lutopium

Le défi imprévu d’un Parti Bleu

Posted by lutopium sur 28 mai 2008

J’ai encore eu un de ces drôles de rêves.  Ça m’arrive lorsque je bois de l’eau de source…  On devait être quelque part après 2010, ça commence devant l’écran de l’ordi.  J’essaie de digérer les résultats de l’élection provinciale.  J’écoute attentivement l’annonce de rhum – comme on semble nommer cette vieille tradition du chef de pupitre – qui nous apprend que le Québec vient d’élire le Parti Libéral du Québec, qui formera un gouvernement minoritaire avec Philippe Couillard comme premier ministre. 

J’aperçois un cahier de La Presse sur le bureau et examine les résultats d’un sondage CROP-La Presse qui donnait déjà les libéraux gagnants avec une forte marge.  Personne ne semble surpris des évènements de la soirée, à l’exception, peut-être, de la performance du Parti Bleu du Québec qui râfle la troisième place, derrière le Parti Québecois et devançant Québec solidaire qui se console d’un 4% des votes.  Bizarre, ni l’Action Démocratique, ni Mario Dumont ne semblent participer à cette élection…

Le chef du Parti Bleu, Adrien Villeguy, nage dans l’euphorie.  Grâce à une vingtaine de députés, il parle déjà d’une coalition avec les libéraux.  À un journaliste qui lui demande comment il explique les résultats de la sorée, M. Villeguy explique que les québécois se sont identifiés à l’approche de sa formation politique.  « La gauche et la droite, ça n’existe plus » lance-t-il en rappelant que le slogan du parti – « Nous Sommes Tous Bleus » – démontre que la population est très préoccupée par la fonte des glaciers et qu’elle demande au gouvernement et aux entreprises de remédier à la situation.

Le bonheur des uns semble toujours faire le malheur des autres si on regarde du côté de Québec solidaire…  La popularité du Parti Bleu semble préoccuper les membres de la formation de gauche et l’enthousiasme n’est pas au rendez-vous avec Françoise David.  Il semble que le mouvement écologiste et les partis progressistes aient finalement réalisé qu’ils se battent entre eux pour gagner la sympathie des électeurs, et le gagnant a bien choisi sa couleur. 

Un blogue affiche quelques informations sur les récents affrontements survenus entre les groupes environnementalistes et la gauche québécoise.  On peut lire que les écologistes énarvent Léo-Paul Lauzon et qu’ils sont loin d’être d’accord sur l’augmentation des tarifs d’électricité.  Le diable semble être pogné dans mon écran, je lis maintenant un billet de Jack Layton qui explique la position du NPD qui semble déplaire à Stéphane Bilbeault d’Équimerre.  Il est plus que temps que ce cadran me réveille…

Revenu à mes sens, j’ai encore cette interrogation: est-ce que l’existence de la gauche politique est compromise par l’arrivée d’un parti écologiste qui désire occuper l’échiquier politique?

Photo : Peter Vanallen – Flickr

Publicités

19 Réponses to “Le défi imprévu d’un Parti Bleu”

  1. Bizarre de rêve, mais très bonne question!

    Le vert étant très vendeur, il semble que QS ait un problème de marketing…

  2. À mon avis, ça dépend plus de l’orientation de cette gauche elle-même que du parti écologiste en question… Et la plupart des partis intègrent une plate-forme environnementale.

  3. lutopium said

    @Renart: j’aurais aimé avoir ta plume pour écrire ces quelques réflexions… je n’ai pas l’habitude u style littéraire! Je suis d’accord avec toi pour dire que Qs a un problème de marketing et que les Verts profitent d’une popularité automatique reliée à leur couleur et à l’adhésion rapide de certains électeurs à un parti dont ils ne connaissent absolument rien. J’aimerais bien avoir le feedback de Jimmy là-dessus…

    @Alexis: Rappelons-nous que le Parti Vert et Québec solidaire avaient essentiellement reçu la même appréciation de Greenpeace pour leurs propositions écologistes amenées en période électorale l’an dernier. Je crois comprendre qu’aujourd’hui, Qs est mieux organisé comme formation politique que le PVQ. Cependant, il se pourrait que le PVQ devienne de plus en plus populaire et qu’il soit une alternative crédible sur le plan politique. C’est peut-être alors dans ce camp que les progressistes pourraient investir leurs efforts. En politique, tout est possible. Chose certaine, il serait préférable que les votes de la gauche et des environnementalistes soient dirigés vers le même parti. Sinon, c’est le PLQ qui sera content! À moins que les québécois se dotent d’un scrutin à la proportionnelle…

    En passant, je ne savais pas que La Presse allait publier aujourd’hui un sondage CROP qui donne une majorité importante aux libéraux et seulement 14% à l’ADQ. Un rêve prémonitoire?

  4. Le scrutin proportionnel, on y travaille aussi. J’ai mon parti, mais je ne suis pas de mauvaise foi: le PVQ et QS devraient être à l’Assemblée Nationale.

    Reste que le Parti Vert est associé à une image qui plaît bien à la population, celle de l’environnement, et cela dans son nom même. En faisant moins campagne, ils sont quand même capables d’avoir plus de votes. Quant à Québec Solidaire, je sais qu’ils ont leurs adeptes, mais ne vous illusionnez pas, il manque encore beaucoup de choses à ce parti pour espérer atteindre un statut honorable.

  5. « J’aimerais bien avoir le feedback de Jimmy là-dessus… »

    Moi aussi!

  6. lutopium said

    @Alexis: que manque-t-il à Qs pour rejoindre le statut de parti honorable? Le Parti Libéral est-il honorable? Je ne pouvais m’empêcher de vous poser la question! 😎

  7. Je pense quand même que quand un parti a 141 années d’histoire ponctuées de prises de pouvoir régulières qui se perpétuent aujourd’hui encore, il doit bien y avoir une petite once de bon sens quelque part, ne croyez-vous pas? Ou bien alors le peuple québécois est vraiment bouché, mais je penche nettement plus pour la première option. C’est un parti avec de la visibilité, une structure éprouvée et fonctionnelle, une bonne base militante, une équipe forte et connue, un programme direct et un passé édifiant.

    Quant à Québec Solidaire, il faudrait tout d’abord qu’ils cessent de se donner des airs de gogauchistes-caviar offensés (désolé, mais c’est véritablement la perception véhiculée autour de moi, je ne fais que constater les faits) et de « trippeux » qui lancent des projets étatiques pour à peu près tous les problèmes. Ajoutez à ça la double direction et le discours qui reste tout de même assez éloigné des préoccupations quotidiennes, et ça vous donne une indication de ce qui manque. Au Québec, les grandes niches politiques sont déjà occupées à l’heure actuelle, et QS ne semble pas être en mesure de déloger quelqu’un pour se tailler sa propre place. Vous ne l’admettrez sans doute pas, mais je continue à dire qu’ils sont trop à gauche ou alors trop entichés d’une vieille gauche pour ressortir auprès d’un électorat autre que très urbain.

  8. lutopium said

    @Alexis: on ne peut nier l’historique du PLQ, ça je vous l’accorde! Une grosse machine, bien implantée, avec des instances locales bien organisées… De bons contacts avec les médias d’information 😎

    Je ne crois pas que Qs soit « trop à gauche ». Je dirais que la gauche a su raffiner son discours, si on le compare avec les idéaux des groupes et partis politiques « de gauche » que nous avions habitude de cotôyer dans les années 70 et 80. Qs est à des années lumière de la Ligue et d’En Lutte! Mais je suis d’accord pour dire que ses propositions ne rejoignent pas (encore) la majorité des citoyens. Il faudra tout de même se rendre à l’évidence un jour que le système capitaliste a besoin d’une cure d’amaigrissement… Je suis de ceux qui croient que la surconsommation à outrance nous amènera directement vers des catastrophes inimaginables…

    Peut-être que la contribution de Qs se limitera-t-elle à court-circuiter le débat stérile actuel et les ambitions néolibérales démesurées… Ça sera au moins ça!

  9. « Peut-être que la contribution de Qs se limitera-t-elle à court-circuiter le débat stérile actuel et les ambitions néolibérales démesurées… Ça sera au moins ça! »

    Il faudrait qu’ils commencent par réussir à interrompre le dialogue déjà en cours pour se faire entendre… ce qui n’est pas encore joué…

  10. lutopium said

    @Renart: oueppe. C’est David contre Gesca.

  11. @Lutopium

    « La gauche et la droite, ça n’existe plus »

    Non non non, ça existe toujours. Ce concept gauche/droite permet de classifier le monde politique.

    Tous les champs d’études classifient leurs parties. Il en est de même en politique.

    En cherchant à diluer les partis politiques, à l’instar de Mario Dumont en 2003, on essai de mélanger les électeurs afin de leurs faire croire que tous les partis sont pareils et qu’un parti affairiste peut être pro-travailleur. De la pure désinformation et des raccourcis intellectuels visant à mélanger encore plus les électeurs qui sont déjà peu politisés.

    Une duperie qui cache la vérité que les partis politiques favorisent une fois au pouvoir les groupes qui les financent. Les conservateurs trouvent leur argent chez les pétrolières ainsi que les multinationales et le NPD dans les grandes centrales syndicales.

    Malgré les beaux discours, les motivations des partis politiques sont déterminées par les intérêts de leurs financiers et c’est ceux-ci qui fixent leurs appartenances à la gauche ou la droite.

  12. « C’est David contre Gesca. »

    Est bonne!

  13. C’est bizarre, mais je n’ai jamais eu l’impression que QS prônait une quelconque forme de décroissance conviviale… Est-ce parce que je suis mal renseigné?

    Et pour les médias d’information, vous viendrez faire un tour au Saguenay-Lac-St-Jean. Vous verrez bien qui hante toutes nos publications… (indice: tous les députés actuels appartiennent à cette faction). Croyez-moi, au Saguenay, on n’est pas libéraux à cause de la presse.

  14. lutopium said

    @Jimmy: j’ai tenté de faire dans la satire… ça ne me va pas facilement! Je n’ai personnellement aucun problème à m’étiquetter de la gauche… J’ai parfois l’impression que l’approche écologiste retire l’axe gauche-droite des débats politiques, c’est ce que j’ai tenté de rappeler avec la satire sur M. Villeguy…

    @Renart: 😎 yeah!

    @Alexis: Je ne crois pas que Qs prône la décroissance conviviale… Pour ce qui est de l’information au Québec, je persiste pour dénoncer les liens entre Gesca et Quebecor avec une poignée de propriétaires. Malsain pour une démocratie. Souvenez-vous que c’est grâce au propriétaire de La Presse si Jean Charest est le chef du PLQ aujourd’hui… Pour ce qui est de votre région, vous semblez dire qu’il y a un problème… pourriez-vous nous expliquer?

  15. @Lutopium

    « J’ai parfois l’impression que l’approche écologiste retire l’axe gauche-droite des débats politiques »

    Combien de fois devrais-je le répéter: les verts sont de gauche!

    Plusieurs m’ont affirmé le contraire depuis 18 mois sur les blogues, mais les verts ont des affinités intrinsèques avec les buts de la gauche. Quiconque à une base en philosophie politique le sait très bien.

    Voir :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Partis_verts_%C3%A0_travers_le_monde

    Voir:

    En espérant clore le débat.

  16. lutopium said

    @Jimmy: Je n’ai aucun doute que certains membres du Parti Vert du Québec sont des progressistes, des gens de gauche, des femmes et des hommes qui prônent la justice sociale et l’égalité de tous… en plus de prioriser la lutte contre les gaz à effet de serre, la pollution et la croissance économique débridée…

    Je tenais simplement à questionner les raisons qui poussent certaines personnes à endosser le Parti Vert. J’ai quelques amis qui ont voté pour le PVQ aux dernières élections et leur vote était beaucoup plus symbolique que convaincu. Ils ne connaissaient pas l’organisation, ils ne connaissaient pas les positions ou le programme du parti. En quelque sorte, ils se sont donné « bonne conscience » en votant pour les verts. Je ne dis pas que tous les gens qui votent « vert » le font pour ces raisons, je crois cependant que c’est le cas de plusieurs électeurs.

    Mon billet présente également la possibilité que le PVQ devienne l’alternative politique au cours des prochaines années. Peut-être que le PVQ attirera plus de sympatisants et qu’il se transformera en une entité politique sérieuse avec une forte base de membres qui participeront aux instances locales et régionales. Je crois comprendre que ce n’est pas le cas aujourd’hui. Mais il se pourrait que le PVQ connaisse une croissance fulgurante et que Québec solidaire disparaisse… Je fabule sur l’avenir, ça vaut ce que ça vaut!

    Aujourd’hui, je crois que Qs est un parti de gauche avec un très bon programme écologiste. Je ne crois pas que le PVQ soit un parti écologiste avec un bon programme électoral. Ça viendra, le nouveau chef semble déterminer à amener le parti à un autre niveau. Cette semaine, M. Rainville reprenait une idée de Jean-Pierre Charbonneau, endossée par le Congrès de Qs également, qui demande au gouvernement d’organiser une assemblée constituante afin de rédiger une constitution québécoise. Bonne initiative… Cependant, je me pose une question: est-ce une position du PVQ ou est-ce simplement une initiative du chef?

    Je trouve également dommage que le PVQ et Qs ne soient pas capables d’unir leurs forces. Je ne suis pas dans le secret des dieux, mais je crois que les deux partis sont loin d’une coalition, même ponctuelle. Dans son communiqué, M. Rainville va jusqu’à ignorer complètement Qs: « … Monsieur Rainville précise que, des quatre principaux partis politiques de la scène provinciale québécoise… » C’est pas un peu baveux ça?

    J’ai l’impression qu’il y aura un petit affrontement entre les deux formations politiques au cours des prochains mois. Est-ce que ce sera profitable? Dommageable? Chose certaine, les libéraux et les péquistes doivent rirent dans leur barbe!

    Dernière chose: c’est évident, il y a des divergences au sein même du mouvement écologiste. M. Guilbeault d’Équiterre est en faveur de l’approche « utilisateur-payeur » tel que préconisé par le rapport Montmarquette. D’autres écologistes vont dans le même sens et exigent une augmentation des tarifs d’électricité… Ça explique la sortie de Léo-Paul Lauzon et de Jack Layton. Je crois donc qu’il est possible de se dire « écologiste » et avoir une petite tendance vers la droite…

  17. Dans la région, être un militant libéral/fédéraliste affiché est la meilleure façon de connaître tous les travers de la presse: déformation de propos, censure plus ou moins élégante, difficultés à faire passer un quelconque message, critique à peu près systématique, etc. Sans parler de la facilité avec laquelle nos opposants, eux, peuvent « spinner » leurs messages. Et pourtant, l’un des principaux journaux du Saguenay, « Le Quotidien », est un produit Gesca.

    Que Gesca et Québécor représentent trop peu d’alternatives médiatiques crédibles, je suis tout à fait d’accord. Mais ce n’est pas une raison pour généraliser ou soupçonner tous ceux ayant un lien avec la presse d’être partisans. Reste que je suis de ceux qui voudraient un jour voir une loi interdisant à une entreprise de posséder plus de 15% des médias dans une province. Malheureusement, cela relève en bonne partie du fédéral, où je ne m’implique pas.

  18. lutopium said

    @Alexis: je ne savais pas que Le Quotidien en avait contre les libéraux… Surprenant quand même! La règlementation des médias électroniques relève du fédéral (gestion du spectre), celle reliée aux médias écrits relève du provincial (loi sur les journaux et autres publications). S’il y a une piste à explorer ces temps-ci, c’est celle de l’initiative de Yves Michaud et du Medac qui somme Power Corporation à publier les résultats financiers de Gesca indépendamment de ceux de l’empire financier. S’il s’avèrait que Gesca est déficitaire, nous serions en droit de nous demander pourquoi la famille Desmarais insiste pour conserver une filiale qui n’est pas rentable…

  19. J’ajoute donc la réglementation des journaux à mon livret d’idées…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :