lutopium

Touches pas à ma retraite!

Posted by lutopium sur 21 mai 2009

Ce billet est publié simultanément sur le blogue collectif “Les 7 du Québec”. Vous êtes invités à laisser vos commentaires sur ce site.

Il me semble que la très grande majorité des québécois espèrent prendre leur retraite vers l’âge de 65 ans afin de profiter de quelques années de repos et investir leur temps comme bon leur semble. Je n’ai jamais entendu quiconque proposer que ce concept soit aboli et qu’on soit forcé de travailler jusqu’à la fin de nos jours. Évidemment, les autonomistes et les libertariens nous diront que les gouvernements n’ont rien à voir avec un tel système, que les gens peuvent se débrouiller tout seuls et avoir une confiance inébranlable envers nos financiers modernes pour leur assurer un revenu « décent » à la retraite… On voit ce que ça donne lorsqu’un gouvernement libéral exige que l’instance qui est responsable de protéger les avoirs de sa population se tourne vers un modèle spéculatif où l’erreur est banalisée et les résultats à la merci des lois naturelles du marché.

Administré par la Régie des Rentes, le système québécois est ce qui se rapproche le plus d’un revenu de citoyenneté. Même s’il ne parvient pas à combler les besoins essentiels et enrayer la pauvreté, le régime québécois, par exemple, permet aux citoyens qui ont gagné un salaire moyen (environ $30,000 aujourd’hui) tout au long de leur vie active de toucher une rente annuelle d’environ $18,000. Ce montant inclut le programme canadien de la sécurité de la vieillesse et le supplément de revenu garanti. Idéalement, la rente annuelle devrait être supérieure au seuil de la pauvreté mais le concept demeure une mesure essentielle.

Évidemment, les plus fortunés d’entre nous toucheront des revenus en provenance de placements privés et d’autres auront accès à un fonds de pension relié à leur emploi. Cependant, on le voit depuis quelques mois, la spéculation boursière, le manque de rigueur et la déresponsabilisation des entreprises face aux caisses de retraite n’est pas très rassurant pour les travailleurs qui aspirent à une vie « décente » lorsque le temps aura enfin sonné. Si on se fie au chroniqueur Claude Chiasson du Devoir, cette décence se chiffre à $60,000 par année et l’on doit avoir accumulé une fortune de plus de $300,000 pour y accéder.

Nos aristocrates québécois n’hésitent pas à se voter des fonds de retraite douillets afin d’assurer leur capacité à conserver leur mode de vie luxueux tout en protégeant leur héritage familial. Certains d’entre eux ont accumulé différentes sources de revenus en passant par la vie publique (hauts fonctionnaires, députés, ministres) et par l’entreprise privée. Il est fort probable que le nouveau président de la Caisse de dépôt du Québec ait droit à des chèques du Gouvernement du Canada, du Canadien National et de Bell Canada. Pas surprenant que M. Sabia se soit enduit de noblesse en refusant la pension annuelle de $235,000 de son nouvel employeur…

Le Gouvernement du Québec et la Caisse de dépôt ont la responsabilité de sécuriser la caisse de retraite des québécois et de permettre à tous les citoyens de recevoir une rente qui leur permettra de subvenir à leurs besoins essentiels. La nonchalance de certains pourraient forcer l’état à repousser l’âge de la retraite à 67 ans. Les québécois n’ont pas seulement perdu 40 milliards, ils ont perdu deux ans de repos. Pendant ce temps, nos aristocrates versent une petite larme et jouent au golf. Dans leur club privé

Photo: Linda Z. – Flickr

Publicités

4 Réponses to “Touches pas à ma retraite!”

  1. Manx said

    Sur l’âge de retraite placé à 67 ans, l’explication qui a été faite est simple. Avec la hausse de l’espérance de vie, l’argent que l’on économise doit maintenant être étalé sur une plus grande durée.

    Le défaut est que l’on n’a pas pris la retraite au sérieux et que l’on n’a pas fait suffisament de démarches pour améliorer la situation de ces personnes, ce qui fait que l’on veut, pour compenser, augmenter l’âge moyen de la retraite. Je parie que je vais prendre la mienne vers 70 ans ^^, si les choses continuent.

  2. Je peux me tromper mais selon nos chartes, personne ne peut être forcé à prendre sa retraite à l’âge de 65 ans à moins bien sur de ne plus avoir la capacité pour faire sa job.

  3. Kevin said

    Donc lorsque le gouvernement prend notre argent pour faire un fond de retraite à notre place en déterminant arbitrairement les cotisations, prend de mauvaises décisions, c’est la faute du capitalisme et l’étatisme n’a rien à y voir???? Lorsque des ministres et des haut fonctionnaire se votent de haut salaire payé avec l’argent des contribuable, l’étatisme n’a rien à y voir? Tu vas me faire croire que donner plus de pouvoir à l’état ne crée pas de corruption et tu mets sur le dos du capitalisme l’imcompétence de FONCTIONNAIRES et de POLITICIENS??

    Comme dit Antipollution, il n’y a aucune loi qui interdit à une personne de travailler après 65 ans (ça serait bien ton genre à être en faveur d’une loi liberticide comme ça!!). La seule chose, c’est que la RRQ vous désavantage je crois. L’état n’a tellement rien à faire dans la décision de prendre sa retraite ou pas!! Certaines personnes seront trop maganées à 60 ans comme d’autres peuvent continuer jusqu’à 75 ans. Dire que les gens sont incapable de faire des choix personnel relève du mépris de l’individualité de chacun. Mais bon, l’individualité c’est mauvais hein, prendre ses propres décision, avoir ses propres valeurs et choisir ses propre directions, c’est de l’individualisme ; il faut que quelqu’un fasse tout ça à notre place!!!!

    Faut être solidement utopiste, borné et démagogue pour que lorsqu’il y a une incompétence de l’état, mettre la faute sur le privé!

    Bon maintenant on vas jouer à défaire les sophismes :

    1. « avoir une confiance inébranlable envers nos financiers modernes pour leur assurer un revenu « décent » à la retraite »

    Bon en premier lieu ce n’est pas aux financiers mais bien aux PERSONNES que tu fais confiance. C’est à dire que chaque personne est assez RESPONSABLE pour prendre ses propres décision sans que maman les guide par la main. Ça veux dire que chaque personne choisi une institution financière avec les termes qu’elle CHOISI. Si elle choisi de très haut rendement mais risqué, elle doit assumer la RESPONSABILITÉ de ses décisions. C’est sur que dans un monde où l’état nous dit même quelle couleur doit avoir la margarine, les préférences temporelles deviennent très élevées et les gens s’intéresse plus au court terme. Mais bon toi tu vois ça comme une caractéristique de l’individualité, comme si infantiliser une personne la rendait plus responsable et autonome.

    2. « Idéalement, la rente annuelle devrait être supérieure au seuil de la pauvreté »

    Et comment pense tu le payer??? Exactement comme une rente privée, une personne en travaillant PAYE DES COTISATIONS toute sa vie, ces cotisations sont prises en charge et versées annuellement à la retraite. La différence avec un fond privé, c’est que vous ne choisissez pas la portion de revenu qui est prise, n’avez aucune propriété sur ce qu’on vous prend et les termes du contrat ne sont pas déterminé par vos choix mais bien par des fonctionnaires. Ce que ça a comme conséquence c’est de faire une gigantesque pyramide de Ponzi. Ça veux dire que dans 30 ans, si l’état décide qu’il est trop endetté, qu’il a pris de mauvaises décision ou whatever, il peut très bien refuser de payer mes rentes, les diminuer ou peu importe ce qu’il décide puisque l’argent que j’ai payé toute ma vie ne m’appartient pas.

    Donc dans ta tête, c’est beaucoup mieux d’éliminer le risque, de créer un monde sans aucune responsabilité, sans aucune propriété et où les gens sont totalement dépendant des décisions de politiciens… Ahhhh la dépendance, l’égalitarisme (peu importe tes efforts tu seras égal à ton voisin et n’aura jamais plus) et la déresponsabilisation, nous devons nous efforcer d’aller plus dans cette direction!!!

    3. « Nos aristocrates québécois n’hésitent pas à se voter des fonds de retraite douillets »

    Ouais tu parle de ministre, de haut fonctionnaire, de représentants de L’ÉTAT!!!!!!!! Ce bel organisme monopolistique que tu adules!

    4. « La nonchalance de certains pourraient forcer l’état à repousser l’âge de la retraite à 67 ans. Les québécois n’ont pas seulement perdu 40 milliards, ils ont perdu deux ans de repos. »

    Bin oui ça veux dire qu’il te sera interdit de cesser de travailler avant 67 ans……….. BIN NON!!! Ça veux dire que tu recevras tes rentes 2 ans plus tard!!! Ce que je disais à propos des décisions unilatérales de fonctionnaires et de politicien, dont les variables sont dépendantes uniquement des décisions de ceux-ci?

    ——-

    Donc tu as trois modèles :

    1. Celui où chaque personne, de manière responsable et prévoyante (dire que les humains ne sont pas responsable c’est mépriser l’humanité et te contredire), met en placement une partie de ses revenu dans l’institution financière de son choix, selon les termes que la personne choisi (et dont la variété de choix est multipliée par la concurrence, de la même façon que j’ai des dizaines et des dizaines de marques de produits à l’épicerie, ainsi que plusieurs épiceries qui se concurrence dans la variété et la qualité) et en assumant les conséquence de ces choix (prendre des placements risqué implique un risque). Dans ce type de société, les gens se sentent concerné par les autre et font volontairement des dons à des organismes caritatifs qui assurent un revenu ou des services à ceux qui en ont besoin (ou on pourrait facilement imaginer un placement dont une partie irait à ces personnes qui en ont besoin)(les régions où l’état s’ingère moins dans la vie des gens a aussi un taux de dons personnels beaucoup plus élevés).

    2. Celui où chaque personne paye une partie de son revenu selon des termes fixé par l’état et variable de manière arbitraire, dont la permanence est incertaine ainsi que les prestations. Chaque personne qui travaille plus donne un plus grand pourcentage de son revenu pour aller aux autres, sans en avoir fait le choix personnel et il y aurait donc un véritable clivage social où ceux qui ont des revenu supérieurs se sentiraient littéralement volé par les autre (contrairement au système de don privé où la charité est réellement volontaire), une opposition constante des rapports de force en fonction du poid démocratique de ceux-ci (par exemple plus de personne à faible revenu mais plus de poid politique de ceux à haut revenu par leur pouvoir d’influencer les lobby etc.) pour avantager les uns au détriment des autres.

    3. Celui où personne n’a de revenu, toute personne qui travaille reçoit tout de l’état et en est complètement dépendante, personne ne pense à long terme puisque l’épargne et l’investissement n’existe plus, chaque revenu est assuré et chaque emploi est rénuméré également ou en fonction d’une échelle pré-déterminée. Éventuellement, on arrive avec une classe « élite » qui sont les ami de la classe dirigeante et qui a des privilèges par rapport au reste de la société et le moindre effort individuel est inutile.

  4. Je prendrai ma retraite au moment de mos décès. D’ici à ce jour, je veux mettre tout ce que je suis, toutes mes ressources au service de la société. Je ne m’inquiète pas pour le matériel car je n’ai jamais manqué de rien de toute ma vie. Ma vie est une formidable aventure et je suis rempli de reconnaissance, de gratitude. Le monde dans lequel je vis est terrible et fascinant à la fois. J’ai toujours fait ce que j’ai voulu, la vie m’a tout donné, en abondance.

    Bien sûr, il y a celles et ceux qui agissent de façon malhonnête…peu importe le système. Personnellement je suis persuadé que la coopération et la solidarité sont les clés indispensables à notre réussite collective. Je vois le monde changer, je suis terrifié et malgré tout confiant face à la vie, au bon sens qui finira par prévaloir de gré ou de force. Ce que nous ne ferons pas volontairement nous serons obligés de le faire tôt ou tard sauf que dans ce cas, ça risque d’être plus douloureux!

    Je suis persuadé qu’un jour pas très lointain, il n’y aura plus de pensions, seulement des êtres humains qui veilleront les uns sur les autres comme des frères. Mais nous…nous serons morts mon frère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :