lutopium

Posts Tagged ‘CDP’

Sabia à la Caisse: une erreur de débutant

Posted by lutopium sur 14 mars 2009

Je n’en reviens toujours pas… Comment les libéraux et la direction de la Caisse de dépôt du Québec en sont-ils arrivés à nommer Michael Sabia au poste de président?  Je suis entièrement d’accord avec la conclusion de Bernard Landry: c’est plus qu’une erreur: c’est une faute.

Ceux qui me lisent régulièrement savent que je ne suis pas un grand défenseur du culte du chef. Il ne faut pas paniquer, la Caisse peut fonctionner normalement avec un exécutif et des professionnels compétents. Le président agira souvent comme le chef d’orchestre, s’assurant que tous les projets présentés par les vice-présidences sont traitées en ordre de priorité. Les opérations quotidiennes de l’organisation peuvent cependant se passer d’un grand manitou suprême. Il faut prendre son temps.

Tout de même, comme un président a droit de veto sur les grandes décisions – même s’il doit obtenir le consentement du conseil d’administration, il est primordial que la personne qui occupe cette fonction ait des compétences minimales. Évidemment, une formation de base en gestion des affaires sera un atout. Cependant, chaque industrie a ses particularités et le/la présidentE devra en connaître les moindres rouages. Michael Sabia n’est pas reconnu comme un expert des placements financiers. C’est le premier problème.

Le deuxième malaise face à cette nomination est reliée à la personnalité de l’individu. Suite aux récents problèmes de la Caisse dans le monde de la spéculation financière, on semble nous dire qu’elle doit se doter maintenant d’un représentant qui est en mesure de redorer son blason tout en étant capable de convaincre l’opinion publique que le train retrouve enfin ses rails. C’est pas parce qu’il a travaillé au CN lors du processus de sa privatisation que M. Sabia est automatiquement devenu un grand communicateur. Au contraire, il est plutôt du genre timide et effacé. Demandez aux employés de Bell Canada. Depuis l’arrivée de George Cope, ils sont surpris de recevoir des courriels de leur président…

Le troisième handicap de Michael Sabia est associé à la plus importante décision qu’il ait eu à prendre lorsqu’il était président de BCE: la privatisation (retrait de la bourse) de l’entreprise et la mise aux enchères d’un patrimoine collectif. Présentée comme un avantage extraordinaire pour les milliers d’actionnaires (une action stagnante à 28$ rachetée pour 42$), la vente de BCE aux mains du prête-nom Teachers représentait également un danger potentiel pour l’économie canadienne: mises-à-pied massives, impartition, sous-traitance, démantèlement de l’entreprise, refinancement des infrastructures… Comme je le mentionnais dans un billet publié le 7 août dernier, « …les partenaires américains de Teacher’s – les fonds (d’équité) Providence et Madison – s’en mettront plein les poches en ayant recours à la sous-traitance et en vendant les actifs de l’entreprise que les abonnés financent depuis plus de 125 ans… » Sous Michael Sabia, aucun respect pour le patrimoine collectif. Sous Michael Sabia, un joyau de l’économie canadienne pouvait soudainement se retrouver sur le marché de la spéculation des firmes d’équité. Le monde des prédateurs et des assoifés de richesse instantanée.

Michael Sabia doit changer d’avis et refuser l’offre de la Caisse de dépôt. Autrement, nous sommes en plein délire. Je n’arrive pas à m’expliquer comment l’exécutif du Parti Libéral ait réussi à plonger dans ce bourbier. Ce ne sont pas des amateurs… que se passe-t-il dans le bureau de Jean Charest à Québec?

Illustration: marin.a – Flickr

Publicités

Posted in Économie, Parti Libéral, Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 15 Comments »

Caisse de dépôt: une commission d’enquête?

Posted by lutopium sur 10 février 2009

Depuis le printemps dernier, bien des québécois se posent des questions sur les agissements de la Caisse de dépôt. Le tout débute en mai 2008 lorsque son président, Henri-Paul Rousseau, annonce qu’à son âge, le temps est propice pour « relever un nouveau défi professionnel dans le secteur privé ». Un peu plus tard, on apprend qu’il passe finalement chez Power Corporation. Un président intérimaire, inconnu de la population, démissionne suite à un congé de maladie. Lors de la campagne électorale, Mario Dumont sait très bien qu’il se passe quelque chose et demande des comptes au Premier Ministre. Secret d’état: il veut conduire le volant à deux mains.

Hier soir, lors de son passage à l’émission « 24 heures en 60 minutes », l’ancien député libéral Yves Michaud ne mâche pas ses mots. Il exige une commission d’enquête afin de faire la lumière sur les agissements de la Caisse et de mieux comprendre pourquoi et comment elle a pu perdre 26% de sa valeur, privant ainsi les citoyens québécois de 38 milliards dans son fonds de retraite. Même s’il est un personnage souvent controversé, je suis persuadé que M. Michaud sait quelque chose. D’ailleurs, lorsqu’il a annoncé son retrait de la vie publique, M. Michaud a laissé entendre qu’il en avait marre des agissements des grandes entreprises et des conflits d’intérêts. Il n’a rien à perdre…

Il s’agit de fonds publics, d’un patrimoine collectif. Il est donc primordial pour le gouvernement libéral de faire la lumière sur les agissements de la Caisse de dépôt. Pour dénoncer les conflits d’intérêts et pour empêcher qu’elle ne répète les mêmes erreurs spéculatives. Mon intuition me dit que tout n’est pas très joli dans ce dossier… Si le Premier Ministre ne veut pas ouvrir les livres, j’espère que Bernard Descôteaux prendra le relais et en forcera la lecture. Je ne crois pas que les journalistes de La Presse oseront creuser ce dossier. À suivre.

Ajout (12:20): Le Parti Québécois demande une enquête publique.

Illustration: Search Engine Land – Flickr

Posted in Économie, Parti Libéral | Tagué: , , , , , , , , | 15 Comments »