lutopium

Réflexions sur les récents sondages politiques

Posted by lutopium sur 2 mai 2008

Deux sondages nous apprennent que Jean Charest et le Parti Libéral du Québec ont réussi à regagner la confiance des québécois et qu’ils auraient de bonnes chances de former un gouvernement majoritaire si des élections étaient lancées dans les conditions actuelles.  En effet, si on fait la moyenne des résultats obtenus par le sondage CROP et celui de Léger Marketing, nous réalisons que le PLQ récolterait 37,5% des votes, soit 6,5 points de plus que le Parti Québécois et 20 points au-dessus des résultats de l’ADQ.

Est-il nécessaire de se rappeler que nous vivons actuellement dans un paysage politique unique dans l’histoire du Québec et du Canada?  Pour la première fois de son histoire, le Québec est sous la gouverne d’un gouvernement minoritaire à l’assemblée nationale et d’un autre au parlement canadien.  De plus, deux nouveaux partis politiques démontrent un intérêt sérieux pour attirer la sympathie de l’électorat.  Les gens qui ont été interpellés par ces sondages confirment également que les québécois apprécient la stabilité et le relatif calme politique associés à un partage du pouvoir entre trois partis politiques.

Peu importe si on apprécie sa personnalité, il faut tout de même avouer que M. Charest est un fin politicien.  Notre premier ministre est conscient qu’il est primordial pour sa formation politique d’investir tous ses efforts pour calmer les troupes et s’assurer qu’il n’y ait aucun dérapage.  La façon dont ils ont géré le renvoi de l’ex-délégué du Québec à New-York confirme que l’entourage immédiat de M. Charest est prêt à tout faire afin de protéger l’image de leur chef et du parti.

De son côté, Pauline Marois ne semble pas en mesure de redonner ce nouveau souffle au Parti Québécois.  Même si elle semble plaire aux citoyens alors qu’André Boisclair ne faisait pas l’unanimité, Mme Marois ne parvient pas à replacer le PQ en tête de peloton.  Mais je suis persuadé que ses conseillers ont encore de bonnes cartes sous les manches et qu’elle aura d’autres occasions de marquer des points.  Évidemment, c’est un parti divisé comme jamais :  un peu à droite, un peu à gauche, confortable au centre.  Promotion de la souveraineté, mise au rancart de la stratégie référendaire, renouvellement de la loi 101… Cependant, si elle décode les messages qui sont transmis par la population, elle devrait en conclure que les gens préfèrent actuellement un paisible statu quo et qu’ils ne veulent pas replonger dans les querelles entre Québec et Ottawa.

Pauvre Mario Dumont.  Même s’il est habitué à une carrière politique qui s’apparente à une randonnée sur des montagnes russes, il doit être découragé.  Lui qui rêve de devenir premier ministre, il est pris au piège en devant composer avec le rôle de l’opposition officielle tout en réalisant qu’il est entouré d’une gang d’amateurs.  La prochaine campagne électorale sera pénible: comment s’y prendra-t-il pour conserver les acquis et demander à plusieurs députés de laisser leur siège pour faire place à des candidats vedettes?  Ça sera la guerre de tranchée.  Ma prédiction pour l’ADQ: retour à 2003.

Les québécois ne semblent pas être prêts pour encourager l’arrivée d’un parti de gauche à l’assemblée nationale.  La classe moyenne et les gens défavorisés ne s’identifient pas à Québec solidaire.  Alors qu’en Europe ces partis ont leur place sur l’échiquier politique,  Qs est incapable de grimper dans les sondages.  Françoise David et Amir Khadir auront besoin d’appuis extraordinaires lors de la prochaine campagne électorale.  Est-ce que les intellectuels et les syndicats sortiront de leur mutisme?  Si on en croit la récente annonce de Victor Lévy-Beaulieu, la primauté de la question nationale vient brouiller l’importance pour le Québec de se doter d’un parti qui se veut le représentant des travailleurs.  La gauche est prise en otage par le PQ.  C’est malsain, très malsain.

Pour ce qui est du Parti Vert, c’est tout un phénomène.  Populaire par sa couleur et son identification naturelle à LA préoccupation de l’heure, le PVQ vient brouiller les cartes.  Dommage que ses dirigeants refusent une alliance avec Qs.  Nous aurons l’occasion de voir si Scott MacKay sera en mesure de confimer la sympathie des électeurs en décrochant la circonscription de Bourget aux partielles du 18 mai prochain.  Je suis personnellement déçu que Qs et les Verts n’aient pas trouvé un terrain d’entente pour leurs stratégies associées à ce comté et à celui de Hull.  On peut toujours espérer un rapprochement pour les prochaines élections générales.

Si le climat politique continue sur cette voie, il est fort à parier que nous retournerons vers un gouvernement libéral majoritaire. Ça coincidera avec l’arrivée de nouveaux concepts de partenariats avec le privé: Rockland MD aura la voie libre pour prendre de l’expansion et on proposera – avec la complicité de l’Institut Économique de Montréal – la privatisation des infrastructures (routes, aqueduc, électricité, édifices gouvernementaux, etc.).  C’est Papa Desmarais qui va être content car ses efforts pour convaincre M. Charest de prendre le leadership du PLQ lui rendront les dividendes espérées.  Je serais prêt à gager que la compagnie Suez devienne plus active sur le marché québécois.  Les installations de traitement des eaux usées de Halifax Bay ne sont que le début de ses activités canadiennes…

Photo: lsyt – Flickr

Publicités

6 Réponses to “Réflexions sur les récents sondages politiques”

  1. manx1 said

    « Les québécois ne semblent pas être prêts pour encourager l’arrivée d’un parti de gauche à l’assemblée nationale. La classe moyenne et les gens défavorisés ne s’identifient pas à Québec solidaire. Alors qu’en Europe ces partis ont leur place sur l’échiquier politique, Qs est incapable de grimper dans les sondages. Françoise David et Amir Khadir auront besoin d’appuis extraordinaires lors de la prochaine campagne électorale. Est-ce que les intellectuels et les syndicats sortiront de leur mutisme? Si on en croit la récente annonce de Victor Lévy-Beaulieu, la primauté de la question nationale vient brouiller l’importance pour le Québec de se doter d’un parti qui se veut le représentant des travailleurs. La gauche est prise en otage par le PQ. C’est malsain, très malsain. »

    Aux dernières élections, QS a eu des appuis extraordinaires d’acteurs (et de Luck Mervil) ainsi que de Laure Waridel, co-fondatrice d’Équiterre.

    Le gros problème de QS est d’arriver à « attirer l’attention ». Si les médias ne parlent pas d’eux, les gens n’en savent pas plus sur eux. Et ça c’est problématique; pour l’instant, QS n’arrive pas à livrer la marchandise pour faire entendre parler d’eux.

    « Je suis personnellement déçu que Qs et les Verts n’aient pas trouvé un terrain d’entente pour leurs stratégies associées à ce comté et à celui de Hull. On peut toujours espérer un rapprochement pour les prochaines élections générales. »

    Je dois t’avouer que je suis satisfait du candidat que QS nous a apportés dans Bourget; un mécanicien écologique qui a démarré la coalition contre l’agrandissement de la rue Notre-Dame en une sorte d' »autoroute industrielle ». Les citoyens du comté sont derrière l’initiative, eux aussi, mais pas derrière le candidat ^^. Ça suit surtout Maka Kotto, qui est lui aussi un excellent parti.

    « Si le climat politique continue sur cette voie, il est fort à parier que nous retournerons vers un gouvernement libéral majoritaire. Ça coincidera avec l’arrivée de nouveaux concepts de partenariats avec le privé: Rockland MD aura la voie libre pour prendre de l’expansion et on proposera – avec la complicité de l’Institut Économique de Montréal – la privatisation des infrastructures (routes, aqueduc, électricité, édifices gouvernementaux, etc.). C’est Papa Desmarais qui va être content car ses efforts pour convaincre M. Charest de prendre le leadership du PLQ lui rendront les dividendes espérées. »

    M. Charest n’a pas prévu d’élections avant 2 ans encore, et avec l’état actuel des choses, aucun des deux autres partis ne tentera de le renverser. Je pense plutôt que pour l’instant, il n’y a pas beaucoup de changements et que si cela se poursuit longtemps, ça sera fort ennuyeux. J’espère que le PQ et QS sauront tirer leurs épingles du jeu d’ici les 2 prochaines années en étant, d’un côté, plus actifs, et de l’autre, moins caves. Il faut qu’ils proposent des solutions à d’importantes problématiques sur le Québec, des solutions qui font du sens aux électeurs. Et pour l’instant, je crois que le succès libéral est qu’ils sont arrivés à prouver que les deux autres partis n’ont pas cette compétence, et non qu’eux l’ont.

  2. lutopium said

    Tu présentes d’excellents points… Même si l’appui de Mervil fut terni par un autre appui voilé au PQ, Qs a su compter sur quelques appuis. Il en faudra d’autres. Je ne comprend toujours pas pourquoi les syndicats (voir le billet de Pierre JC Allard) semblent réfractaires à l’arrivée de Qs. On verra…

    Certains prétendent que Qs reçoit trop d’attention de la part des médias, moi j’aimerais au contraire qu’on « sente » un peu plus son émergence et celle du Parti Vert. De concert avec le questionnement actuel sur le mode de scrutin, il est temps de changer la dynamique PLQ-PQ-ADQ.

    Et que dire de l’Aut’ Journal et de vigile.net qui n’en parlent presque jamais…

  3. manx1 said

    « Je ne comprend toujours pas pourquoi les syndicats (voir le billet de Pierre JC Allard) semblent réfractaires à l’arrivée de Qs. On verra… »

    Ils ne sont pas réfractaires, mais ils ont de forts liens qui datent de longtemps avec le SPQ-Libre, pour qui ils ont beaucoup de respect.

    « Certains prétendent que Qs reçoit trop d’attention de la part des médias, moi j’aimerais au contraire qu’on “sente” un peu plus son émergence et celle du Parti Vert. De concert avec le questionnement actuel sur le mode de scrutin, il est temps de changer la dynamique PLQ-PQ-ADQ. »

    Je ris à la figure de quiconque se plaint de la trop grande présence du PVQ et de QS dans les médias. Le 3/4 du monde ne sait même pas encore que d’ici quelques mois, le Parti Vert aura un nouveau chef… On ne parle de ces deux partis vraiment qu’en deux occasions: lors de leurs colloques nationaux et lorsque quelque chose va mal pour eux. Comment on peut s’attendre à vraiment consolider un électorat solide et nombreux quand ce sont les deux seules choses qui font que l’on parle de toi…

  4. Vos pronostics advenant la réélection d’un gouvernement libéral majoritaire sont assez radicaux, mon cher lutopium. Néanmoins, je ne puis pas vous affirmer être étranger à certaines de ces positions, que j’ai déjà entendues autour de moi. Il existe certes une portion des militants du PLQ qui sont conservateurs au fédéral et qui apprécient la « liberté » économique et le retrait de l’État. Mais sachez qu’il y a également des gens qui, comme moi, trouvent ces propositions soit inutiles soit négatives, et qui voudraient voir le PLQ se recentrer. Vous ne pouvez donc pas garantir que ces positions seront adoptées.

    Les déboires de QS proviennent en partie du fait qu’ils refusent de fonctionner comme les partis réguliers. Les « trips » de candidats doubles pour la parité hommes-femmes, la direction bicéphale et quelques propositions fantaisistes (par exemple la proposition de faire assumer aux entreprises toute la francisation des immigrants, ce qui annulerait tous les efforts d’accès à l’emploi en ce sens) et hors de prix n’aident pas ce parti à se bâtir une crédibilité. Je crois qu’un éventuel grand parti de gauche au Québec devrait être plus proche de la classe moyenne et pragmatique, bref plus modéré que QS.

  5. manx1 said

    « Les “trips” de candidats doubles pour la parité hommes-femmes, la direction bicéphale et quelques propositions fantaisistes (par exemple la proposition de faire assumer aux entreprises toute la francisation des immigrants, ce qui annulerait tous les efforts d’accès à l’emploi en ce sens) et hors de prix n’aident pas ce parti à se bâtir une crédibilité. »

    C’est un peu ce dont je parle. On traite de QS quand ça va mal pour eux (PVQ aussi). En fait, on parle DU « trip » de candidats doubles, car ce n’est arrivé que dans un comté. Les autres événements notables qui ont fait l’actualité avec QS ont été le retour de la soirée du hockey et de la possibilité de remplacer Amir au dernier colloque… Une position sous-entendue 6 mois auparavant et qui était depuis longtemps oubliée!

    Le problème dans ce parti est que l’on refuse de parler des bonnes propositions. La lutte à l’évasion fiscale, quel autre parti en parle sérieusement? Les États-Unis ont réussi à le faire et à récupérer une poignée de milliards de dollars, et au Canada, on dit qu’on en est incapable (et on subventionne les entreprises qui en font…). Ou Pharma-Québec, et ce que je considère être le seul plan de gestion du potentiel éolien Québécois qui puisse répondre aux inquiétudes des régions devant cette gestion.

  6. lutopium said

    @Alexis: tu as entièrement raison, Qs refuse de fonctionner comme un parti régulier. Aucun lien avec les lobbies économiques ou le patronat, pas de chef avec droit de veto ou avec des pouvoirs excessifs, etc… Tu dis également qu’un parti de gauche devrait être plus modéré et se rapprocher de la classe moyenne. Je crois qu’il ne faut pas « diaboliser » Qs parce qu’il se dit de gauche et apporte des idées nouvelles et des changements drastiques. En fait, je crois que c’est la première fois au Québec qu’un parti de gauche soit si modéré.

    Merci pour tes commentaires… J’espère que tu seras em mesure de calmer les ambitions de certains libéraux quand viendra le temps de remettre en question notre patrimoine collectif…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :