lutopium

Posts Tagged ‘Jim Flaherty’

Krash le cash

Posted by lutopium sur 1 février 2009

Bien des gens fondent de grands espoirs dans les mesures interventionnistes des gouvernements américain et canadien. Suite à l’éclatement de la bulle financière spéculative, les investisseurs sont invités à retourner vers une économie de « brique et mortier » et les travailleurs espèrent sécuriser leurs emplois grâce aux grands projets d’infrastructures. Lors du dépôt de son récent budget, le ministre canadien des Finances a annoncé des investissements de 12 milliards dans ces grands chantiers dont 6 milliards pour les provinces et municipalités.

Les projets municipaux qui recevront ce financement devront être présentés au plus tard le 9 février prochain. Les infrastructures qui seront touchées par ces mesures budgétaires ont depuis longtemps quitté la planche à dessin: on compte plus de 2,200 projets qui sont déjà prêts à être lancés. D’ailleurs, 4 milliards seront investis pour la remise en état des infrastructures actuelles. « Cet argent aidera les municipalités à s’attaquer enfin aux retards sans cesse croissants dans la réparation des routes, des égouts, des ponts et des infrastructures de transport collectif…  l’argent neuf affecté aux infrastructures récréatives permettra aux municipalités d’entreprendre des projets de construction et de réparation de patinoires de hockey, de piscines et de centres communautaires. » déclarait Jean Perreault de la Fédération canadienne des municipalités le 28 janvier dernier.

Certes, on peut se réjouir par de telles mesures, mais nous sommes tout de même loin d’un New Deal… Finalement, en sommes-nous arrivés à un déficit budgétaire pour réparer nos vieilles infrastructures? Que serait-il arrivé si nous n’avions pas connu la crise des subprime? Nos villes seraient-elles tombées en ruine? Tous les partis politiques gouvernent en mode réactif. On injecte de l’argent pour réparer des infrastructures en décomposition… Les routes, les ponts, les écoles, les hôpitaux… un patrimoine collectif à la déroute. À force d’appliquer des diachylons à gauche et à droite, nous négligeons les investissements dans de nouveaux projets qui pourraient améliorer le transport en commun, le développement d’énergies renouvelables et l’éducation de nos enfants. Où sont les vrais grands projets?

Encore une fois, nous avons un budget fédéral qui accorde une très grande importance au rôle que peut jouer l’appareil bancaire dans la relance de l’économie. Inspiré par l’approche américaine, notre gouvernement semble favoriser l’injection de fonds dans le refinancement de la dette immobilière et dans l’accessibilité du crédit. Serait-ce pour permettre à nos spéculateurs-redevenus-investisseurs de profiter de ces injections de fonds dans les projets d’infrastructures? Si on croyait aux complots et à une synergie invisible des forces du marché, on pourrait imaginer une grande banque canadienne réagir de cette façon:

TORONTO, le 22 janvier 2009. /CNW/ – Les gouvernements du monde entier commencent 2009 en se concentrant davantage sur la création d’emplois et le renforcement de l’économie au moyen d’une augmentation des dépenses dans les projets d’infrastructures. Comme les gouvernements accélèrent le rythme de leurs dépenses d’infrastructure dans des projets concernant les routes, les ponts, les chemins de fer, l’énergie, les transports en commun et les aéroports, les infrastructures comme catégorie de placements deviendront de plus en plus intéressantes pour les investisseurs particuliers qui désirent participer à la croissance.

« L’accroissement des dépenses d’infrastructure est la pierre angulaire de nombreux plans de relance gouvernementaux annoncés pour répondre au ralentissement mondial. Nous prévoyons aussi qu’étant donné la pression croissante exercée sur les budgets publics, les organismes de réglementation et les gouvernements offriront des rendements plus élevés à ceux qui veulent investir dans les infrastructures afin d’attirer les capitaux du secteur privé. »

Pour les investisseurs particuliers, l’occasion réside dans les partenariats public-privé. Comme les gouvernements cherchent à faire participer le secteur privé à leurs projets d’infrastructure, le financement de projets par le secteur privé attire en foule les investisseurs particuliers vers cette catégorie d’actif émergente, naguère réservée aux investisseurs institutionnels.

Vous croyez rêver? Il s’agit ici d’un communiqué lancé par la Banque Canadienne Impériale du Commerce (CIBC) quelques jours avant la publication du budget Flaherty… Nos banques sont prêtes. Et que suggère l’opposition libérale? Demander des comptes aux conservateurs à tous les trois mois… Pincez-moi, je crois rêver.

Photo: canadian pacific – Flickr

Posted in Économie, Parti Conservateur, Politique | Tagué: , , , , , , , | 3 Comments »

Un budget pour les amis

Posted by lutopium sur 28 janvier 2009

Sachant fort bien qu’ils ne peuvent pas se faire élire en présentant clairement leur idéologie réformiste, les conservateurs se comportent comme les libéraux afin de garder le pouvoir. Un budget à l’antipode de leurs convictions mais à la hauteur de leurs ambitions. Car c’est bien là où se situent les vrais enjeux: conserver le pouvoir afin de plaire aux copains de l’industrie pétrolière et à ceux du monde financier. Deux réactions:

« Ce budget est une aberration. C’est pire que le scénario catastrophe que nous avions imaginé. Ce gouvernement est incapable d’être proactif et d’adopter une vision moderne… Ce budget ne comprend rien de substantiel pour relancer l’économie canadienne tout en faisant face aux crises climatique et énergétique. Les infrastructures vertes, les transports collectifs, les rénovations éco-énergétiques et les énergies renouvelables n’ont récolté ni plus ni moins qu’une poignée de petit change… » – Steven Guilbeault, Équiterre.

« Les médias ont fait grand cas du déficit de 85 milliards sur cinq ans du budget Flaherty, mais ils ont complètement passé sous silence le montant faramineux de 200 milliards $ (12 pour cent du PIB) prévu dans ce que le gouvernement appelle un « Cadre de financement exceptionnel » pour venir en aide aux institutions financières canadiennes. En soi, ce transfert monétaire auprès des banques est la principale cause du déficit budgétaire et de l’endettement du gouvernement fédéral…. » Michel Chossudovsky, Centre de recherche sur la mondialisation.

Les vrais conservateurs, particulièrement les réformistes de l’ouest canadien doivent se tordre de douleur en examinant les propositions du budget. Je suis certain que les troupes de Stephen Harper viennent de perdre de nombreux appuis au sein de la communauté conservatrice canadienne. Comment les militants pourront-ils expliquer que leur parti n’hésite pas une seconde à investir des milliards de dollars dans le sauvetage des banques canadiennes (y’a-t-il détresse quelque part?) alors qu’on vante les mérites du libre-marché et d’une intervention minimale de l’état? Et c’est moi qu’on traite d’étatiste!

Comme le souligne le conservateur Gerry Nicholls sur son blogue: « Well now it’s official. The Conservative Party is conservative in name only. Makes me yearn for the days when we had relatively fiscally conservative leaders, like Jean Chretien. »

Les grands gagnants? Les banques et les pétrolières. N’avez-vous pas l’impression de vous faire fourrer royalement?

Photo: A guy with a camera – Flickr

Posted in Économie, Environnement, Parti Conservateur, Politique | Tagué: , , , , , , , | 25 Comments »

Le mirage des réductions d’impôt de Stephen Harper

Posted by lutopium sur 17 septembre 2008

Un des principaux arguments utilisés par les défenseurs du programme électoral de Stephen Harper est la réduction des impôts pour les familles de la classe moyenne. Même si le discours du Premier Ministre est plutôt vague à ce sujet, les partisans du Parti Conservateur sont convaincus qu’ils auront plus d’argent dans leurs poches car la philosophie conservatrice oblige l’allégement fiscal. Voyons ici comment M. Harper a traduit cette intention dans son discours du trône du 16 octobre 2007:

« Pour garantir la sécurité économique des Canadiens, notre gouvernement présentera un plan à long terme d’allégement général du fardeau fiscal des particuliers, des entreprises et des familles, y compris une autre réduction, tel qu’il a été promis, de la TPS… Les Canadiens de la classe moyenne et leur famille constituent l’assise de la population active du Canada. Les familles s’inquiètent de la hausse des coûts de l’enseignement supérieur et des dépenses nécessaires pour prendre soin de parents âgés… »

Et voilà, ça se résume à ces quelques idées générales… Alors que ce même discours fournit des détails précis sur la souveraineté de l’arctique, sur les stratégies militaires et sur le nombre de policiers additionnels qui devraient être recrutés pour assurer la sécurité des canadiens, on ne trouve rien de très concret en ce qui concerne les mesures fiscales qui permettraient aux citoyens de s’enrichir rapidement… Un peu plus tard, vers la fin du mois de décembre, le ministre des Finances, Jim Flaherty, déclarait: « Il faudra des années avant que le gouvernement fédéral ne soit en mesure d’accorder aux canadiens ordinaires les diminutions d’impôts historiques qui ont été consenties aux entreprises en octobre… »

On peut comprendre que nos amis conservateurs étaient anxieux de prendre connaissance du budget de M. Flaherty qui fut déposé en chambre quelques mois plus tard. Je crois qu’ils ont été déçus… La réduction fiscale tant espérée s’est finalement présentée dans le nouveau programme du compte d’épargne libre d’impôt – permettant de déposer cinq mille dollars dans un compte bancaire sans payer d’impôt – et une déduction pour les personnes aînées. Pas grand chose finalement pour la classe moyenne qui comptait rembourser ses cartes de crédit…

Plusieurs analystes et blogueurs sympatiques aux politiques conservatrices ont même fait remarqué que le gouvernement de Stephen Harper est en fait beaucoup plus dépensier que ne l’étaient les libéraux avant eux. Comme il est évident que les conservateurs prévoient réduire la portée de certains services gouvernementaux , comment un gouvernement Harper priorisera-t-il ses dépenses? Aurait-t-il pris des engagements avec l’industrie militaire? Prévoit-il un budget pour construire le gazoduc entre l’Alaska et les États-Unis continentaux comme le souhaite ardemment les républicains? Réduira-t-il encore une fois les impôts des grandes entreprises?

À mon avis, la promesse d’une réduction d’impôt pour les particuliers n’est qu’un mirage servant à attirer les votes des citoyens. Comme les conservateurs se privent de revenus importants suite à la réduction de la TPS et de l’allègement fiscal des entreprises, il leur sera difficile de combler cette promesse. Si vous comptiez voter conservateur dans l’espoir de payer moins d’impôt, il faudra trouver un autre argument…

Posted in Économie, Élections canadiennes 2008, Parti Conservateur | Tagué: , , , , , , , | 9 Comments »