois.  On se souviendra de M. Clennett, militant de première heure des mouvements communautaires de la région, qui acquit une certaine notoriété en 1996 lorsque Jean Chrétien l’empoigna par le cou lors d’une manifestation pour un réinvestissement dans l’assurance-chômage, et ce, devant les caméras des médias nationaux.  Si j’étais un résident de ce comté, je voterais pour M. Clennett sans hésitation.

Autres candidats : Brian Gibb (Parti Vert), Jean-Philip Ruel (ADQ) et Jean-Roch Villemaire (Parti Indépendantiste).

Pointe-aux-Trembles au PQ

Mme Nicole Léger tentera de reprendre le siège qu’elle avait grâcieusement donné à André Boisclair afin de lui permettre de retourner à l’assemblée nationale suite à sa victoire à la course à la chefferie du Parti Québécois.  Lors de l’élection de 2003, Mme Léger a remporté 47% des votes avec un écart de 5,000 votes avec le Parti Libéral.  Encore une fois, l’ADQ y sera représenté par une candidate d’expérience qui pourrait redorer l’image du parti à l’assemblée nationale.  Lors des élections générales de 2003, Mme Diane Bellemare avait récolté plus de 7,000 votes dans la circonscription de Blainville et s’était classée troisième avec 20% des appuis.  Comme le taux de participation aux élections partielles peut différer de ceux obtenus lors d’une campagne nationale, Mme Bellemare pourrait créer des surprises.  Les résultats de Pointe-aux-Trembles nous fourniront donc l’état de santé de la formation de M. Dumont suite à sa baisse de popularité dans les récents sondages.  Le candidat du Parti Vert pourrait également connaître de bons résultats car il avait récolté 12% des votes lors des partielles de 2006.  Mon vote irait pour Mme Léger, pour son expérience et sa loyauté envers son parti.

Autres candidats : Marie-Josèphe Pigeon (Qs), Mélissa Dumais (Parti Libéral), Colette Provost (Parti Indépendantiste), Régent Millette (Indépendant) et Gérald Briand (Indépendant).

Photo: CCNQ – Flickr

Posted in ADQ, Élections québécoises, Parti Libéral, Parti Québécois, Parti Vert du Québec, Politique, Québec solidaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Réflexions sur les récents sondages politiques

Posted by lutopium sur 2 mai 2008

Deux sondages nous apprennent que Jean Charest et le Parti Libéral du Québec ont réussi à regagner la confiance des québécois et qu’ils auraient de bonnes chances de former un gouvernement majoritaire si des élections étaient lancées dans les conditions actuelles.  En effet, si on fait la moyenne des résultats obtenus par le sondage CROP et celui de Léger Marketing, nous réalisons que le PLQ récolterait 37,5% des votes, soit 6,5 points de plus que le Parti Québécois et 20 points au-dessus des résultats de l’ADQ.

Est-il nécessaire de se rappeler que nous vivons actuellement dans un paysage politique unique dans l’histoire du Québec et du Canada?  Pour la première fois de son histoire, le Québec est sous la gouverne d’un gouvernement minoritaire à l’assemblée nationale et d’un autre au parlement canadien.  De plus, deux nouveaux partis politiques démontrent un intérêt sérieux pour attirer la sympathie de l’électorat.  Les gens qui ont été interpellés par ces sondages confirment également que les québécois apprécient la stabilité et le relatif calme politique associés à un partage du pouvoir entre trois partis politiques.

Peu importe si on apprécie sa personnalité, il faut tout de même avouer que M. Charest est un fin politicien.  Notre premier ministre est conscient qu’il est primordial pour sa formation politique d’investir tous ses efforts pour calmer les troupes et s’assurer qu’il n’y ait aucun dérapage.  La façon dont ils ont géré le renvoi de l’ex-délégué du Québec à New-York confirme que l’entourage immédiat de M. Charest est prêt à tout faire afin de protéger l’image de leur chef et du parti.

De son côté, Pauline Marois ne semble pas en mesure de redonner ce nouveau souffle au Parti Québécois.  Même si elle semble plaire aux citoyens alors qu’André Boisclair ne faisait pas l’unanimité, Mme Marois ne parvient pas à replacer le PQ en tête de peloton.  Mais je suis persuadé que ses conseillers ont encore de bonnes cartes sous les manches et qu’elle aura d’autres occasions de marquer des points.  Évidemment, c’est un parti divisé comme jamais :  un peu à droite, un peu à gauche, confortable au centre.  Promotion de la souveraineté, mise au rancart de la stratégie référendaire, renouvellement de la loi 101… Cependant, si elle décode les messages qui sont transmis par la population, elle devrait en conclure que les gens préfèrent actuellement un paisible statu quo et qu’ils ne veulent pas replonger dans les querelles entre Québec et Ottawa.

Pauvre Mario Dumont.  Même s’il est habitué à une carrière politique qui s’apparente à une randonnée sur des montagnes russes, il doit être découragé.  Lui qui rêve de devenir premier ministre, il est pris au piège en devant composer avec le rôle de l’opposition officielle tout en réalisant qu’il est entouré d’une gang d’amateurs.  La prochaine campagne électorale sera pénible: comment s’y prendra-t-il pour conserver les acquis et demander à plusieurs députés de laisser leur siège pour faire place à des candidats vedettes?  Ça sera la guerre de tranchée.  Ma prédiction pour l’ADQ: retour à 2003.

Les québécois ne semblent pas être prêts pour encourager l’arrivée d’un parti de gauche à l’assemblée nationale.  La classe moyenne et les gens défavorisés ne s’identifient pas à Québec solidaire.  Alors qu’en Europe ces partis ont leur place sur l’échiquier politique,  Qs est incapable de grimper dans les sondages.  Françoise David et Amir Khadir auront besoin d’appuis extraordinaires lors de la prochaine campagne électorale.  Est-ce que les intellectuels et les syndicats sortiront de leur mutisme?  Si on en croit la récente annonce de Victor Lévy-Beaulieu, la primauté de la question nationale vient brouiller l’importance pour le Québec de se doter d’un parti qui se veut le représentant des travailleurs.  La gauche est prise en otage par le PQ.  C’est malsain, très malsain.

Pour ce qui est du Parti Vert, c’est tout un phénomène.  Populaire par sa couleur et son identification naturelle à LA préoccupation de l’heure, le PVQ vient brouiller les cartes.  Dommage que ses dirigeants refusent une alliance avec Qs.  Nous aurons l’occasion de voir si Scott MacKay sera en mesure de confimer la sympathie des électeurs en décrochant la circonscription de Bourget aux partielles du 18 mai prochain.  Je suis personnellement déçu que Qs et les Verts n’aient pas trouvé un terrain d’entente pour leurs stratégies associées à ce comté et à celui de Hull.  On peut toujours espérer un rapprochement pour les prochaines élections générales.

Si le climat politique continue sur cette voie, il est fort à parier que nous retournerons vers un gouvernement libéral majoritaire. Ça coincidera avec l’arrivée de nouveaux concepts de partenariats avec le privé: Rockland MD aura la voie libre pour prendre de l’expansion et on proposera – avec la complicité de l’Institut Économique de Montréal – la privatisation des infrastructures (routes, aqueduc, électricité, édifices gouvernementaux, etc.).  C’est Papa Desmarais qui va être content car ses efforts pour convaincre M. Charest de prendre le leadership du PLQ lui rendront les dividendes espérées.  Je serais prêt à gager que la compagnie Suez devienne plus active sur le marché québécois.  Les installations de traitement des eaux usées de Halifax Bay ne sont que le début de ses activités canadiennes…

Photo: lsyt – Flickr

Posted in ADQ, IEDM, Parti Conservateur, Parti Libéral, Parti Québécois, Parti Vert du Québec, Politique, Québec solidaire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Le vrai visage de l’ADQ

Posted by lutopium sur 21 avril 2008

Vraiment, rien ne va plus pour le parti de Mario Dumont…  En moins de trois semaines, nous avons été témoins de la fragilité de la machine adéquiste.  Propulsée en cinquième vitesse par les résultats électoraux du printemps 2007, la jeune équipe de l’ADQ se perd dans des souliers qui lui paraissent trop grands, démontrant son inexpérience et l’incohérence entre ses différentes instances nationales et régionales.

Il n’est évidemment pas facile pour un parti politique de mettre en place une structure lui permettant de supporter une quarantaine de députés, former une équipe pouvant solidifier son rôle d’opposition officielle tout en continuant de développer une présence importante dans presque toutes les circonscriptions.  La fragilité des bureaux de comté a été bien ressentie lorsque l’équipe de Gilles Taillon a divulgué des informations aux médias qui ont mis le numéro deux de l’ADQ dans l’embarras…  Tel que rapporté par Radio-Canada le 7 avril dernier, « Armand Maltais, membre fondateur de l’ADQ et candidat du parti en 1994, est déçu du silence de Mario Dumont. Sa frustration est partagée par Gilles Plante, ex-organisateur en chef de Gilles Taillon, et Rémi Lacasse, ancien libéral justement séduit par l’ADQ en raison de l’intimité existant entre sa base et ses dirigeants. »

Mario Dumont a toujours demandé un changement majeur de nos institutions publiques et n’a jamais râté l’occasion de nous rappeler que l’ADQ avait un fonctionnement fort différent des deux autres grands partis politiques québécois.  Son parti se vantait d’être près des gens allant jusqu’à révolutionner l’art de faire de la politique.  Avec la démission de l’exécutif de Hull le 10 avril dernier, le poids démocratique des instances locales nous semble toutefois inexistant.  Le chef du parti populiste ayant refusé de considérer la suggestion de l’exécutif de la circonscription de présenter la candidature de Gilles Taillon (…) lors des élections partielles qui auront lieu le 12 mai prochain.  Moi qui croyait que c’est l’assemblée des membres d’un comté qui choisissait son député…

Et voilà qu’en fin de semaine, nous apprenions que la vice-présidente de l’ADQ, Mme Sylvie Tremblay, a claqué la porte du parti et recommande aux québécois de ne pas voter pour Mario Dumont, qui représente à ses yeux un parti qui « n’est pas du tout ce qu’il prétend être, me fait peur, concernant les droits des femmes et concernant son manque de démocratie ».  Suite aux interventions stratégiques du député Simon-Pierre Diamond lors du congrès de l’ADQ organisé l’automne dernier dernier et qui visaient à faire passer des résolutions approuvées par l’exécutif national, Mme Tremblay avoue qu’elle n’en pouvait plus «de se fermer la gueule, de les laisser aller et d’appuyer tout ce qu’ils présentaient peu importe son avis». 

Dans sa quête du pouvoir, Mario Dumont semble s’être dissocié de son principe le plus cher : celui de changer le fonctionnement des partis politiques et de redonner le pouvoir aux citoyens.  À en croire les derniers évènements, l’ADQ donne plutôt l’impression d’une organisation fragile, laissant toute la place aux aspirations de quelques carriéristes ayant trouvé leur nid dans une organisation qui accueille tout individu qui démontre un peu de potentiel en relations publiques.  La démocratie semble inexistante par moments si on se fie à l’importance des directives en provenance du bureau exécutif et à l’insignifiance de ses relations avec les associations de circonscriptions et finalement, les membres du parti.

Photo : Robert Saucier – Flickr

Posted in ADQ, Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »