lutopium

Harper et la disparition des services publics

Posted by lutopium sur 12 septembre 2008

C’est une tendance occidentale et le Québec n’y échappe pas : les partis néoconservateurs prônent la réduction de la taille de l’état, la suppression de plusieurs programmes gouvernementaux, la privatisation des services publics et l’impartition de certaines de ses activités vers le secteur privé.

C’est le slogan des républicains américains, des conservateurs canadiens et les libéraux et adéquistes québécois : « less governement » – moins de gouvernement.  Afin d’attirer la sympathie des électeurs de la classe moyenne et des gens fortunés, ces partis politiques promettent des réductions d’impôts et plus d’argent dans leurs poches.  De cette façon, on fait croire aux citoyens qu’ils pourront choisir eux-mêmes les fournisseurs qu’ils désirent et obtenir des services de meilleure qualité car, le privé fait toujours mieux…

Plusieurs lobbies économiques tentent de convaincre les conservateurs à privatiser plusieurs sociétés de la couronne : Postes Canada, Radio-Canada, Via Rail et la Société Canadienne d’Hypothèque et de Logement (SCHL) font partie de plusieurs organismes ciblés.  Selon ces groupes de pression, la vente de ces sociétés d’État permettrait de réduire les impôts et d’offrir de meilleurs services à la population et ce, à moindre coût.

Avez-vous déjà essayé d’envoyer un colis par FedEx?  Est-ce moins cher, plus rapide, plus sécuritaire?  Êtes-vous certains que la transformation de Radio-Canada par l’entreprise privée nous offrira une télévision et une radio de qualité?  Qui peut assurer que Via Rail continuera d’offrir des services régionaux si elle est motivée exclusivement par la recherhce de profits?  Désirez-vous que la SCHL subisse le même sort que Fannie May et Freddie Mac en subissant les excès des spéculations de toutes sortes?

Une fois majoritaires au Parlement, les conservateurs seront tentés d’amender la loi canadienne sur la santé afin de faire encore plus de place au privé.  On parle également de privatiser les centres correctionnels, des centrales nucléaires et quoi d’autre encore…

Je suis convaincu qu’une économie mixte (privée – publique) représente le meilleur environnement commercial pour le Canada et le Québec.  Il y a assez d’entreprises privées qui génèrent des profits pour calmer la soif des grands acteurs financiers qui cherchent à s’enrichir toujours plus, ne sachant plus quoi faire avec leur fric.  Gardons précieusement les rares sociétés d’état qui nous restent.  Elles font partie d’un patrimoine collectif et elles nous appartiennent.

NON aux conservateurs et aux ambitions des chambres de commerce qui ne cherchent qu’à s’approprier NOS services gouvernementaux.

Le conservatisme économique est libertarien par nature, l’accent étant mis sur les marchés et le choix. Les conservateurs libertariens cherchent à démanteler ce qui reste de l’État providence pour passer à une « économie de marché du XXIe siècle. – Stephen Harper, Toronto Star, 6 avril 1997

Illustration: tommy the pariah – Flickr

Publicités

13 Réponses to “Harper et la disparition des services publics”

  1. Sir Seb said

    Voilà un sujet qui risque fort de t’attirer quelques pointes. Je te trouve courageux mais ton explication est pleine de sens. En effet, cette attitude donne l’illusion aux gens qu’ils sont maître de leur décision et qu’ils ont un impact direct sur leur vie. Mais tout cela n’est qu’illusion, car dans l’équation d’Harpeur, nulle mention des coût réel auquels seront confronté la classe moyenne lorsqu’elle voudra se servir des sevices privé (et je ne parle pas seulement de coût en dollars, mais aussi en coût culturel lorsque l’on parle de Radio-Canada).

    Il me semble que cela va à l’encontre de ce que les États-Unis veulent instaurer, soit une plus grande participation de l’état sur de tels dossiers? Harpeur ne serait déjà plus au diapason des USA?

    Continue ton bon travail!

    En passant, je t’ai répondu par rapport à Porcupine Tree sur mon blogue…

  2. lutopium said

    @Sir Seb: je suis prêt à argumenter ça avec les libertariens et les anarchistes, no problemo! Je ne dis pas que l’état doit être présent partout, je dis simplement que la privatisation des services publiques ne fait pas toujours du sens. Un autre exemple? L’inspection des industries alimentaires. Comme l’indiquait aujourd’hui l’Alliance de la fonction publique du Canada, le gouvernement conservateur a réduit le financement des programmes de contrôle de la salubrité alimentaire. « Harper a transféré aux entreprises alimentaires les responsabilités liées au contrôle de la qualité et de la salubrité des aliments ». L’Alliance reproche aussi au premier ministre d’avoir réduit le budget des programmes de salubrité alimentaire de 30%. C’est un exemple qui démontre que l’approche néoconservatrice ne fait pas toujours du sens.

  3. @Lutopium,

    « Est-ce moins cher, plus rapide, plus sécuritaire? »

    Peut-être que non sur le coup mais n’oublie pas que tu paies Postes Canada des deux bords, upfront au comptoir et par le billet de tes impôts ce qui leur permet d’offrir des si beaux tarifs concurrentiels from coast to coast.

    De plus, je serais porté à croire qu’avec Fedex ou Puro, c’est plus sécuritaire quoi que c’est questionnable mais leur service express est généralement encore plus rapide que celui de Postes Canada ce qui compte aussi dans la balance.

    De plus, Publi-Sac offre un service beaucoup plus compétitif (moitié moins cher) au niveau des circulaires. Je le sais pour avoir fait affaire avec les deux pour ma petite entreprise (micro-PME de 1 employé, moi-même).

    Mais n’aies crainte, je lâcherais tout cela demain matin pour aller bénéficier des conditions alléchantes et des fonds de pension de la fonction publique.

  4. Cher ami,

    Outre le fait qu’il est depuis longtemps démontré que le privé ne pourra jamais faire mieux (l’exemple des PPP dans le système de santé britannique est en ce sens fort parlant) que le public, la réduction de l’État à une taille qui nous permettrait de le noyer dans l’eau du bain (dixit un conservateur états-unien dont je n’ai pas envi de chercher le nom) pose un problème qui pourrait aussi s’avérer particulièrement épineux lorsque viendra le temps d’une crise importante (environnementale, politique ou économique).

    L’outil que la société s’est donné pour être en mesure de réaliser des projets collectifs a été l’État. Le dilapider implique nécessairement non seulement de réinventer un outil qui existe déjà (plusieurs parlent de l’économie sociale comme d’une façon de pallier les faiblesses d’un État de plus en plus maigre… alors qu’historiquement c’est justement l’État que nous avons créé pour jour ce rôle), mais aussi le risque réel que nous n’aurons pas les outils et les ressources nécessaires pour nous aider dans le cas d’une crise majeur. L’exemple de Katrina où l’État du pays le plus puissant du monde n’aura tout simplement été en mesure d’aider ses citoyens pendant et après les événements. Lors d’une crise importante, ce n’est pas l’économie sociale ou Wal-Mart qui aura les moyens d’aider les citoyens. Seul l’État pourra jouer ce rôle.

  5. lutopium said

    @Tym machine: je ne suis pas surpris par ton commentaire (…) Mais où prends-tu tes informations? Postes Canada est une société d’état qui génère des profits, elle a versé des dividendes de près de 50 millions de dollars au gouvernement fédéral en 2007… Tu suggères Purolator comme alternative, est-ce que tu savais que Purolator appartient à la Société Canadienne des Postes? Les impacts à prévoir suite à une privatisation de ces deux entreprises seraient la mise à pied de centaines d’employés, l’affaiblissement des conditions de travail et la réduction des services à l’extérieur des centres urbains. Désires-tu vraiment que les employés des Postes travaillent aux mêmes conditions que les employés de Publi-Sac? C’est pas sérieux.

    @C.-A Bachand: entièrement d’accord avec ce que tu amènes dans ton commentaire. C’est la tendance nord-américaine: suite à des investissements massifs dans les services publics, les chambres de commerce veulent maintenant se les approprier. Les entrepreneurs devraient plutôt se concentrer à développer de nouvelles industries au lieu de forcer l’état à leur vendre NOTRE patrimoine.

  6. @Lutopium,

    Pourquoi pas? N’est-ce pas un peu méprisant pour les employés de Publi-sac (médias Trans-Continental)?

    Merci pour l’information sur Puro, ils font d’ailleurs de plus en plus appel à la sous-traitance et cela cause de grosses frictions avec les employés syndiqués de la boite toujours aussi désagréables qui ont maintenant la grosse chiasse de se faire remplacer. Ce qui se fera sûrement le jour de leur retraite, d’ici là, ils peuvent arrêter de chier dessus et mépriser les employés d’agences de sous-traitance, ça n’aide en rien le capital de sympathie à leur cause.

    « les partis néoconservateurs »

    Pourquoi le néo au juste? Comme s’il y avait de quoi de nouveau au conservatisme alors que c’est vieux comme la mort. Est-ce qu’on parle de néo-libéraux? néo-gauchistes? Ah oui, on parle de néo-démocrates quoi qu’il n’y ait absolument rien de nouveau dans ce parti gauchiste.

  7. Mauvais exemple!

    Poste Canada coûte très très cher et les compagnies privées font aussi bien. Ce serait certainement le premier service à privatiser. Au travail, je ne fais affaire qu’avec les privés, efficacité incomparable, qualité de service bien supérieure à Poste Canada!

    Ne mettons pas tout dans le même panier. Je souhaite conserver une télé gouvernementale même si cette dernière tend à faire comme le privé et que les gouvernements se servent d’elle pour faire leur propagande.

    Les gouvernements devraient administrer (bien mieux qu’ils ne le font actuellement), légiférer et non pas exécuter. Je suis la droite de la gauche. Autrement, il faudrait des lignes aériennes gouvernementales, des compagnies de téléphone gouvernementales, des banques gouvernementales, une chaîne d’alimentation gouvernementale… etc. Réduire la taille de lÉtat ne signifie pas éliminer tout contrôle ou toute législation.

    Accent Grave

  8. Frankie said

    @ Machine

    « Pourquoi le néo au juste? Comme s’il y avait de quoi de nouveau au conservatisme alors que c’est vieux comme la mort. »

    Pas tout a fait.

    Avant, le conservatisme traditionnel mettait l’aspect religieux avant tout. Le rapprochement avec le clergé était essentiel pour fermer le circuit « moralité-état-peuple ».

    Aujourd’hui, le néoconservatisme met plutôt la dimension économique au centre. N’oublions pas que le néoconservatisme représente aussi un courant critique ayant des opinions bien tranchées sur les grandes questions éthiques ACTUELLES comme l’avortement, mariage gai, suicide assisté et peine de mort.

  9. lutopium said

    @Tym Machine: je travaille dans une grosse boîte (privée) qui fait appel à la sous-traitance. La seule raison qui les amène à opter pour la sous-traitance est de sauver de l’argent. Et les pauvres pigistes qui jouent le jeu… sans avantages sociaux, sans vacances payées et sans protection… Le danger à long-terme de la sous-traitance, c’est la précarité de l’emploi et l’appauvrissement des travailleurs.

    @Accent Grave: je ne dis pas que Postes Canada devrait être le seul transporteur de colis… Mais pour ce qui est de la livraison de courrier vers les résidences, je ne vois vraiment pas comment le privé pourrait remplacer ce service. Contrairement à toi, je crois que nous (l’état) sommes capables de fournir certains services essentiels comme la poste, le transport en commun, les soins de santé, l’éducation, pour ne nommer que ceux-là. Le privé a toute la place dont il a besoin pour générer des profits. Pas nécessaire de tout privatiser pour « générer » de la richesse…

    @Frankie: merci pour les précisons.

  10. @Frankie,

    Merci de ces précisions.

    @Lutopium,

    « c’est la précarité de l’emploi et l’appauvrissement des travailleurs. »

    C’est parce que c’est la réalité quotidienne de la vaste majorité des travailleurs et c’est la réalité du monde actuel. Les entreprises privées qui ne se sont pas adaptées à cette réalité mourriront sous peu ou devront compter sur les subventions du gouvernemaman pour survivre.

    Il n’y a qu’à la fonction publique qu’on peut se bercer des illusions de la « permanence » dans un emploi. Et d’ailleurs, beaucoup quittent justement par manque de défis.

    Le Québec est en retard par rapport à cette réalité, notre taux de syndicalisation ne peut pas éternellement se maintenir autour du 40% pendant qu’il est de 20% en Ontario et de 5% au Massachussets.

    Il faudra faire des choix collectifs difficiles et je tends l’oreille aux solutions concrètes de la gauche. À date je n’entends que le discours anti-capitaliste, anti-libéralisme.

    C’est comme le bureau de la concurrence pour surveiller les pétrolières que les libéraux veulent établir, encore des jobs pour les ti-namis libéraux. Tant qu’à cela, je préfère le NPD.

  11. Manx said

    « Le Québec est en retard par rapport à cette réalité, notre taux de syndicalisation ne peut pas éternellement se maintenir autour du 40% pendant qu’il est de 20% en Ontario et de 5% au Massachussets.  »

    Et de 95% en Norvège, où il n’y a même plus besoin de salaire minimum. Et ça, malgré que le gouvernement au pouvoir soit considéré « de droite ».

    Un syndicat, c’est un organisme représentant les travailleurs devant le patronat. Je ne vois jamais ce qu’il y a de mal à avoir quelqu’un pour dire au boss ce que les employés pensent/veulent.

    « Il n’y a qu’à la fonction publique qu’on peut se bercer des illusions de la “permanence” dans un emploi. Et d’ailleurs, beaucoup quittent justement par manque de défis.  »

    Exact. On n’a plus les LG-2 d’auparavant. Maintenant, on a des épais qui vont venir nous dire: « ça coûte combien? » On ne se soucie pas de ce que ça rapporte, mais de ce que ça coûte. Si on avait posé cette question-là il y a 20 ans, on n’aurait pas de barrages dans le Nord et on achèterait de l’électricité au lieu d’en vendre.

    « C’est parce que c’est la réalité quotidienne de la vaste majorité des travailleurs et c’est la réalité du monde actuel. Les entreprises privées qui ne se sont pas adaptées à cette réalité mourriront sous peu ou devront compter sur les subventions du gouvernemaman pour survivre.  »

    J’ai peur en entendant dire que la main d’oeuvre est une ressource si peu valorisée par les employeurs. Quand je discute avec une firme d’ingénieurs qui veulent embaucher des stagiaires pour l’été, ils m’ont dit qu’ils étaient une petite business, qu’ils voulaient former des gens un peu sur la technique, qu’on pourrait venir travailler avec eux quand on aurait gradué et qu’on pourrait arriver à notre séniorat par leur firme de consultants. Moi, je trouve ça bien qu’un boss puisse avoir confiance en ses employés et que les employés puissent avoir confiance en leurs supérieurs hiérarchiques. Ça développe une certaine fidelité entre le chef et les employés, ça les met en confiance et ça leur permet de se dépasser. Mais c’est clair que je ne veux pas que l’on s’arrange pour garder des incompétents. Ça, même la fonction publique ne le fait plus (on vous renvoie avant la fin de la période d’essais ou on engage pour un poste permanent d’anciens sous-traitants).

  12. lutopium said

    @Tym Machine: je suis de la « gauche » et je ne suis pas anti-capitaliste! Je suis contre ses excès. Je suis en faveur du droit d’association des travailleurs. Tout comme les entreprises se regroupent autour de chambres de commerce et de réservoirs d’idées de tout accabit, les travailleurs ont un droit légitime et inaliénable de se regrouper. Les syndicats ne sont pas parfaits mais ce n,est pas une raison pour jeter le bébé avec l’eau du bain. Parfois, il faut que les patrons et les travailleurs atteignent le consensus, ça va de soi. À d’autres moments, la confrontation est inévitable.

    @Manx: excellent commentaire, merci! En passant, vas-tu joindre le regroupement des blogues qui s’opposent à l’élection des conservateurs?

  13. Manx said

    Je veux bien rejoindre le groupe de blogues qui s’opposent à leur élection, mais je ne trouve pas vraiment le moyen d’uploader l’image sur ma page wordpress… -_-

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :