lutopium

Au revoir Mario, à bientôt…

Posted by lutopium sur 22 mars 2009

Lorsque j’ai lancé ce modeste blogue en décembre 2007, j’ai annoncé mes couleurs. Sans connaître la pertinence et la portée d’une telle aventure, je me suis donné comme « mission » de dénoncer certains propos des disciples de la droite politique et de dévoiler ce qui représentait pour moi l’hypocrisie de certains opportunistes ambitieux qui utilisent la scène politique pour en arriver à leurs propres ambitions personnelles.

Par la force des choses, Mario Dumont est devenu le personnage principal de mon blogue. Même si j’ai toujours reconnu sa détemination et une certaine forme de courage, il me semblait important de lancer un blogue à tendance « progressiste » afin de contribuer à l’équilibre des idées sur la blogosphère politique québécoise. Certains d’entre vous se rappeleront sans doute des dérapages qu’ont commis certains sites adéquistes lors des élections de mars 2007…

Lorsque Mario Dumont a annoncé son départ de la vie politique, je subissait les ravages de l’influenza et j’ai été forcé de mettre un frein à toutes mes activités. Je n’ai donc pas été en mesure de commenter la démission du chef de l’ADQ et d’y amener mon petit grain de sel. Aujourd’hui, je vais beaucoup mieux. Je profite donc de l’occasion pour lever mon chapeau à M. Dumont en lui souhaitant le meilleur des succès lors de ces prochaines aventures.

Tout laisse croire que M. Dumont profitera des prochains mois afin de prendre un repos bien mérité et de préparer son déménagement vers la région de Montréal. Du moins, c’est ce qu’il laissait entendre lors de son récent passage à l’émission dominicale de Guy A. Lepage. Par la suite, il joindra les rangs de la famille Rémillard afin d’y animer une émission d’affaires publiques. La mission de TQS commence à prendre forme. Ça semble inspiré du modèle de la chaîne américaine FOX: des commentateurs politiques ayant un penchant pour les idées conservatrices et une programmation donnant une grande place à la violence et aux relations amoureuses douteuses. On s’en doutait, Remstar n’a pas acheté TQS pour contribuer à la vie artistique québécoise. Il sera intéressant de mesurer l’impact qu’auront Mario Dumont et André Arthur sur l’opinion publique, deux des plus grands ambassadeurs des idées de la droite politique et économique. Si ça continue comme ça, peut-être annoncera-t-on l’arrivée de Martin Masse dans l’équipe des moutons noirs?

À moins que l’exécutif national en décide autrement, c’est également cette semaine que sera lancée la course à la chefferie qui permettra à l’ADQ de couronner son prochain leader. Certains commencent à avoir le torticolis car les grosses pointures ne se bousculent pas à la porte d’entrée! D’après ce que je comprend, les candidats qui devraient annoncer leur intérêt sont Éric Caire, François Bonnardel, Richard Merlini et Sylvie Roy. D’autres noms circulent mais rien n’est encore confirmé.

Selon Michel Kelly-Gagnon, président de l’Institut Économique de Montréal, la prochaine élection provinciale serait propice au succès d’une formation politique de centre-droit. La tradition veut que les électeurs ne renouvellent pas le mandat des libéraux, ce qui permettrait à l’ADQ de séduire les québécois et de viser un succès semblable à celui connu en mars 2007. On devine déjà à quoi ressemblera la stratégie adéquiste: faire la promotion des baisses d’impôt, promettre la réduction de la taille de l’état et proposer la formule de « l’opting-out » pour certains services publics. Le vrai message: vous aurez plus d’argent dans vos poches, débarassons-nous des fonctionnaires et le privé fait mieux.

Le président de l’IEDM semble être déçu de la performance de Jean Charest et du gouvernement actuel. Il y aura peut-être une cassure historique entre les forces de l’économie et le Parti Libéral. Les militants de l’ADQ ont prouvé qu’ils sont d’excellents disciples au service des maîtres du marché. Les chambres de commerce, le Conseil du Patronat et les lobbies économiques appuieront peut-être une formation politique qui n’a aucun problème à défendre les intérêts du privé en croyant que c’est à leur avantage. C’est exactement la stratégie qu’a utilisée le Parti Républicain au cours des 30 dernières années. Tout est dans l’enracinement des associations locales. C’est un processus long et coûteux. L’ADQ ayant un urgent besoin de financement, l’adhésion des maîtres envers leur équipe pourrait être d’un grand secours.

Regardez bien ce qui se passe présentement. Ces disciples commencent à prendre beaucoup de place dans un poste de radio populiste à Québec, chez TQS et dans le Journal de Montréal. La famille Desmarais pourrait également délaisser le Parti Libéral pour appuyer une formation politique prête à s’associer à ses intérêts. Ils produiront l’émission de Mario Dumont, tout est possible…

Illustration: T. Birge – Flick

Publicités

10 Réponses to “Au revoir Mario, à bientôt…”

  1. TQS a toujours été une télé un peu réac, démagogique et conservatrice depuis le début. Prenons anciennement Mongrain avec ses attaques incessantes contre les cols bleus. Mais il est vrai que la tendance semble s’accentuer avec l’acquisition par Remstar.

    Et que se passe-t-il avec l’émission de Jeff Fillion et ses collaborateurs possibles comme Elgrably?

    À mon avis, l’ADQ est encore très très loin du pouvoir. Ce n’est pas avec ces no-names qui se présentent comme chef que le parti obtiendra la faveur populaire.

  2. Lutopium,contrairement à vous, je crois que Mario Dumont et l’ADQ a été un grain de sable dans l’engrenage politique du Québec et a retardé aussi l’indépendance du Québec d’au moins 12 ans.

    Il est celui qui a donné espoir à beaucoup de gens pour un Québec autonomiste mais qui ne voulait pas se passer du Canada. Si sa seule contribution est les bulletins chiffrés on ne peut dire qu’il a laissé sa marque. Dans quelques années on aura tout oublié de lui comme facteur politique du Québec, peut-être même son nom.

  3. lutopium said

    @Jimmy: ouais, c’est vrai que TQS a toujours un peu fait dans le populisme… Alors, ça ne changera pas de si tôt… Peut-être que l’ADQ est-elle loin du pouvoir. L’exécutif semble avoir certaines difficultés à s’entendre sur les modalités de la course à la chefferie. Apparemment, Mme Roy devrait faire une annonce cet après-midi. On verra…

    @AntiPollution: Notez bien que je ne dis pas ici que l’ADQ fut une formation politique importante. Je dis simplement que Mario Dumont est un homme persévérant, avec un certain courage. A-t-il retardé l’accession du Québec à l’indépendance? Je ne suis pas certain là-dessus. Je ne vois pas comment nous aurions pu avoir un autre référendum après celui de 1995, où M. Dumont avait choisi le camp du Oui…

    Et je crois que M. Dumont peut devenir plus populaire comme animateur de télévision et peut avoir plus d’influence sur l’opinion publique. On verra.

  4. darksid_1 said

    Les libertarien trouve mario trop a gauche… oui vous avez bien lut…

    J’ai plutôt l’impression que les pro-palo-capitalistes vont remplacer M. Charest par quelqu’un de plus sensible aux recherche de l’IEDM et autre cash-tank.

  5. Reblochon said

    Il ne peut y avoir trois partis au Quebec qui partagent l’affiche sur du long terme. Les Quebecois en reviennent immanquablement à deux partis : souverainiste – federaliste.

    Il n’y aura pas de vrai politique au Quebec tant qu’on ne sera pas un pays. Nous continurons de nous scleroser dans un debat sterile et un statu quo etouffant. C’est de meme pour le ROC avec le Bloc dans le decors.

    Vous me direz : pourquoi la souveraineté et pas le federalisme ? Simplement parce qu’on ne peut eliminer les souverainistes et que les federalistes canadiens refuseront toujours de laisser une vraie place au Quebec pour batir une vraie confederation avec deux peuples distincts et egaux en droit.

    La souveraineté, la seule voie possible pour l’epanouissement de nos deux nations et qu’on puisse enfin aller de l’avant ensemble en tant que frere, dans une union privilegiée, plutot que dans la chicane eternelle.

  6. Un cours d’économie à l’université pour comprendre les principes de base de son fonctionnement et un peu de lecture sur la fin du XVIIIe siècle en France (sur les privilèges institués par l’État, la hiérarchie basée sur la naissance plutôt que sur le mérite et la compétence, etc.).

    Juste ça pourrait permettre à plusieurs de comprendre le point de vue libertarien (contre les privilèges envers certains groupes, contre tout clientélisme à quelques groupes que ce soit avec l’argent de tous, pour les libertés individuelles, contre le moralisme de droite comme de gauche).

  7. lutopium said

    @Darksid_1: je ne serais pas surpris de voir le monde du commerce s’emparer de l’ADQ. À suivre…

    @Reblochon: Je suis d’accord. Il me semble que ça serait moins compliqué et qu’on pourrait focuser sur les priorités.

    @Mathieu: Non, je n’ai aucun cours universitaire en économie. Je l’ai toujours admis: je suis ignorant. Mais je me soigne. Oui, j’ai beaucoup lu. J’ai lu un grand nombre de trucs sur le libertarianisme, tel que recommandé par le QL. Je crois en saisir les grandes lignes. Mais je n’y adhère pas. Parce que je choisis la solidarité, même si c’est un monde imparfait. Avec toute l’hommerie qu’on peut imaginer. Pensez-vous vraiment que le mensonge, l’avarice, l’hypocrisie, la vanité, l’opportunisme, l’ambition démesurée et la manipulation disparaîtront dans un monde libertarien? Vous voulez rire?

  8. Mathieu said

    @Mathieu: Non, je n’ai aucun cours universitaire en économie. Je l’ai toujours admis: je suis ignorant. Mais je me soigne. Oui, j’ai beaucoup lu. J’ai lu un grand nombre de trucs sur le libertarianisme, tel que recommandé par le QL. Je crois en saisir les grandes lignes. Mais je n’y adhère pas. Parce que je choisis la solidarité, même si c’est un monde imparfait.

    Je suis aussi solidaire. Je crois que le meilleur moyen de démocratiser la richesse est encore en laissant les individus faire ce qu’ils veulent avec ce qu’ils gagnent. La consommation ou l’épargne des uns permet à d’autres de se sortir d’une situation où ils seraient pris dans un système hyper-réglementé et protégeant les privilèges de certains groupes.

    Demande-toi pourquoi les gens dans les pays les plus solidaires fuient toujours vers les pays les plus libres. Bien souvent, ils sont persécutés car les élites qui vivent eux-mêmes de l’argent des persécutés trouvent qu’ils ne seront jamais assez solidaires à leurs goûts.

    Avec toute l’hommerie qu’on peut imaginer. Pensez-vous vraiment que le mensonge, l’avarice, l’hypocrisie, la vanité, l’opportunisme, l’ambition démesurée et la manipulation disparaîtront dans un monde libertarien? Vous voulez rire?

    Ça existera toujours de l’hommerie et des erreurs, partout où il y a des humains. Seulement, peut-on accepter de remettre tous nos pouvoirs, tout notre argent et nos libertés individuelles dans les mains de quelques individus qui jonglent avec sans consulter personne?

    Voyant arriver le marasme, plusieurs individus auraient peut-être voulu retirer leurs fonds de retraite à la CDP pendant que celle-ci achetait toujours des papiers commerciaux. Cependant,

    Pour moi, la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Là où il n’y a que jalousie et utilisation des pouvoirs publics contre la liberté des autres, ce n’est pas ça être libre.

    J’aime bien aussi cité en exemple le conte de la Cigale et la Fourmi. Dans le monde que tu défends, la Cigale irresponsable aime bien faire appel à la force (le Lion? Le pitbull?) pour s’approprier les biens légitimement gagnés de la Fourmi.

    La solidarité ne passe pas par un État hyper-contrôlant et de plus en plus totalitaire. Raison de plus de réduire l’État, ses pouvoirs et sa taille, pour éviter que des moralisateurs conservateurs, nationalistes ou solidaires ne s’en emparent pour imposer de force SA Vérité absolue aux humains.

  9. Mathieu said

    Geloso rappelait d’ailleurs, il y a qques jours, qu’un système unique [un monopole public ou privé] a d’autant plus de chances de s’écrouler dans une crise donnée que lorsqu’il y a plus d’un acteur dans un secteur ou dans un marché.

    Même chose en politique, une poignée d’individus nommés pour 4 ans comme nos Leaders ont beaucoup de chances de prendre de très mauvaises décisions pour la société que lorsqu’on laisse beaucoup, beaucoup plus de gens s’exprimer sur un même sujet.

    La démocratie véritable, elle est là: en laissant la parole aux individus, pas qu’aux groupes d’intérêt (de gauche comme de droite) et en les laissant libres de choisir (ex.: s’ils veulent donner ou pas à tel organisme ou organisation ses fonds donnés de force ou volés par l’État).

  10. lutopium said

    @Mathieu: merci pour le commentaire. La solidarité à laquelle je fais allusion est encore une utopie. Les hommes n’ont pas été en mesure de l’appliquer convenablement et honnêtement. Que des échecs. Alors, n’associes pas mes rêves à ces gâchis…

    Et je suis entièrement d’accord avec toi pour espérer que les citoyens seront partie prenante des décisions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :