lutopium

Posts Tagged ‘Jeff Fillion’

La business des belles filles Molson Ex et ses complices

Posted by lutopium sur 15 juillet 2008

Même si le Conseil du Statut de la Femme suggérait récemment aux diffuseurs de resserrer les règles d’application des normes en matière de stéréotypes sexuels, plusieurs annonceurs n’hésitent pas à investir leurs budgets médiatiques dans des campagnes mettant en vedette des jeunes québécoises en tenue légère tout en laissant croire à l’auditoire qu’il sera plus facile de draguer sous l’influence de leurs produits.

La brasserie Molson semble convaincue que les jeunes hommes de 18 à 35 ans, du moins ceux qu’on appelle les Serge, adopteront des bières spécifiques car elles sont associées aux jolies filles, et à une ambiance de style Porky’s qui laisse croire qu’un simple party peut se transformer en orgie…  Quand on examine la situation de plus près, on s’aperçoit que ces campagnes de publicité sexistes entraînent un groupe intéressant de partenaires soucieux de leur rendement financier :

  • Les stations de radio CHOI et CHXX, propriété de Genex Communications, sont associées à Molson dans la promotion de la campagne des belles filles Molson Ex ;
  • Genex est l’ancien patron de Jeff Fillion ;
  • Le site de M. Fillion – Radio Pirate – affiche des publicités de la brasserie Molson ;
  • La société Genex est propriétaire des magazines Summum et Adorable, spécialisés dans la photographie sensuelle « softcore » et dans des concours similaires aux belles filles Molson Ex ;
  • Les sites web des magazines Summum et Adorable sont réalisés et produits par Branchez-Vous!

Le chroniqueur Hugo Dumas de La Presse résume bien la synergie qui règne au pays des Serge : « Que les frères Maxime et Julien Rémilllard, les nouveaux propriétaires de la chaîne, songent à ressusciter la carrière médiatique de Jeff Fillion n’étonne pas du tout. Remstar a amorcé la transformation de TQS en un réseau ciblant les hommes de 18 à 49 ans et d’un point de vue purement marketing, Jeff Fillion attirerait exactement cette clientèle. De gros annonceurs comme Burger King, Molson Dry, Coors Light, Ameublements Tanguay et les jeans Lois ont acheté des espaces publicitaires sur le site web de Radio-Pirate et TQS ne cracherait pas sur ces clients prestigieux. »

Lorsqu’on se rappelle que Jeff Fillion a appuyé Mario Dumont, Stephen Harper et Régis Labeaume, on est en droit de se demander si ces mêmes Serge représentent les électeurs qui appuient les libertés individuelles, l’anti-syndicalisme et la primauté de la croissance économique.  Ça serait intéressant de consulter les analyses de marché!

Photo : lacasse – Flickr

Publicités

Posted in ADQ, Médias, Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 22 Comments »

Médias et démocratie

Posted by lutopium sur 4 février 2008

Et voilà donc Mario Dumont se portant à la rescousse de TQS. Après avoir pris la défense de Jeff Fillion, l’ADQ se fait maintenant le porte-parole du mouton plus- noir-que-jamais et exige « que le CRTC donne à ces réseaux les moyens de leurs ambitions… ». Pour un homme politique qui prône les bienfaits de la réduction de la taille de l’état, M. Dumont se sent bien généreux! Dans l’édition du 26 janvier du Devoir, Gil Courtemanche lui donne toute une gifle…

Pendant que la droite québécoise suggère l’intervention de l’état (….), les journalistes québécois se rencontrent le weekend prochain pour discuter des enjeux entourant les médias et la démocratie. Organisé par la Fédération Nationale des Communications (CSN) et présidé par la sénatrice Joan Fraser (ex-journaliste et éditiorialiste au quotidien The Gazette), le colloque demande à ses participants si « Informer est encore d’intérêt public? » Sur le site Internet, on peut y lire des dizaines d’articles, rédigés par des journalistes, politiciens et écrivains, qui tentent de lancer des pistes de réflexion sur les grands enjeux entourant le monde des médias d’information.

La programmation de l’événement permettra de débattre également sur l’importance que joue Internet, les nombreux sites d’information et les millions de blogues qu’on peut y trouver. Sur ce sujet particulier, voici quelques passages qui ont attiré mon attention sur le site du colloque et qui apportent des éléments intéressants au débat :


Pascal Lapointe, journaliste :
Effectivement, rien qu’avec les blogues, on assiste depuis 2003 à un phénomène extraordinaire: des dizaines de millions de citoyens prennent la parole, et certains de ces «amateurs» le font avec un talent qui ferait rougir d’envie certains professionnels.

Sur Internet, les plus militants des internautes rêvent justement d’un univers où on n’aurait plus du tout besoin des journalistes: c’est le mythe du «journaliste citoyen».

Le travail journalistique vaut de moins en moins cher? On l’a dit, les tarifs à la pige n’ont pas augmenté depuis 40 ans. Or, les tarifs sur Internet se situent dans la même fourchette. Et que dire des «journalistes citoyens» fiers de travailler bénévolement…


Daniel Marsolais, journaliste :
Certains, et je n’en suis pas, vont même jusqu’à se demander si cette «presse alternative», décrite aussi comme le contre-pouvoir du quatrième pouvoir, ne serait pas en train de devenir la solution de remplacement à la presse traditionnelle… Mais ça c’est une autre histoire et un excellent sujet de réflexion pour un autre colloque…

Quoi qu’il en soit, ce qui est tout à fait extraordinaire avec ce nouvel outil de communication, c’est son immense souplesse, sa très grande facilité de publication, sa non moins grande liberté éditoriale et sa formidable capacité d’interaction avec les lecteurs.

Et pour ceux qui, à juste titre, ont toujours été préoccupés par le pluralisme des sources d’information, ne trouvent-ils pas ici un outil non traditionnel qui contribue à faire avancer un tant soit peu la démocratie?

En dépit de tout, la plus grande force du web c’est peut-être de bousculer un peu l’ordre établi, et surtout de forcer l’industrie des mass-médias et ses artisans à se redéfinir. À cet égard, la question qui devrait être sur toutes les lèvres des journalistes de l’écrit par les temps qui courent est la suivante: combien de temps encore nos journaux, tels que nous les connaissons dans leur forme actuelle, tiendront-ils encore le haut du pavé?


Michel Nadeau, journaliste au Devoir (1974-1984) :
Rappelons que la démocratie n’est pas l’exercice du droit de vote mais l’accès au débat avant le vote. Les citoyens bâtissent eux-mêmes leurs médias et des réseaux à la hauteur de leurs intérêts; mais le web ne fournira jamais le jugement nécessaire pour évaluer et classifier cette mer d’information. Des experts seront nécessaires pour faire des liens entre des faits, pour apporter une solide crédibilité derrière certains propos.


Bernard Landry, ex-premier ministre du Québec :
Comme ceux qui respectent l’économie de marché ont le devoir de la surveiller et de la moduler pour sa propre sauvegarde, les garants de la liberté de presse doivent en prévenir les dérives potentielles à travers l’action collective, qu’elle soit étatique, citoyenne ou corporative.

Posted in Médias, Politique | Tagué: , , , , , , , , , , | 3 Comments »