lutopium

Krash le cash

Posted by lutopium sur 1 février 2009

Bien des gens fondent de grands espoirs dans les mesures interventionnistes des gouvernements américain et canadien. Suite à l’éclatement de la bulle financière spéculative, les investisseurs sont invités à retourner vers une économie de « brique et mortier » et les travailleurs espèrent sécuriser leurs emplois grâce aux grands projets d’infrastructures. Lors du dépôt de son récent budget, le ministre canadien des Finances a annoncé des investissements de 12 milliards dans ces grands chantiers dont 6 milliards pour les provinces et municipalités.

Les projets municipaux qui recevront ce financement devront être présentés au plus tard le 9 février prochain. Les infrastructures qui seront touchées par ces mesures budgétaires ont depuis longtemps quitté la planche à dessin: on compte plus de 2,200 projets qui sont déjà prêts à être lancés. D’ailleurs, 4 milliards seront investis pour la remise en état des infrastructures actuelles. « Cet argent aidera les municipalités à s’attaquer enfin aux retards sans cesse croissants dans la réparation des routes, des égouts, des ponts et des infrastructures de transport collectif…  l’argent neuf affecté aux infrastructures récréatives permettra aux municipalités d’entreprendre des projets de construction et de réparation de patinoires de hockey, de piscines et de centres communautaires. » déclarait Jean Perreault de la Fédération canadienne des municipalités le 28 janvier dernier.

Certes, on peut se réjouir par de telles mesures, mais nous sommes tout de même loin d’un New Deal… Finalement, en sommes-nous arrivés à un déficit budgétaire pour réparer nos vieilles infrastructures? Que serait-il arrivé si nous n’avions pas connu la crise des subprime? Nos villes seraient-elles tombées en ruine? Tous les partis politiques gouvernent en mode réactif. On injecte de l’argent pour réparer des infrastructures en décomposition… Les routes, les ponts, les écoles, les hôpitaux… un patrimoine collectif à la déroute. À force d’appliquer des diachylons à gauche et à droite, nous négligeons les investissements dans de nouveaux projets qui pourraient améliorer le transport en commun, le développement d’énergies renouvelables et l’éducation de nos enfants. Où sont les vrais grands projets?

Encore une fois, nous avons un budget fédéral qui accorde une très grande importance au rôle que peut jouer l’appareil bancaire dans la relance de l’économie. Inspiré par l’approche américaine, notre gouvernement semble favoriser l’injection de fonds dans le refinancement de la dette immobilière et dans l’accessibilité du crédit. Serait-ce pour permettre à nos spéculateurs-redevenus-investisseurs de profiter de ces injections de fonds dans les projets d’infrastructures? Si on croyait aux complots et à une synergie invisible des forces du marché, on pourrait imaginer une grande banque canadienne réagir de cette façon:

TORONTO, le 22 janvier 2009. /CNW/ – Les gouvernements du monde entier commencent 2009 en se concentrant davantage sur la création d’emplois et le renforcement de l’économie au moyen d’une augmentation des dépenses dans les projets d’infrastructures. Comme les gouvernements accélèrent le rythme de leurs dépenses d’infrastructure dans des projets concernant les routes, les ponts, les chemins de fer, l’énergie, les transports en commun et les aéroports, les infrastructures comme catégorie de placements deviendront de plus en plus intéressantes pour les investisseurs particuliers qui désirent participer à la croissance.

« L’accroissement des dépenses d’infrastructure est la pierre angulaire de nombreux plans de relance gouvernementaux annoncés pour répondre au ralentissement mondial. Nous prévoyons aussi qu’étant donné la pression croissante exercée sur les budgets publics, les organismes de réglementation et les gouvernements offriront des rendements plus élevés à ceux qui veulent investir dans les infrastructures afin d’attirer les capitaux du secteur privé. »

Pour les investisseurs particuliers, l’occasion réside dans les partenariats public-privé. Comme les gouvernements cherchent à faire participer le secteur privé à leurs projets d’infrastructure, le financement de projets par le secteur privé attire en foule les investisseurs particuliers vers cette catégorie d’actif émergente, naguère réservée aux investisseurs institutionnels.

Vous croyez rêver? Il s’agit ici d’un communiqué lancé par la Banque Canadienne Impériale du Commerce (CIBC) quelques jours avant la publication du budget Flaherty… Nos banques sont prêtes. Et que suggère l’opposition libérale? Demander des comptes aux conservateurs à tous les trois mois… Pincez-moi, je crois rêver.

Photo: canadian pacific – Flickr

Publicités

3 Réponses to “Krash le cash”

  1. Ouis, on dirait que tout était arragé d’avance.

  2. Robin Hood said

    Voila ce qui arrive quand on se prend pour le Tout-Puissant et qu’on lance des guerres partout.

  3. lutopium said

    @AntiPollution: De fins renards…

    @Robin Hood: Bienvenue chez moi… Au plaisir!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :