lutopium

Posts Tagged ‘Canada’

Krash le cash

Posted by lutopium sur 1 février 2009

Bien des gens fondent de grands espoirs dans les mesures interventionnistes des gouvernements américain et canadien. Suite à l’éclatement de la bulle financière spéculative, les investisseurs sont invités à retourner vers une économie de « brique et mortier » et les travailleurs espèrent sécuriser leurs emplois grâce aux grands projets d’infrastructures. Lors du dépôt de son récent budget, le ministre canadien des Finances a annoncé des investissements de 12 milliards dans ces grands chantiers dont 6 milliards pour les provinces et municipalités.

Les projets municipaux qui recevront ce financement devront être présentés au plus tard le 9 février prochain. Les infrastructures qui seront touchées par ces mesures budgétaires ont depuis longtemps quitté la planche à dessin: on compte plus de 2,200 projets qui sont déjà prêts à être lancés. D’ailleurs, 4 milliards seront investis pour la remise en état des infrastructures actuelles. « Cet argent aidera les municipalités à s’attaquer enfin aux retards sans cesse croissants dans la réparation des routes, des égouts, des ponts et des infrastructures de transport collectif…  l’argent neuf affecté aux infrastructures récréatives permettra aux municipalités d’entreprendre des projets de construction et de réparation de patinoires de hockey, de piscines et de centres communautaires. » déclarait Jean Perreault de la Fédération canadienne des municipalités le 28 janvier dernier.

Certes, on peut se réjouir par de telles mesures, mais nous sommes tout de même loin d’un New Deal… Finalement, en sommes-nous arrivés à un déficit budgétaire pour réparer nos vieilles infrastructures? Que serait-il arrivé si nous n’avions pas connu la crise des subprime? Nos villes seraient-elles tombées en ruine? Tous les partis politiques gouvernent en mode réactif. On injecte de l’argent pour réparer des infrastructures en décomposition… Les routes, les ponts, les écoles, les hôpitaux… un patrimoine collectif à la déroute. À force d’appliquer des diachylons à gauche et à droite, nous négligeons les investissements dans de nouveaux projets qui pourraient améliorer le transport en commun, le développement d’énergies renouvelables et l’éducation de nos enfants. Où sont les vrais grands projets?

Encore une fois, nous avons un budget fédéral qui accorde une très grande importance au rôle que peut jouer l’appareil bancaire dans la relance de l’économie. Inspiré par l’approche américaine, notre gouvernement semble favoriser l’injection de fonds dans le refinancement de la dette immobilière et dans l’accessibilité du crédit. Serait-ce pour permettre à nos spéculateurs-redevenus-investisseurs de profiter de ces injections de fonds dans les projets d’infrastructures? Si on croyait aux complots et à une synergie invisible des forces du marché, on pourrait imaginer une grande banque canadienne réagir de cette façon:

TORONTO, le 22 janvier 2009. /CNW/ – Les gouvernements du monde entier commencent 2009 en se concentrant davantage sur la création d’emplois et le renforcement de l’économie au moyen d’une augmentation des dépenses dans les projets d’infrastructures. Comme les gouvernements accélèrent le rythme de leurs dépenses d’infrastructure dans des projets concernant les routes, les ponts, les chemins de fer, l’énergie, les transports en commun et les aéroports, les infrastructures comme catégorie de placements deviendront de plus en plus intéressantes pour les investisseurs particuliers qui désirent participer à la croissance.

« L’accroissement des dépenses d’infrastructure est la pierre angulaire de nombreux plans de relance gouvernementaux annoncés pour répondre au ralentissement mondial. Nous prévoyons aussi qu’étant donné la pression croissante exercée sur les budgets publics, les organismes de réglementation et les gouvernements offriront des rendements plus élevés à ceux qui veulent investir dans les infrastructures afin d’attirer les capitaux du secteur privé. »

Pour les investisseurs particuliers, l’occasion réside dans les partenariats public-privé. Comme les gouvernements cherchent à faire participer le secteur privé à leurs projets d’infrastructure, le financement de projets par le secteur privé attire en foule les investisseurs particuliers vers cette catégorie d’actif émergente, naguère réservée aux investisseurs institutionnels.

Vous croyez rêver? Il s’agit ici d’un communiqué lancé par la Banque Canadienne Impériale du Commerce (CIBC) quelques jours avant la publication du budget Flaherty… Nos banques sont prêtes. Et que suggère l’opposition libérale? Demander des comptes aux conservateurs à tous les trois mois… Pincez-moi, je crois rêver.

Photo: canadian pacific – Flickr

Posted in Économie, Parti Conservateur, Politique | Tagué: , , , , , , , | 3 Comments »

Un budget pour les amis

Posted by lutopium sur 28 janvier 2009

Sachant fort bien qu’ils ne peuvent pas se faire élire en présentant clairement leur idéologie réformiste, les conservateurs se comportent comme les libéraux afin de garder le pouvoir. Un budget à l’antipode de leurs convictions mais à la hauteur de leurs ambitions. Car c’est bien là où se situent les vrais enjeux: conserver le pouvoir afin de plaire aux copains de l’industrie pétrolière et à ceux du monde financier. Deux réactions:

« Ce budget est une aberration. C’est pire que le scénario catastrophe que nous avions imaginé. Ce gouvernement est incapable d’être proactif et d’adopter une vision moderne… Ce budget ne comprend rien de substantiel pour relancer l’économie canadienne tout en faisant face aux crises climatique et énergétique. Les infrastructures vertes, les transports collectifs, les rénovations éco-énergétiques et les énergies renouvelables n’ont récolté ni plus ni moins qu’une poignée de petit change… » – Steven Guilbeault, Équiterre.

« Les médias ont fait grand cas du déficit de 85 milliards sur cinq ans du budget Flaherty, mais ils ont complètement passé sous silence le montant faramineux de 200 milliards $ (12 pour cent du PIB) prévu dans ce que le gouvernement appelle un « Cadre de financement exceptionnel » pour venir en aide aux institutions financières canadiennes. En soi, ce transfert monétaire auprès des banques est la principale cause du déficit budgétaire et de l’endettement du gouvernement fédéral…. » Michel Chossudovsky, Centre de recherche sur la mondialisation.

Les vrais conservateurs, particulièrement les réformistes de l’ouest canadien doivent se tordre de douleur en examinant les propositions du budget. Je suis certain que les troupes de Stephen Harper viennent de perdre de nombreux appuis au sein de la communauté conservatrice canadienne. Comment les militants pourront-ils expliquer que leur parti n’hésite pas une seconde à investir des milliards de dollars dans le sauvetage des banques canadiennes (y’a-t-il détresse quelque part?) alors qu’on vante les mérites du libre-marché et d’une intervention minimale de l’état? Et c’est moi qu’on traite d’étatiste!

Comme le souligne le conservateur Gerry Nicholls sur son blogue: « Well now it’s official. The Conservative Party is conservative in name only. Makes me yearn for the days when we had relatively fiscally conservative leaders, like Jean Chretien. »

Les grands gagnants? Les banques et les pétrolières. N’avez-vous pas l’impression de vous faire fourrer royalement?

Photo: A guy with a camera – Flickr

Posted in Économie, Environnement, Parti Conservateur, Politique | Tagué: , , , , , , , | 25 Comments »

Les ambitions militaires de Stephen Harper

Posted by lutopium sur 30 septembre 2008

Si un citoyen veut connaître la position officielle du Parti Conservateur sur la guerre en Afghanistan, ce n’est pas sur le site officiel du parti qu’il y trouvera les réponses. En effet, il n’y a aucune information sur la participation du Canada dans ce conflit ou de détails concernant les objectifs de la mission sur le site qui présente les engagements des conservateurs.

Il faut dire que les enjeux reliés à la guerre en Afghanistan font rarement surface au cours de cette période électorale. À l’exception de répéter que le retrait des troupes canadiennes surviendra en 2011 ou de lancer de vagues commentaires qui confirment que la situation s’améliore, la participation du Canada dans ce conflit ne fait pas partie des enjeux importants de la campagne électorale.

Pourtant, le gouvernement conservateur a l’intention d’augmenter ses dépenses militaires et semble vouloir transformer la longue tradition pacifique de l’armée canadienne vers une intégration aux stratégies belliqueuses des États-Unis. Même si ce virage a été lancé à l’époque de Paul Martin, les conservateurs nous donnent l’impression qu’ils endossent l’invitation des américains à se joindre au Norcom, à l’établissement d’une présence militaire permanente au Moyen-Orient et en Asie tout en collaborant étroitement avec l’OTAN qui semble planifier une deuxième guerre froide contre les russes. Je me demande parfois si l’empressement de protéger les régions arctiques ne fait pas partie d’une stratégie visant à augmenter la pression politique envers la Russie, tout comme celles exercées par les américains en Europe de l’Est et dans certains pays de l’ancienne U.R.S.S.

Il est important pour les canadiens et les québécois de connaître les ambitions du gouvernement fédéral en ce qui concerne la participation de l’armée canadienne dans les conflits militaires, les missions de paix et les opérations humanitaires. Un rapport de l’Institut Rideau publié la semaine dernière confirmait que nous sommes loin d’un consensus au sein de la population: 62% des québécois (52% des canadiens) désirent que les budgets militiaires proposés par Stephen Harper soient révisés à la baisse. Cette proportion atteint 73% chez les sympatisants du Bloc Québécois. Lorsque vient le temps pour un pays d’endosser un budget militaire frisant les 500 milliards sur 20 ans, il est essentiel de lancer un débat public.

En solidarité au peuple afghan, nous ne pouvons simplement nous retirer et encourager une guerre civile. Cependant, en tant que leaders mondiaux des initiatives humanitaires, les canadiens devraient exiger le retrait des troupes de l’OTAN et la prise en charge de la reconstruction de l’Afghanistan par l’Organisation des Nations Unies. Tant et aussi longtemps que les américains feront sentir leur présence dans ce pays, il sera impossible d’en arriver à une entente avec les groupes locaux qui pourraient ramener une certaine stabilité dans ce pays déchiré par la guerre depuis plus de 30 ans. Il est de notre rôle de faire la promotion d’une solution pacifique par le biais de négociations au lieu de poursuivre ces bombardements sans fin en espérant se débarrasser des soi-disant « terroristes ». On le sait très bien: les alliés d’hier sont les ennemis d’aujourd’hui… pourquoi ne pas tenter le retour vers la concertation?

