lutopium

L’adéculte du chef

Posted by lutopium sur 13 février 2009

Comme tout bon parti politique, l’Action Démocratique du Québec cherchera à profiter au maximum de la couverture médiatique que procure une course à la chefferie. Les journalistes n’hésitent pas à couvrir ce genre d’évènement politique et les faits saillants sont diffusés en direct sur les chaînes d’information continue. Une course à la chefferie permet également à des aspirants inconnus du public de se faire connaître tout en espérant en retirer quelques graines de popularité.

Avec le départ de Mario Dumont, le parti qui porte encore officiellement son nom est à la recherche de son nouveau porte-parole. Certains militants invitent à la patience en rappelant que les membres doivent tout d’abord établir les règles de la course alors que d’autres souhaitent que les activités soient lancées le plus rapidement possible.

David Chrétien, militant adéquiste de longue date et un des blogueurs adéquistes les plus actifs, souligne que « …contrairement au PLQ et au PQ, le parti n’a jamais vécu de course à la chefferie. Donc, il n’y a pas de règles déjà établies à cette fin… ». Actuellement, le juriste Marc-André Gravel est à rédiger les propositions qui viseront à modifier les stauts du parti afin de permettre cet exercice démocratique. Ces propositions devront probablement être entérinées par le prochain conseil national de l’ADQ et c’est alors que nous connaîtrons l’échéancier ainsi que les modalités reliées aux candidatures. Est-ce que les militants exigeront un prix d’entrée pour la course? L’idée est lancée: « …les principaux successeurs éventuels à Mario Dumont ont tous entendu parler d’une somme variant de 20,000 $ à 25,000 $ à verser au parti pour avoir l’opportunité d’être de la course… », comme le souligne le journaliste Simon Boivin du quotidien Le Soleil. La direction du parti ne semble pas tout à fait au courant de la chose. Le nouveau directeur-général de l’ADQ, Simon-Pierre Diamond, réagissait à la nouvelle en déclarant: « …j’ai entendu ça moi aussi. Ce sont des discussions que nous avons (sic)… »

Je me doutais bien que l’ADQ vit actuellement des problèmes financiers. C’est l’impression que je partageais déjà dans un billet publié le 20 janvier dernier. L’état des choses a été confirmé par le député Éric Caire dans une entrevue qu’il accordait cette semaine où il chiffrait la dette du parti à $600,000. Cette situation précaire pourrait peut-être expliquer cette taxe pour les candidats intéressés par la course à l’investiture du parti. Avec cinq ou six candidats, on pourrait récolter plus de $100,000, ce qui permettrait de financer une fin de semaine à la hauteur de l’évènement. Si cette course à la chefferie se tiendrait la semaine prochaine, les candidats en lice seraient: Éric Caire, Claude Roy, François Bonnardel, Sébastien Proulx (autorisation du cabinet Heenan Blaikie requise), Stéphane Gendron (peu probable), Joanne Marcotte, Christian Lévesque et Richard Merlini. Il y aurait peut-être des surprises.

Certaines personnalités québécoises ont été approchées afin de donner un peu de piquant à la succession de Mario Dumont. Elles ont cependant toutes refusé le défi. Malgré les honnêtes efforts des militants, Michel Kelly-Gagnon (ancien président du conseil du patronat), Maxime Bernier, Marie Grégoire, Gérard Deltell et Paul-Daniel Muller (ancien directeur-général de l’IEDM) ont tous décliné l’invitation. Au grand dam de ses membres, l’ADQ a du mal à rassembler les forces de droite et à se donner un second souffle. Le blogueur Suburbain Lucide résume bien la situation:

« …Les adéquistes doivent d’abord faire le deuil de leur chef, mais aussi de celui du culte du chef. Il est impératif pour les militants adéquistes d’apprendre à s’approprier leur parti, et que la parole du chef n’est pas parole d’Évangile. Les militants devront apprendre à contrôler leur parti afin de faire valoir leurs opinions, et apprendre à lutter contre les cliques et les individus qui profitent du manque de vigilence des membres pour s’approprier le parti…  Pour justement avoir à se débarasser des pommes pourries qui se servent de l’ADQ pour faire avancer leur agenda personnel, les miltants adéquistes devront prendre plus de place dans la structure du parti. La constitution du parti n’a jamais prévu les mécanismes d’une course à la chefferie, c’est pas peu dire! »

L’Action Démocratique fait face à son plus grand défi: sa raison même d’exister après le départ de Mario Dumont. Il n’en tient qu’aux membres. Ce parti est la seule formation politique dans laquelle les québécois qui désirent une réduction de la taille de l’état, d’allègements fiscaux, du libre-marché, de la disparition des syndicats, de l’autonomie des écoles, des soins de santé privés – bref de la droite économique et politique, de se regrouper et de formuler des revendications. Ils ne semblent pas se retrouver dans les structures et les propositions du parti Libéral. Les prochains mois seront donc cruciaux pour les militants qui désirent poursuivre le travail. Terminons ce tour d’horizon en reprenant un texte de Martin Masse, publié après la défaite de l’ADQ en 2003:

« On s’illusionne en pensant que c’est un parti politique qui réussira à faire avancer les idées libertariennes au Québec. Si l’on devait représenter de façon schématique l’histoire des positions philosophiques de l’ADQ, on verrait une courbe en zigzag faisant parfois quelques spirales dans les moments d’intense confusion, pour aboutir dans une immense zone noire représentant le vide actuel, ou si l’on veut l’état post-électoral dépressif du pauvre p’tit Mario.

Un gouvernement adéquiste n’aurait probablement enclenché aucune réforme radicale ni réduit la taille de l’état de façon notable. Son amateurisme et l’inexpérience de ses membres auraient entravé sa capacité de gouverner. Mais c’est bien sûr le « néolibéralisme » qui aurait alors été désigné comme la source de cette débâcle, plutôt que l’incapacité de ce gouvernement à vraiment s’attaquer à l’étatisme. Les espoirs immenses qui auraient été investis dans cette jeune équipe auraient été immanquablement déçus.

Mieux valait se débarrasser tout de suite de ces girouettes confuses. C’est bien dommage pour ceux qui voulaient vraiment changer les choses et qui ont cru pouvoir le faire avec ce véhicule. Mais j’ai bien peu de sympathie pour des gens assez naïfs pour s’embarquer dans une telle galère, et qui se refusent à comprendre que la politique est un jeu irrationnel, implacable, en plus d’être par définition un jeu d’étatistes… »

Illustration: nhuthuypro – Flickr


Publicités

7 Réponses to “L’adéculte du chef”

  1. Ça se voit, on ne se bouscule pas aux portillions de l’ADQ pour en devenir chef.
    25,000$ c’est à peu près la valeur maximun de l’ADQ dans 10 ans.
    Bon, je m’arrête surtout à votre dernier inséré pour féliciter tous les libertariens incluant Martin Masse pour avoir eut le courage de s’être présentés aux dernières élections provinciales. -:))))

  2. Tant qu’à renier sa nature profonde et à nuire à sa propre cause en nuisant au cheminement vers la séparation du Québec, ce parti devrait disparaître.

    @Anti-Pollution

    D’aucune façon, on ne peut réduire la taille de l’État en se présentant en politique parlementaire. À moins de jouer le jeu de Ron Paul, et de se présenter pour le PCul en violant la ligne de parti.

  3. derteilzeitberliner said

    L’autre aspect à éclairer, si je peux dire ça comme ça, c’est que droite économique et nationalisme conservateur sont incompatibles. Donc, si l’ADQ veut rester à droite économiquement, les nationaleux iront au PI.

    En passant, je n’ai jamais vu que l’ADQ voulait faire disparaitre les syndicats. Le faire serait de toute façon illégal, la liberté d’association était une des valeurs de base de notre démocratie.

  4. La couverture médiatique d’une course à la chefferie est une lame à deux tranchants, on a pu le voir avec celle du PQ (parlez-en à André Boisclair).

    Je vais donner raison à ceux et celles qui chialent sur le 25 000$. Ça sent la pseudo-démocratie et l’élitisme…mais ce n’est pas la première fois que l’ADQ fait face à un tel scandale. Rappelez-vous le 1000$ qu’ils exigeaient de leurs candidats en 2003 pour des soi-disantes enquêtes criminelles alors qu’une visite au poste gratuite (ou max 20$) vous donnera cette information en mille. C’était suite à ce type candidat alors que plus jeune il avait commis un vol de dépanneur. Bref, je crois que tout le monde s’en rappelle.

    Certains bien renseigné sur le PQ pourraient-ils me dire quel genre de montant ils exigeaient pour démontrer le « sérieux » du candidat potentiel à la chefferie?

  5. lutopium said

    @AntiPollution: Je ne crois pas que les « vrais » libertariens soient vraiment attirés par l’ADQ. Ni par le Parti Conservateur…

    @Anarcho-pragmatiste: La pente est difficile à remonter pour l’ADQ…

    @Derteilzeitberliner: Tu visionneras l’Illusion tranquille un de ces quatre et on se reparlera de leur affection pour les syndicats!

    @Tym Machine: C’est clair que le parti veut se donner de « l’exposure » avec la course à la chefferie. Il leur faudra des candidats et des candidates de calibre s’ils veulent attirer l’attention des journalistes et du public… Pour ce qui est du cachet d’entrée, personnellement, je trouve l’idée farfelue…

  6. Kevin said

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Lutopium qui met un lien vers un article du Québécois Libre écrit par Martin Masse!!! En plus il cite un passage qui dit que l’ADQ n’aurait pas réduit la taille de l’état pour appuyer ses dires!

    Ça y est, j’ai tout vu, je peux mourir ne paix!

  7. lutopium said

    @Kevin: Faut voir les choses comme elles se présentent! Et je n’ai aucun problème à reprendre un texte de Martin Masse. Je l’ai souvent dit, même si nos visions d’avenir ne rejoignent pas souvent, les analyses présentées par M. Masse sont souvent très pertinentes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :