lutopium

Posts Tagged ‘Kelly-Gagnon’

Je lève mon verre à Dan Bigras

Posted by lutopium sur 12 janvier 2008

Je ne suis pas un grand fan de l’émission « Il va y avoir du sport ». Je ne passe pas beaucoup de temps devant le téléviseur de toutes façons. Mais je ne voulais pas manquer l’épisode d’hier soir à Télé-Québec car on y présentait un « débat » qui a suscité mon intérêt: « la gauche est-elle démodée? ».

Dans le coin gauche, le professeur en économie à l’UQAM, Gabriel Sainte-Marie, me rappelait ces animateurs d’assemblées de cuisine des années 70. Des phrases chocs, des clichés, et il s’est fait « ramassé » lorsqu’il a parlé du problème des hypothèques aux États-Unis. M. Sainte-Marie est probablement plus doué à l’écriture qu’aux discours… Amir Khadir n’était pas à la hauteur, loin de sa performance à « Tout le monde en parle » l’an dernier. Les deux pugilistes de gauche n’ont pas été en mesure de bien affronter leurs adversaires, incapables d’adapter leurs répliques. Les arguments étaient faibles, manquaient de profondeur et rataient la cible la plupart du temps.

De leur côté, les représentants de la droite démontraient un certain calme. La stratégie de Michel Kelly-Gagnon du Conseil du Patronat a bien fonctionné, signe d’un homme d’affaires qui a l’expérience des débats et des discours. Il s’est montré ouvert au courant de gauche en suggérant que ce mouvement se modernise et s’adapte aux réalités du marché. Signe des temps, il a utilisé les pays scandinaves comme exemple et a essayé de déstabiliser ses adversaires. Je crois que ça a fonctionné. De son côté, Martin Masse était également bien préparé et il n’avait aucun problème à défendre les idéaux de la droite économique et même de la droite politique, ce qui est assez rare ici au Québec.

Michel Kelly-Gagnon a soulevé un point intéressant: la gauche devrait peut-être songer à modifier son approche. Sans être obligés de diluer leur discours, les représentants de la gauche devraient sans doute se questionner sur la portée de leur message et de sa perception. Raffiner les arguments, les ramener un peu plus près des préoccupations des citoyens sans tomber dans le populisme et la démagogie… c’est possible. Certaines personnalités publiques adhérant aux idées progressistes en sont capables. Amir Khadir et Gabriel Sainte-Marie n’y sont pas parvenu hier soir.

Par exemple, la gauche aurait pu leur rappeler que c’est le privé qui est parfois « interventionniste ». Depuis les années trente, des services publics ont été repris par les gouvernements parce qu’ils étaient presqu’inexistants ou défaillants… Entres autres, maintenant que les services de santé sont universels et gratuits, que les hôpitaux et structures sont bien en place, c’est le privé qui veut s’en accaparer. Les tenants de la gauche ne veulent pas nationaliser tout ce qui est lucratif, c’est plutôt le contraire. C’est ce genre d’argument qui aurait pu être lancé hier soir…

Comme Dan Bigras avait le dernier mot, sans droit de réplique de la part des invités, c’est lui qui a sauvé les meubles! Avec son style habituel, il a parlé avec ses trippes. Il a su défendre, en quelques phrases bien ficelées, les préoccupations de la gauche et a présenté quelques solides arguments. Ce que Khadir et Sainte-Marie n’ont pas été capables de faire.

Posted in IEDM, Médias, Politique, Québec solidaire, Uncategorized | Tagué: , , , , , | 15 Comments »

La gauche est-elle démodée?

Posted by lutopium sur 11 janvier 2008

Demain soir en deuxième partie de « Il va y avoir du sport« :

Vive les riches, à bas les pauvres! En fait, c’est comme si tout le mode acceptait l’ordre capitaliste, l’économie de marché et la démocratie représentative comme des données aussi objectives qu’incontestables, à un point tel que certains se demandent même s’il y a encore une place pour la gauche sur notre échiquier politique. Dans ce contexte, la redistribution de la richesse et les politiques sociales apparaissent comme des fictions nostalgiques; plus encore, elles semblent être l’origine de tous les maux, des freins au changement et à la prospérité.

Pourtant, ici comme ailleurs, il y a des ghettos de la misère, des forteresses de chômage, des démunis en nombre croissant… Chez nous, la situation se complique dans la mesure où la gauche a été associée au projet souverainiste. Dans un Québec peureux, frileux, viscéralement centriste qui peine à discerner sa droite de sa gauche, nous nous demandons si la gauche est démodée. Avec comme panélistes : Martin Masse, directeur du Québécois libre, et Michel Kelly-Gagnon, président du Conseil du patronat du Québec; Amir Khadir, porte-parole de Québec Solidaire, et Gabriel Sainte-Marie, économiste à la Chaire d’études socio-économiques de l’UQAM.

Posted in IEDM, Médias, Politique, Québec solidaire | Tagué: , , , | 7 Comments »