« Par leur présence en Afghanistan, les États-Unis sont en train d’attiser le retour des talibans – comme en Irak où leur présence attise la prétendue insurrection. Une forte proportion de la population afghane est ulcérée par la présence des troupes états-uniennes, qu’elle déteste profondément… Si les afghans souhaitent que des troupes étrangères soient déployées dans leur pays, ces troupes, en tout cas, ne doivent pas comprendre des troupes états-uniennes ni être sous le contrôle des États-Unis par OTAN interposée, ni comprendre des troupes de quelque autre grande puissance… » – Gilbert Achcar – La poudrière du Moyen-Orient

À lire: Le Canada dans la guerre d’occupation en Afghanistan

L’OTAN doit se retirer de l’Afghanistan

Photo: MRRD / NABDP Afghanistan – Flickr

Posted in Élections canadiennes 2008, Guerre, Parti Conservateur, Parti Libéral, Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 14 Comments »

Pourquoi je vote contre les idées de droite

Posted by lutopium sur 23 septembre 2008

À la suite de la publication de mon billet « Le mirage des réductions d’impôt de Stephen Harper », un lecteur a poussé la réflexion un peu plus loin que l’argumentaire politique en nous amenant sur un territoire philosophique intéressant. Je crois que ce visiteur, dont le prénom est Kevin, est un fidèle participant au blogue libertarien Le Québécois Libre. Il débute son commentaire de cette façon:

« … Belle façon de dire « le monde c’est tout des caves sauf moi parce que je ne suis pas influençable ». Au fait, c’est vraiment rêver en couleur que de croire que « tout le monde est égocentrique alors que c’était l’inverse autrefois ». Je doute qu’il y ait jamais eu un « mouvement d’altruisme généralisé », tout le monde vit pour sa propre vie… et c’est bien normal remarquez. Même quelqu’un qui se dit avoir une « conscience sociale » le fait en bonne partie pour se flatter l’égo et se sentir lui-même généreux. L’altruisme désintéressé n’existe pas vraiment, ce qui ne veut pas dire que le monde est complètement mauvais… »

Premièrement, je n’ai jamais dit que la majorité des gens étaient des caves. J’ai simplement dit que l’avènement de la télévision couplé à notre obéissance à surconsommer contribuaient à répondre positivement à un lavage de cerveaux collectif. Je suis convaincu que le désintéressement pour la politique et l’attrait pour les ragots et le divertissement sont une résultante directe d’une information biaisée qui ne cherche qu’à présenter l’évasion et le rêve. De plus, suite à des scandales qui n’en finissent plus de voir le jour et à une corruption politique qui ne semble pas vouloir disparaître, les citoyens sont extrêmement cyniques et se sentent impuissants face aux pouvoirs politiques et économiques.

Pour ce qui est de la coexistence de l’égoisme et de l’altruisme au sein de cette planète, il faut chercher l’équilibre. Évidemment, tout le monde veut vivre heureux. Nous voulons tous profiter du paradis sur terre. Mais je suis persuadé qu’il est possible de s’épanouir tout en respectant le droit pour les autres d’en faire autant. Je crois que les philosophies et les politiques de la droite rejoignent principalement les sentiments égoistes: la guerre en Afghanistan afin de venger les victimes du 11 spetembre 2001 et protéger les nord-américains contre les méchants terroristes qui se cachent partout. Pourquoi ne pas investir nos efforts dans le rapprochement avec les Talibans? Pourquoi ne pas leur faire sentir que nous ne sommes pas des américains impérialistes mais plutôt des canadiens pacifiques? Tant que l’armée américaine sera présente sur le territoire afghan, il sera extrêmement difficile d’établir un climat de paix et le retour de la démocratie. Mon côté altruiste me permet d’espérer que tous les afghans pourront un jour vivre sereinement.

Pourquoi la droite espère-t-elle qu’un jeune de 14 ans accusé de meurtre soit envoyé en prison pour la vie? Pourquoi cherche-t-on à punir au lieu de chercher des solutions pour la réinsertion? Pour avoir l’illusion de se protéger soi-même avant de chercher des solutions pour aider autrui? Pourquoi la droite fait-elle la promotion des réductions d’impôt, visant plutôt l’instauration d’une approche utilisateur-payeur? Le fait-elle pour se dissocier de la solidarité citoyenne afin d’avoir accès à ce qu’elle mérite de mieux au détriment d’un partage avec les moins fortunés?

Pourquoi les conservateurs s’entêtent-ils à pousser encore plus loin l’exploration pétrolière et l’utilisation effreinée des énergies fossiles? Pour sécuriser ce droit sacré à utiliser leurs voitures et leurs véhicules récréatifs quand ça leur plaît? Ne préfère-t-on pas faire la promotion de la décroissance et de la réduction des gaz à effet de serre? Pourquoi cherche-t-on encore à profiter au maximum de la croissance économique? Par égoisme, bien sûr.

Je ne suis pas parfait, ça va de soi. Mais j’ai décidé de changer mon rythme de vie et d’adhérer à des idéaux qui protègeront l’existence des êtres humains et la survie de nos enfants. C’est pour ça que je vote à gauche. C’est pour ça que je ne voterai jamais à droite. C’est non à Harper. Et plus tard, ça sera non à Charest, Dumont et tous les autres qui s’agenouilleront devant l’autel de la croissance économique.

« Il faut arrêter de croire que tout ira mieux quand les hommes se donneront la main. Parce qu’il y en a qui ne veulent pas desserrer la main de leur portefeuille. Les couches privilégiées ne veulent pas se remettre en cause et lâcher leurs intérêts. La crise est grave. Mes mots sont en rapport avec mes convictions. Nous sommes à un moment historique qui peut mettre en danger les sociétés humaines. » – Hervé Kempf

Photo: Aaron Escobar – Flickr

Posted in ADQ, Élections canadiennes 2008, Environnement, Guerre, Parti Conservateur, Parti Libéral, Politique | Tagué: , , , , , , , | 21 Comments »

C’est toujours NON Monsieur Harper!

Posted by lutopium sur 20 septembre 2008

Samedi dernier, alors que le Parti Conservateur se retrouvait bon premier dans les sondages avec 41% des votes, nous avons réalisé que Stephen Harper savait depuis plusieurs semaines que les chances de former le prochain gouvernement majoritaire étaient de son côté. La machine conservatrice, bien rôdée et pleine de fric, a pris ses adversaires de court. Le regroupement des blogueurs qui ne sont pas chauds à l’idée de voir Harper et ses troupes s’emparer du pouvoir pour les quatre prochaines années prenait forme. Pourquoi pas? Peut-être était-ce l’occasion de se retrouver, malgré nos différences et nos préoccupations, nos convictions et nos revendications…

Depuis, la Centrale des Syndicats Nationaux et Québec solidaire ont appelé leurs membres à voter contre les conservateurs. Pauline Marois promet à Gilles Duceppe de lui donner un coup de main. Les artistes québécois se mobilisent et lancent un message engagé sur YouTube. Côté engagement politique des artistes, Loco Locass se sent un peu moins seul… enfin!

Même s’il appartient à un courant alternatif fort modeste, le regroupement des blogueurs qui disent NON à Harper a suscité un certain intérêt sur la toile. Des billets publiés par Tristan Péloquin, Renart L’Éveillé et Marco Fortier sont apparus sur la blogosphére au courant de la semaine. Le quotidien montréalais The Gazette en a également fait mention dans son édition de mercredi dernier.

Une semaine après son lancement, le regroupement compte maintenant 25 blogues politiques et 14 blogues sympatisants. Des blogueurs de tous les horizons ont adhéré à l’idée: des libéraux, des indépendantistes, des « progressistes », des verts, des anarchistes, des communistes… En passant, pour ceux qui auraient l’idée de discréditer le regroupement parce qu’il accueille des mouvements politiques qui peuvent paraître utopistes aux yeux de certains, je leur dirai que cette initiative est ouverte à tous et à toutes et que l’exercice démocratique a tout à gagner lorsque les citoyens de toutes tendances unissent leur voix pour faire entendre leur méfiance et leur désaccord. J’aimerais donc remercier et féliciter les blogueurs politiques pour avoir accepter de se joindre à cette modeste aventure. Je vous invite à leur rendre visite et jeter un coup d’oeil sur leurs billets qui présentent plusieurs raisons pour lesquelles ils ne voteront pas pour Stephen Harper le 14 octobre prochain:

À mon humble avis: le vote stratégique

Anarcho-Pragmatisme: pourquoi j’ai joint le réseau…

Bon Blogue Bad Blogue: chroniques quotidiennes

C’est soblogue!: le gouvernement canadien laisse tomber les sans-abri

Hou Hou Blog: chroniques quotidiennes

La tête à Papineau: Harper dit non au Québec

Le blog de Manx: élections à venir

Le blogue de Raymond Viger: … Julie Couillard et le Parti Conservateur

Le blogue de Sim: le Parti Vert du Canada

Le bloCgue du Bloc Québécois: carnet de campagne de Gilles Duceppe et du Bloc

Le carnet résistant de Renart L’Éveillé: le contraire de vert se nomme Harper

Le Satellite Voyageur: je ne sais pas quoi dire…

L’Équilibriste: le point crétin

Les tribulations d’un mouton marron: Lawrence Cannon et le mépris des autochtones

Libre pensée de la Seigneurie: support our troops qu’y disaient

L’ignorance est la nuit de l’esprit: chroniques

Mes preuves d’humeur au monde: les blogueurs disent NON à Harper

Mouvement des Jeunes Communistes du Québec: barrons la route aux conservateurs…

Pour que demain soit: l’alternative pour contrer les conservateurs

Québec radical: …ascension des conservateurs?

radiCarl.net: pour des élections à date fixe

Reactionism Watch: un appui à Stephen Harper c’est aussi…

http://montrealaisdorigine.blogspot.com/

Vaudreuil-Soulange: les fédérales 2008: carnet de campagne du comté

J’aimerais également remercier tous ceux qui ont accepté de se joindre au regroupement en tant que « blogueur sympatisant ». Après avoir fait une « overdose » de textes politiques, ces sites vous permettront de vous détendre un brin: Au rythme de mon coeur, Blogue L’Éponge, Ça te dit quelque chose?, Ecolo Novo, Le blogue de Maxime Jobin, Le blogue d’un Parpaillot, Le blogue du Prof Solitaire, Le carnet d’Ysengrimus, Le mur de Bièrelin, Noisette Sociale, Plaisir ad lib, Regardez la musique, Simplement – le blogue de Gaétan Bouchard et Zones grises.

Illustration: Rob Maguire – Flickr

Posted in Élections canadiennes 2008, Parti Conservateur, Parti Québécois, Politique, Québec solidaire, Uncategorized | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Le mirage des réductions d’impôt de Stephen Harper

Posted by lutopium sur 17 septembre 2008

Un des principaux arguments utilisés par les défenseurs du programme électoral de Stephen Harper est la réduction des impôts pour les familles de la classe moyenne. Même si le discours du Premier Ministre est plutôt vague à ce sujet, les partisans du Parti Conservateur sont convaincus qu’ils auront plus d’argent dans leurs poches car la philosophie conservatrice oblige l’allégement fiscal. Voyons ici comment M. Harper a traduit cette intention dans son discours du trône du 16 octobre 2007:

« Pour garantir la sécurité économique des Canadiens, notre gouvernement présentera un plan à long terme d’allégement général du fardeau fiscal des particuliers, des entreprises et des familles, y compris une autre réduction, tel qu’il a été promis, de la TPS… Les Canadiens de la classe moyenne et leur famille constituent l’assise de la population active du Canada. Les familles s’inquiètent de la hausse des coûts de l’enseignement supérieur et des dépenses nécessaires pour prendre soin de parents âgés… »

Et voilà, ça se résume à ces quelques idées générales… Alors que ce même discours fournit des détails précis sur la souveraineté de l’arctique, sur les stratégies militaires et sur le nombre de policiers additionnels qui devraient être recrutés pour assurer la sécurité des canadiens, on ne trouve rien de très concret en ce qui concerne les mesures fiscales qui permettraient aux citoyens de s’enrichir rapidement… Un peu plus tard, vers la fin du mois de décembre, le ministre des Finances, Jim Flaherty, déclarait: « Il faudra des années avant que le gouvernement fédéral ne soit en mesure d’accorder aux canadiens ordinaires les diminutions d’impôts historiques qui ont été consenties aux entreprises en octobre… »

On peut comprendre que nos amis conservateurs étaient anxieux de prendre connaissance du budget de M. Flaherty qui fut déposé en chambre quelques mois plus tard. Je crois qu’ils ont été déçus… La réduction fiscale tant espérée s’est finalement présentée dans le nouveau programme du compte d’épargne libre d’impôt – permettant de déposer cinq mille dollars dans un compte bancaire sans payer d’impôt – et une déduction pour les personnes aînées. Pas grand chose finalement pour la classe moyenne qui comptait rembourser ses cartes de crédit…

Plusieurs analystes et blogueurs sympatiques aux politiques conservatrices ont même fait remarqué que le gouvernement de Stephen Harper est en fait beaucoup plus dépensier que ne l’étaient les libéraux avant eux. Comme il est évident que les conservateurs prévoient réduire la portée de certains services gouvernementaux , comment un gouvernement Harper priorisera-t-il ses dépenses? Aurait-t-il pris des engagements avec l’industrie militaire? Prévoit-il un budget pour construire le gazoduc entre l’Alaska et les États-Unis continentaux comme le souhaite ardemment les républicains? Réduira-t-il encore une fois les impôts des grandes entreprises?

À mon avis, la promesse d’une réduction d’impôt pour les particuliers n’est qu’un mirage servant à attirer les votes des citoyens. Comme les conservateurs se privent de revenus importants suite à la réduction de la TPS et de l’allègement fiscal des entreprises, il leur sera difficile de combler cette promesse. Si vous comptiez voter conservateur dans l’espoir de payer moins d’impôt, il faudra trouver un autre argument…

Posted in Économie, Élections canadiennes 2008, Parti Conservateur | Tagué: , , , , , , , | 9 Comments »

Harper et la disparition des services publics

Posted by lutopium sur 12 septembre 2008

C’est une tendance occidentale et le Québec n’y échappe pas : les partis néoconservateurs prônent la réduction de la taille de l’état, la suppression de plusieurs programmes gouvernementaux, la privatisation des services publics et l’impartition de certaines de ses activités vers le secteur privé.

C’est le slogan des républicains américains, des conservateurs canadiens et les libéraux et adéquistes québécois : « less governement » – moins de gouvernement.  Afin d’attirer la sympathie des électeurs de la classe moyenne et des gens fortunés, ces partis politiques promettent des réductions d’impôts et plus d’argent dans leurs poches.  De cette façon, on fait croire aux citoyens qu’ils pourront choisir eux-mêmes les fournisseurs qu’ils désirent et obtenir des services de meilleure qualité car, le privé fait toujours mieux…

Plusieurs lobbies économiques tentent de convaincre les conservateurs à privatiser plusieurs sociétés de la couronne : Postes Canada, Radio-Canada, Via Rail et la Société Canadienne d’Hypothèque et de Logement (SCHL) font partie de plusieurs organismes ciblés.  Selon ces groupes de pression, la vente de ces sociétés d’État permettrait de réduire les impôts et d’offrir de meilleurs services à la population et ce, à moindre coût.

Avez-vous déjà essayé d’envoyer un colis par FedEx?  Est-ce moins cher, plus rapide, plus sécuritaire?  Êtes-vous certains que la transformation de Radio-Canada par l’entreprise privée nous offrira une télévision et une radio de qualité?  Qui peut assurer que Via Rail continuera d’offrir des services régionaux si elle est motivée exclusivement par la recherhce de profits?  Désirez-vous que la SCHL subisse le même sort que Fannie May et Freddie Mac en subissant les excès des spéculations de toutes sortes?

Une fois majoritaires au Parlement, les conservateurs seront tentés d’amender la loi canadienne sur la santé afin de faire encore plus de place au privé.  On parle également de privatiser les centres correctionnels, des centrales nucléaires et quoi d’autre encore…

Je suis convaincu qu’une économie mixte (privée – publique) représente le meilleur environnement commercial pour le Canada et le Québec.  Il y a assez d’entreprises privées qui génèrent des profits pour calmer la soif des grands acteurs financiers qui cherchent à s’enrichir toujours plus, ne sachant plus quoi faire avec leur fric.  Gardons précieusement les rares sociétés d’état qui nous restent.  Elles font partie d’un patrimoine collectif et elles nous appartiennent.

NON aux conservateurs et aux ambitions des chambres de commerce qui ne cherchent qu’à s’approprier NOS services gouvernementaux.

Le conservatisme économique est libertarien par nature, l’accent étant mis sur les marchés et le choix. Les conservateurs libertariens cherchent à démanteler ce qui reste de l’État providence pour passer à une « économie de marché du XXIe siècle. – Stephen Harper, Toronto Star, 6 avril 1997

Illustration: tommy the pariah – Flickr

Posted in ADQ, Économie, Élections canadiennes 2008, Parti Conservateur, Parti Libéral, Politique, Santé, Uncategorized | Tagué: , , , , , | 13 Comments »

Les ambitions de Stephen Harper

Posted by lutopium sur 9 septembre 2008

On se demande souvent ce qui attire les gens vers la vie politique.  Dans le cas de Stephen Harper, l’intérêt pour la chose a débuté dès son passage à l’école secondaire.  D’abord membre du Club des Jeunes Libéraux, il décide par la suite de joindre le Parti Progressiste Conservateur car il n’était pas d’accord avec les politiques énergétiques du gouvernement Trudeau.  Selon lui, le programme libéral nuirait aux intérêts de l’industrie pétrolière de l’Alberta.  À l’âge de 26 ans, il devient l’attaché politique du député conservateur Jim Hawkes qu’il quitta un an plus tard, désillusionné par le parti et l’approche de Brian Mulroney.

Tout comme Mario Dumont, Stephen Harper est un politicien professionnel et un ancien « génie en herbe ».  Suite à ses études, il a brièvement travaillé pour la pétrolière Imperial Oil avant de s’impliquer entièrement dans la sphère politique.  Après un retour aux études afin d’y compléter une maîtrise en sciences économiques, Stephen Harper débute sa carrière politique comme député de Calgary-Ouest en 1993.  À l’exception d’un mandat avec la Coalition Nationale des Citoyens, cette aventure ne s’est jamais arrêtée depuis et l’a conduit aux plus hautes sphères de la politique canadienne.

Marié dès sa sortie de l’université et père de deux enfants, Stephen Harper est un homme religieux.  Il est membre de l’église évangélique « Christian and Missionary Alliance », petite congrégation qui se positionne contre l’avortement et le mariage gai.  La doctrine de l’église considère que l’homosexualité est « immorale ».  Il est difficile de confirmer si son église influence son programme politique.  Néanmoins, on peut croire que les quelques tentatives du Parti Conservateur en ce qui touche le statut juridique du fœtus (projet de loi C-484) et les changements proposés aux subventions culturelles sont destinés à séduire l’électorat de la droite religieuse.  On peut s’imaginer ce qu’un gouvernement conservateur majoritaire pourrait faire afin de sécuriser l’appui de ces partisans, qu’ils se trouvent en dans le nord de l’Ontario, dans la vallée de l’Okanagan, dans le Québec rural ou les coins traditionnalistes des maritimes.

Notre premier ministre est un homme très intelligent, pas de doute là-dessus.  Et il est déterminé à diriger la destinée de son pays.  À l’instar de George W. Bush, Stephen Harper semble être attiré par les écrits du philosophe Leo Strauss.  Ce dernier déclarait que « la plupart des gens sont trop stupides pour prendre des décisions éclairées sur les affaires politiques ».  On pourrait toujours demander à Martin Masse d’élaborer sur la question, mais personnellement, de telles convictions me font vomir et on repassera…

Stephen Harper représente donc les intérêts de l’industrie pétrolière albertaine et des disciples des libertés individuelles.  À mon avis, le premier danger relié à l’arrivée d’un gouvernement conservateur majoritaire serait l’exploitation effrênée des ressources pétrolières de l’Alberta et des territoires nordiques, ce qui expliquerait son empressement à déclarer la souveraineté canadienne sur les eaux arctiques.  Il ne faut jamais perdre de vue que les américains sont très intéressés par le pétrole de l’ouest canadien et de construire un gazoduc qui doit absolument passer par la Colombie-Britannique et l’Alberta.   Le deuxième enjeu associé à l’intrônisation de Stephen Harper est celui associé à ses croyances philosophiques.  Si l’on croit que les libertés individuelles des canadiens a préséance sur la solidarité des citoyens, on peut s’attendre à des réductions d’impôts importantes – surtout pour les entreprises, ce qui entraînerait la disparition de plusieurs services sociaux et la privatisation de plusieurs institutions auxquelles les canadiens sont attachés.

Stephen Harper ne veut rien de moins qu’un gouvernement majoritaire afin de mettre en place des changements drastiques.  Personnellement, je souhaite que la composition du Parlement canadien demeure telle qu’elle est aujourd’hui afin d’assurer un équilibre entre les objectifs de l’industrie canadienne, les améliorations à apporter aux services gouvernementaux et la qualité de vie des citoyens.  Du moins, jusqu’au jour où nous le quitterons…

De la manière dont elles évoluent, les commissions des droits de la personne représentent une attaque contre nos libertés fondamentales et l’existence même de notre soicété démocratique.  En fait, elles sont l’égale d’un régime totalitaire.  Je les trouve extrêmement dangereuses – Stephen Harper, 1999

Photo du site de Lloydminster, Alberta: A guy with a camera – Flickr

Posted in Élections canadiennes 2008, Parti Conservateur, Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 12 Comments »

NON aux conservateurs!

Posted by lutopium sur 8 septembre 2008

Lorsque j’ai décidé de lancer ce blogue en décembre 2007, je me suis donné comme mission de « dénoncer les ambitions des néoconservateurs et de collaborer au soulèvement de la gauche politique ».  Suite à la décision de la reine du Canada de permettre à Stephen Harper de déclencher des élections, j’ai donc décidé que ce site présentera des arguments qui vous permettront de convaincre vos parents et amis de ne pas voter pour les conservateurs.  Jusqu’à la soirée des élections du 14 octobre prochain, ce modeste blogue présentera également le vrai visage de Stephen Harper et les réelles ambitions de son parti et des groupes qui tentent d’influencer l’avenir politique du Canada.

Pour les 37 prochains jours, les pages de ce site seront reliées exclusivement au danger d’élire un gouvernement conservateur.  Pas question de vous présenter ici ce que les journalistes aborderont dans les grands médias d’information.  Certains d’entre eux font de l’excellent travail.  Si vous êtes un passionné de politique, vous savez que RDI, Radio-Canada, Le Devoir et même La Presse se feront un grand plaisir de vous présenter les dernières nouvelles reliées à la campagne électorale.  Quelques émissions télévisées et certains journalistes prendront le temps d’analyser les évènements avec un peu plus de profondeur.  De mon côté, je porterai une grande attention au Club des Ex, à l’analyste Michel C. Auger, et aux journalistes et éditorialistes du Devoir.  Le site indépendant vigile.net vaudra également le détour grâce à son approche unique, s’adressant à un public indépendantiste…

Le sondage publié par La Presse ce matin prédit un gouvernement conservateur majoritaire.  Ce sondage présente également les priorités des électeurs canadiens et leur prépondérance dans leurs choix politiques.  J’essaierai donc de vous présenter les véritables positions – historiques et actuelles – du parti conservateur en ce qui concerne la santé, l’éducation, les enjeux environnementaux, la fiscalité et l’économie ainsi que leurs ambitions militaires.

Les citoyens semblent donner une très grande importance aux personnalités des candidats qui veulent devenir le futur premier ministre du Canada.  Encore une fois, le culte du chef semble prendre une proportion démesurée dans le débat politique.  Il faut se rappeler que nous devrons avant tout faire un choix parmi des options politiques différentes, des propositions qui auront un impact important sur notre quotidien et ce, pour les quatre prochaines années.  Il ne sera donc pas question ici de se demander qui serait le meilleur chef d’état.

Finalement, ce blogue ne présentera pas les programmes et les idées des quatre autres formations politiques.  Chaque parti possède son site et je vous invite à les visiter si vous désirer approfondir vos connaissances sur les propositions qu’ils vous soumettent.  Il faudra cependant tenir compte du poids de votre choix selon la circonscription où vous habitez.  Peut-être n’est-ce pas le bon moment pour exprimer vos principes en votant pour le Parti Vert…  Personnellement, je voterai pour le Bloc Québécois, non pas par principe mais pour m’assurer que mon vote contribuera à la députée Carole Lavallée de retourner au Parlement et d’empêcher les conservateurs de prendre notre comté de banlieue qui a voté pour l’ADQ aux dernières élections provinciales.  Jusqu’à maintenant, Mme Lavallée a fait du bon travail et un appui au NPD – celui qui se rapproche de mes idéaux politiques – ne pourrait que nuire à sa réelection et permettrait ainsi au candidat conservateur de remporter la circonscription de St-Bruno-St-Hubert.   Si j’habitais dans Outremont, mon vote irait vers Thomas Mulcair sans aucune hésitation.

Je vous invite donc à visiter le blogue régulièrement et à vous impliquer afin d’empêcher les conservateurs de prendre le pouvoir.  Cependant, si les libertés individuelles, la réduction du rôle de l’état, les injustices sociales et le développement des sables bitumineux vous tiennent à cœur, vous pouvez voter pour Monsieur Harper.  Je ne serai pas capable de vous convaincre du contraire.

Posted in Élections canadiennes 2008, Parti Conservateur, Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , | 31 Comments »

L’OTAN doit se retirer de l’Afghanistan

Posted by lutopium sur 22 février 2008

La semaine dernière, la rumeur d’élections fédérales commençait à être de plus en plus forte et le gouvernement de Stephen Harper démontrait un grand intérêt à perdre un vote de confiance qui permettrait de déclencher le processus. Les libéraux n’ont pas eu le courage d’affronter les conservateurs sur la question de l’Afghanistan, préférant annoncer qu’ils voteront contre le budget, prévu pour le 26 février prochain.

La veille, la Chambre des Communes sera donc appelée à voter sur une motion du Parti Conservateur concernant la poursuite de la présence militaire canadienne en Afghanistan. Cette proposition, qui sera sans doute modifiée pour répondre aux propositions des libéraux, ne change en rien la vraie mission du Canada – allié de l’OTAN – chargé de télégraphier les ordres du Pentagone vers ce pays lointain, endroit stratégique du globe où les américains doivent absolument faire sentir leur présence aux russes, aux iraniens et, bien sûr, aux chinois. C’est un rôle essentiellement militaire et politique que l’état-major canadien, actuellement en parfaite symbiose avec l’exécutif du parlement, est appelé à jouer dans ce pays envahi par les Etats-Unis. Comme le précise l’analyse de Guy Charron :

« D’un côté, les soldats sont utilisés comme chair à canon pour obtenir le respect que l’on donne au « prix du sang » dans les instances dirigeantes mondiales, avec d’immenses coûts pour la population civile afghane, y compris la subjugation économique et politique de leur pays. De l’autre, le Canada déploie une équipe ayant des pouvoirs similaires à ceux de ministres auprès du gouvernement Karzaï pour influencer et modeler la région en accord avec ses intérêts stratégiques fondamentaux. »

En moins de deux ans de pouvoir, il est peu probable que les conservateurs aient eu le temps de mettre au point des politiques extérieures aussi détaillées… Les américains sont sûrement dans le coup. Selon certains journalistes, les États-Unis ne tiennent pas vraiment à demeurer en Afghanistan. Un gouvernement fantoche ferait très bien l’affaire. Les américains veulent cependant paralyser les talibans et l’insurrection avant de plier bagages. L’OTAN fera très bien l’affaire… Les intérêts économiques entrent en jeu, les possibilités d’affaires se précisent. Ça allume les conservateurs et leurs amis des chambres de commarce…

Cette guerre n’est pas légale. Les États-Unis ont envahi l’Afghanistan pour prouver à la planète qu’ils étaient encore la plus grande puissance mondiale. Le Canada a décidé d’y participer et l’opposition n’était pas aussi grande qu’elle l’est aujourd’hui, un peu par solidarité à nos voisins du sud dont on ressentait le chagrin du moment. Aujourd’hui, la très grande majorité des sondages confirment que les citoyens canadiens sont contre la mission de guerre actuellement en cours mais qu’ils endossent la présence militaire, à condition que ce soit pour participer à la reconstruction du pays et assurer une vie paisible pour les afghans.

Les deux aspirants au poste de premier ministre sont incapables de prouver aux canadiens qu’ils respectent l’opinion publique. Comment peut-on parler de démocratie si les politiciens ne sont pas en mesure de modifier la nature de leur présence en Afghanistan afin de rejoindre les vrais traditions canadiennes en matière de politique étrangère? Avec un peu de courage et de créativité, on pourrait exiger le remplacement des troupes de l’OTAN par une délégation de casques bleus de l’ONU, ce qui contribuerait certainement à calmer la violence, causée principalement par la présence américaine en sol afghan. Le Canada pourrait alors être en charge de la mission de l’ONU et ainsi contribuer à la vraie reconstruction de ce pays dévasté par des années de conflits militaires… Encore aujourd’hui, l’armée américaine est celle qui a le plus important effectif avec 15,000 soldats. Le peuple afghan ne fait pas confiance aux américains. Il est impossible d’apporter la stabilité et la paix dans ce pays tant que nous serons perçus comme l’envahisseur.

Le sondage Léger d’aujourd’hui annonce que tout est possible pour les libéraux. Dion semble être prêt pour une campagne électorale. Son avenir politique se jouera donc plus tôt que prévu. S’il n’obtient pas au moins un gouvernement minoritaire libéral, il est foutu et le prochain chef arrivera très vite… Tout semble annoncer qu’il jouera la même carte que le parti conservateur en ce qui concerne l’Afghanistan. Il est essentiel que Jack Layton et Gilles Duceppe soulèvent sérieusement ce débat afin d’éviter que le prochain gouvernement appuie aveuglément les américains dans leurs visions impérialistes. Nous devrons être assurés que le Canada – et le Québec – soient encore perçus comme des peuples pacifiques, qui désirent sincèrement aider les citoyens de ce pays dévasté.

Cet article a été publié sur Un Homme en Colère le 15 février 2008 et sur Cent Papiers le 18 février 2007

Photo : Jayel Aheram – flickr

Posted in Guerre, Parti Conservateur, Parti Libéral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »