lutopium

L’indigestion des fécules

Posted by lutopium sur 7 mai 2009

Ce billet est publié simultanément sur le blogue collectif “Les 7 du Québec”. Vous êtes invités à laisser vos commentaires sur ce site.

Un des signes évidents du vieillissement, c’est la difficulté à digérer certains aliments. Certains d’entre vous seront d’accord pour dire que les fécules peuvent causer des douleurs intolérables. C’est le malaise que j’ai ressenti cette semaine lorsqu’on m’a informé de la publication d’un billet de Joseph Facal dans le Journal de Montréal.  Je me contenterai de ce petit jeu de mots.  Restons polis…

La réaction farfelue de l’ancien ministre péquiste est reliée au manifeste de Québec solidaire « Pour sortir de la crise: dépasser le capitalisme? » qui a été lancé la semaine dernière. Monsieur Facal n’hésite pas à tomber dans les insultes et les imprécisions afin de discréditer l’initiative de Qs. Même si la plupart des médias québécois n’ont eu aucun problème à informer la population sur la publication du manifeste, Monsieur Facal croit que « l’initiative est passée totalement inaperçue ». Le professeur discrédite le travail de Qs en associant ses idées au fascisme et au communisme tout en nous rappelant que Françoise David a milité dans un groupe marxiste-léniniste dans les années soixante-dix. Évidemment, pour un type qui a fait un bac et une maîtrise en sciences politiques, rien n’est plus mystérieux et dangereux qu’un ancien marxiste… Dommage, ça discrédite un grand nombre de personnalités publiques… comme Gilles Duceppe ou le journaliste Alain Dubuc. À moins que tout ça dépende de quel bord vous vous êtes rangé. Vous êtes un ancien maoiste déterminé à faire l’indépendance du Québec? Ça va. Vous êtes un ancien agitateur trostkyste maintenant au service de Maître Desmarais? Bon travail.

Monsieur Facal le prend très personnel. Parce que le manifeste de Qs utilise le terme « Lucides » pour identifier les responsables de la crise économique actuelle, il se sent directement attaqué car, ne l’oublions pas, Monsieur Facal est un des signataires du Manifeste des Lucides publié il y a quelques années, en collaboration avec Lucien Bouchard, André Pratte, Claude Montmarquette et une brochette de ténors de la droite économique québécoise. Dans cet hymne à la liberté économique, les disciples du monde des affaires proposaient le dégel des frais de scolarité, la hausse des tarifs d’électricité, des baisses d’impôts et une plus grande place au privé dans la livraison des services publics. Lucidité, responsabilité et liberté. Amen. On se rappelle que Françoise David avait répondu à l’invitation des lucides en lançant le Manifeste pour un Québec Solidaire, qui proposait des solutions progressistes qui ont finalement reçu un meilleur accueil de la population, tel que le soulignait un sondage CROP et un article d’Alexandre Shields.

Avec la publication de ce nouveau manifeste, Qs suggère de pousser la réflexion un peu plus loin et de remettre en cause certains fondements de notre système économique. Monsieur Facal semble renversé. Pourtant, des centaines d’experts de tous les horizons politiques et économiques proposent essentiellement cette réflexion fondamentale. Est-ce tout simplement une (autre) crise économique ou un système qui supporte mal le modèle néolibéral? Même Nicolas Sarkozy, qui est loin d’être un militant gauchiste, reconnaissait récemment que « le marché qui a toujours raison, c’est fini ». Monsieur Facal remarquera également que « la Chambre des représentants américaine a approuvé (hier) la création d’une commission d’enquête indépendante pour examiner les causes de la crise économique… ». Le problème est majeur Monsieur Facal. Ceci n’est pas un hoquet.

En fait, Monsieur Facal me rappelle la croisade qu’a menée le sénateur américain Joseph McCarthy dans les années cinquante. Le pauvre, il voyait des communistes partout et toute opposition au système capitaliste devait être sévèrement punie. McCarthy et Facal, inquisiteurs au service des Maîtres de la Cité, ont trouvé le clown maléfique de leur époque. Monsieur Facal compare Françoise David et Amir Khadir à Ding et Dong et souhaite leur disparition du paysage politique québécois. De son côté, le sénateur McCarthy a poussé Charlie Chaplin à s’exiler en Suisse suite à des accusations d’activités anti-américaines portées contre lui. La chasse aux sorcières qu’a menée McCarthy était motivée par ce qu’on appelait la « peur rouge », la peur des méchants communistes. Et celle que mène Monsieur Facal, est-elle associée à sa loyauté envers le Parti Québécois ou envers la chambre de commerce?

J’imagine que Monsieur Facal n’est pas très préoccuppé par la crise économique actuelle. Car, même s’il est l’un des grands défenseurs du libre-marché et de la croissance économique, il n’est pas le symbole de l’entrepreneur visionnaire. Après ses études collégiales et universitaires, M. Facal a travaillé pour le PQ, a siégé comme député et il est maintenant professeur aux HEC tout en vendant ses pamphlets à Maître Péladeau. Une belle carrière « publique » d’après ce que je peux constater. Il n’a probablement pas de soucis à se faire en songeant à sa belle retraite dorée qui sera payée entièrement par les fonds publics.

Je me demande bien qui est le clown.

Photo: bettywisse – Flickr

Publicités

9 Réponses to “L’indigestion des fécules”

  1. Hum… dommage. Ce texte aurait été plus que pertinent sur Voix de Gauche.

  2. Joseph Facal ne faisait que répondre aux attaques de QS et de ses 2 chefs. Lisez ceci :
    http://www.cyberpresse.ca/opinions/forums/la-presse/200904/30/01-851759-oser-aller-plus-loin.php

  3. Jupiter said

    Où ça une attaque?

    On y lit :

    « Au contraire des Lucien Bouchard, Joseph Facal, Pierre Fortin, André Pratte et Cie, les signataires du manifeste pour un Québec solidaire proposaient de rompre avec les recettes néolibérales, sachant fort bien que le désengagement de l’État, la déréglementation tous azimuts ainsi que le culte du libre marché mèneraient tout droit à des crises aux effets dramatiques. »

    Il me semble bien que le Manifeste pour un Québec lucide préconise la déréglementation, que Facal en est signataire. Le texte ne dit rien d’autre à son sujet.

  4. Kevin said

    Dans le manifeste, on peut lire la phrase :

    «Les subprimes « … » ont été rendu possible par une déréglementation du marché financier permettant aux banques de trouver des nouveaux clients et d’augmenter leurs profits.»

    Question :

    1. Puisque c’est la déréglementation qui a fait en sorte que les banques ont pris des décisions stupides, quel était la loi qui interdisait à une banque de prêter à une personne à risque.

    2. Pourquoi était-ce dans la perspective de faire du profit, si ces prêt ont causé des pertes gigantesques. Par chez nous, une perte n’est pas un profit.

    3. Quelle réglementation aurait pu empêcher les banques de prendre des décisions stupides, compte tenu qu’il existe :
    – Des banques centrales
    – Un organisme étatique qui « charters, regulates, and supervises all national banks. »
    (http://www.occ.treas.gov/aboutocc.htm)
    – Un projet de loi qui encourageait les banques à faire plus de subprimes, renforcé dans les années 90 pour prêter plus
    (http://en.wikipedia.org/wiki/Community_Reinvestment_Act)
    – Un organisme gouvernemental (GSE) dont la seule mission était de racheter les prêts hypothécaires pour stimuler le crédit et qui a eu des quotas de prêts « subprime » pour « favoriser l’accès à la propriété des pauvres » (Fannie Mae, Freddy Mac)
    4. Est-ce que tu voudrais plus de réglementation comme au Pérou où il faut plus de deux ans pour obtenir une propriété commerciale (ou alors soudoyer un fonctionnaire)??

    C’est quoi tu voudrais un organisme gouvernemental qui analyse et approuve CHAQUE prêt hypothécaire et a un droit de regard pour refuser ou accorder un prêt? (si une banque veux prêter, il peut l’empêcher et si elle refuse, il peut le forcer) Comment garantir l’efficacité de cet organisme et empêcher que ça ne fasse qu’augmenter les délais d’accès à la propriété.

  5. lutopium said

    @AntiPollution: Si j’étais encore péquiste, je n’endosserais pas ce billet de M. Facal. Il peut lancer des constats et proposer des solutions, à sa guise, mais rien ne justifie les injures. Et il n’y en a aucun dans le manifeste. Des accusations et des dénonciations, certes. Mais pas d’insultes. L’approche de M. Facal est une véritable chasse aux sorcières. Si Qs est dans la marge d’erreur, qu’on le confronte sur le fond et non la forme. En 1973, le PQ était encore un enfant mais il est devenu fier combattant. Laissons un peu de temps à Qs. Je trouve que l’arrivée de ce parti a positivement modifié le paysage politique québécois. Ça pourrait être pire…

    @Jupiter: Je crois que M. Facal l’a pris personnel. Les récents évènements l’ont probablement forcé à modifier son plan de cours…

    @Kevin: 1) Dans les cas où l’activité bancaire est bien encadrée, par l’industrie elle-même (Institut des banquiers, Accord de Bâle, etc…) ou par des organismes de surveillance « neutres », publics ou à but non-lucratif, la gestion du risque est normalement disciplinée. Le Canada aurait pu connaître un désastre financier si on avait adopté le modèle américain et il s’en tire quand même pas trop mal… Pour les States, le problème est majeur.

    2) Votre question me surprend Kevin. C’est moi l’illettré économique. Comme les créances hypothécaires ont été transformées en produits dérivés, la valeur réelle des papiers commerciaux a été mal estimée et, en plus, des tricheurs bien informés et des agences de notation y ont foutu le bordel. On apprenait cette semaine que la Caisse et bien d’autres clients institutionnels avaient fait confiance à une agence qui s’est royalement foutu un doigt dans l’oeil… Et ça sent le conflit d’intérêts. Cette agence n’était pas règlementée en passant…

    3) En 1945, l’américaine Mary Elting rappelait à ses compatriotes que l’état leur appartient et qu’il doit être à leur service. Depuis les années 70, la corruption s’est infiltrée partout, dans le privé et dans le public. Il faut songer à établir des mécanismes plus serrés qui rendent la corruption extrêmement difficile. Certaines institutions gouvernementales ont leur raison d’exister et je ne vois pas comment l’industrie, quelle qu’elle soit, puisse réussir à s’auto-règlementer. Je crois que les citoyens ont leur mot à dire et que c’est à travers des institutions démocratiques, transparentes et bien gérées que nous contribuerons à la protection du bien commun.

  6. lutopium said

    @Jimmy: oups… Comme je te le mentionnais ce matin par courriel, j’y ai bien songé. Je crois que les billets sur la politique québécoise ont un meilleur « fit » avec Voix de Gauche…

  7. Kevin said

    @ Lutopium :

    Quelle réglementation et quel organisme étatique s’assure que les épiceries ont une variété d’aliments et beaucoup de choix de marques pour le même produit? Selon ton monde utopique que tu te bâtis dans ta tête, il serait plus économique de servir une seule marque de chaque produit et ainsi faire des économies d’échelle.

    En second lieu, pourquoi les mêmes commerces ne servent pas tous les même produits et pourquoi ne sont-ils pas avarié? Est-ce qu’il y a des inspecteurs qui vérifient chaque supermarché chaque jour?

    Pourquoi est-ce que les prix baissent dans les produits comme l’électronique ou que les prix se stabilisent, se rapprochent entre concurrents et que la qualité augmente?

    Qui a inventé la loi de l’offre et de la demande et en quelle année (et comment s’en départir?)?

  8. Hefgé said

    Ouf…

    Il n’est pas timoré notre Lutopium. Il vient ici de décocher un fameux crochet de gauche… Voilà un geste bien téméraire considérant la mise en garde de monsieur Facal lui-même : «Quand on me cherche, on me trouve.». Moi j’en tremble encore… Heureusement que notre hardi Lutopium ne se laisse pas impressionner par cette vaine rhétorique. Monsieur Facal peut bien rouler des mécaniques, cela ne suffit pas à masquer la faiblesse de son argumentaire. Si on ne peut mettre en doute l’authenticité de son mouvement d’humeur, on comprend moins bien qu’il s’adonne à de telles restrictions mentales tant le simplisme de son raisonnement le confine au populisme. Lorsque la démagogie tient lieu de démonstration, cela signale le plus souvent la faillite de son promoteur.

    Félicitations! Lutopium. Quelle belle estocade.

  9. lutopium said

    Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour prendre soin de mon blogue et réagir à vos commentaires, veuillez m’en excuser…

    @Kevin: Je te l’ai déjà dit, rien n’empêche d’avoir une économie mixte dans laquelle l’état et le privé se partagent les responsabilités économiques. Je sais, tu es en faveur de l’abolition de tous les services gouvernementaux et en faveur d’un marché libre, compétitif, où les services gouvernementaux sont complètement absents. Et tu reprends souvent l’exemple du marché de l’alimentation pour prouver ton point. Je te le dis encore une fois, je ne crois pas en ce modèle. Et toi tu ne crois pas au mien. Nos convictions sont irréconciliables. Il n’y a rien à faire. Cependant, je lis toujours tes commentaires avec un grand intérêt.

    Et qui dit ici que le concept de l’offre et la demande doit disparaître? Cher Kevin, il y a un juste milieu. Certains de mes souhaits sont utopistes. D’autres peuvent être appliqués facilement et rapidement. Comment peux-tu me convaincre de faire confiance aveuglément au secteur privé après ce qui vient de se passer dans le monde financier?

    @Hefgé: Merci pour les bons mots. La ferveur nationaliste de M. Facal et son passage au Parti Québécois ne m’aveuglent pas. Il demeure un individu beaucoup plus proche de l’Institut Économique de Montréal que des aspirations soiales-démocrates de son parti. Malgré que cette tendance semble disparaître…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :