lutopium

L’impuissance des citoyens

Posted by lutopium sur 16 octobre 2008

Suite aux élections de mardi, plusieurs blogueurs ont déjà repris du service et ont publié d’excellents billets qui provoquent de bons échanges. Mon itinéraire régulier m’a amené à laisser quelques commentaires ici et là et il m’est venu à l’idée de reprendre certains extraits pour vous faire part de certaines de mes convictions…

Après avoir pris connaissance du bilan de campagne électorale présenté par Alexis St-Gelais, je me suis joint à Renart L’Éveillé pour questionner le manque de confiance des électeurs envers notre système électoral:

« C’est une chirurgie complète dont a besoin notre démocratie. Sans la réforme du mode de scrutin vers une « proportionnelle », le résultat des élections ne sera plus représentatif des préoccupations des citoyens.

Le vote pour les Verts et celui pour le NPD sont des gestes de conviction. Des gens préoccupés par l’environnement et d’autres par la situation précaire des travailleurs. Ces deux groupes représentent le quart de la population canadienne mais n’obtiennent que 12% des sièges. Sans compter qu’un grand nombre d’abstentionnistes auraient probablement appuyé un ou l’autre s’ils avaient la conviction que leur vote aurait une signification et un poids.

Ça fait quarante ans que le Québec réfléchit à la question. TOUS les partis politiques ont suggéré l’idée de réviser le mode de scrutin. Tous, par les voix de René Lévesque, Mario Dumont, Benoit Pelletier, Jean-Pierre Charbonneau, Françoise David, Guy Rainville… ont souhaité une représentation électorale plus juste, adaptée aux nouvelles réalités.

Quatre citoyens sur dix ne votent pas. N’est-ce pas là un signal d’alarme? Le maintien du vote nominal à un tour doit faire l’affaire de quelques-uns… »

Avec son approche poétique habituelle, MFL du blogue Regardez La Musique partage son malaise face à la montée de la droite. J’en ai profité pour lancer quelques questions sur la réalité québécoise:

« On fera quoi aux prochaines élections provinciales? Serons-nous les otages du Parti Québécois parce que nous tenons à nous donner un pays? Comment nous comporterons-nous devant ces nouvelles propositions de développement pétrolier dans notre beau fleuve? Comment défendrons-nous l’aspect public de notre système de santé?

Et essayons de comprendre ce qui se passe à Québec au lieu de creuser l’écart. Nous ne serons jamais capables de faire l’indépendance du Québec si nous alimentons cet inconfort qui existe entre les deux villes. Nous devions nous rapprocher des québécois lors du 400ème. Je sens qu’on s’éloigne de plus en plus. Ça doit en arranger quelques-uns… »

Qui aurait cru que notre génération pourrait traverser une période aussi sombre que le krash de 1929? Suite à la lecture d’un autre article d’Alexis sur le blogue À Mon Humble Avis, je tente d’y apporter mon grain de sel:

« Deux réalités nous frappent. La structure même du système capitaliste et les habitudes de consommation du monde occidental. Je ne crois pas qu’il soit question ici de gauche ou de droite. Historiquement, l’expression « de gauche » réfère au pouvoir du peuple, à la solidarité, à la justice, à la protection du bien commun et à une équitable répartition de la richesse. Que ce soit Keynes ou Friedman, le peuple n’est pas impliqué, pas consulté. Au contraire, il devient le joueur, voire l’esclave de ce jeu monétaire…

Il y a donc un problème « écono-politique » et un problème de comportement de société. Nos habits de citoyens ont été transformés en déguisements de consommateurs. Nous sommes appelés à consommer à outrance et nous répondons à cet appel depuis de nombreuses années. Cette mobilisation occidentale à acheter des biens inutiles qui apparemment font rouler l’économie et nous procurent satisfaction personnelle nous amène directement vers une catastrophe. L’écroulement des marchés n’est que le premier indice. La pollution et l’incapacité de gérer les déchets seront les prochains problèmes reliés à ces habitudes.

Le citoyen est devenu consommateur. C’est une des raisons qui expliquent le désintéressement face à la politique. Quatre consommateurs sur 10 ne votent pas. Ça ne rapporte rien qu’ils disent. »

Photo: Hanna Lerski – Flickr

Publicités

9 Réponses to “L’impuissance des citoyens”

  1. […] anémique à l’élection fédérale (voir, par exemple, Renart l’Éveillé ou lutopium). Plusieurs se questionnent à nouveau sur l’un de ces thèmes où tous sont d’accord, […]

  2. Caboche said

    Très intéressant le regard que vous posez sur « le manque de confiance des électeurs envers notre système électoral », d’où peut-être la démobilisation de ceux-ci.
    Il faut aller au-delà des étiquettes que certains blogueurs posent sur le faible taux de participation aux élections. À mon avis, il est un peu trop simple de traiter les gens de « paresseux » parce qu’ils ne vont pas voter.
    L’abstention va parfois au-delà de considérations aussi simplistes.
    Le mode de scrutin, le sentiment d’impuissance des citoyens, le manque de leadership des politiciens sont certainement des éléments qu’il faut prendre en considération.
    La porte que vous ouvrez sur le « problème écono-politique », et sur le citoyen consommateur est un problème de taille.

    Quand on en est à devoir voter « par vote stratégique », ma foi, c’est plutôt déprimant et ça doit bien expliquer un peu le faible taux de participation!

  3. Quant au vote stratégique, je n’y crois pas, sinon le NPD n’aurait pas augmenté ses suffrages.
    S’il faut adopter le vote proportionnel,il faudra bien y penser avant de choisir, le meilleur serait celui proposé par Jean-Pierre Charbonneau ex-ministre du PQ.

  4. Je reprends une partie de ce que j’ai dit chez Regardez la musique:

    “On fera quoi aux prochaines élections provinciales?”

    L’idée sera de voter pour le seul parti véritablement séparatiste, i.e. le Parti Culbécois!

    “Serons-nous les otages du Parti Québécois parce que nous tenons à nous donner un pays?”

    Comment ça “otages”? L’État et les partis politiques prennent tous en otage la population de toute façon!

    “Comment nous comporterons-nous devant ces nouvelles propositions de développement pétrolier dans notre beau fleuve?

    On est d’accord là-dessus. Mais il faut d’abord reconnaître que c’est un problème d’État et non pas un problème de marché.

    “Comment défendrons-nous l’aspect public de notre système de santé?”

    Certainement pas avec des augmentations gigantesques du budget, des PPP à la con et des délits d’initiés (pensez au Couillard Difficile) comme la charogne soi-disant libérale le fait. Par contre, il faut permettre la concurrence privée pour faire en sorte que le public soit plus efficace. Il ne faut plus que la santé soit un monopole d’État.

    “Et essayons de comprendre ce qui se passe à Québec au lieu de creuser l’écart. Nous ne serons jamais capables de faire l’indépendance du Québec si nous alimentons cet inconfort qui existe entre les deux villes. Nous devions nous rapprocher des québécois lors du 400ème. Je sens qu’on s’éloigne de plus en plus.”

    Tout de même, il y a eu une percée bloquiste dans Louis-Hébert à Québec et c’est fort encourageant. De plus, il faut d’abord comprendre pourquoi cela arrive. Ce n’était pas très brillant comme stratégie de la part du PCul et du Bloc d’approuver une censure radiophonique faite par un organisme fédéral. Et Marois qui embarque dans le même délire en proposant un CRTQ (là dessus, je suis d’accord avec les fait que ça devrait être une compétence québécoise) encore plus répressif que le CRTC!

  5. Je suis contre un système proportionnel. Préférable serait un système uninominal multitours comme en Australie.

  6. Mohamad Ali said

    Un vote proportionnel au fédéral défavoriserait le Bloc.

  7. lutopium said

    @Caboche: Merci pour les bons mots… Je crois qu’il est important de comprendre avant de tourner le dos…

    @AntiPollution: faudrait pas s’enfarger dans les fleurs du tapis… Mais je suis d’accord, les réflexions de Charbonneau sont un excellent point de départ. Sans oublier Paul Cliche, grand défenseur de la réforme du mode de scrutin et de l’importance des régions dans notre démocratie…

    @Anarcho-pragmatiste: le Directeur Général des Élections a reçu des dizaines de propositions pour la réforme du mode de scrutin. Y’en a quelques-uns qui bloquent le processus… Il faut mettre de la pression sur Me Blanchet. Peu importe le concensus populaire, je crois que tous s’entendent pour dire que le vote nominal à un tour ne fonctionne pas.

  8. lutopium said

    @Mohamad Ali: J’endosserai ce qui favorisera la démocratie et la plus grande participation citoyenne,

  9. Mohamad Ali said

    Je ne crois pas que la réforme électorale puisse étre faite, quel parti voudrait se voir défavoriser?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :