lutopium

Le vrai visage de l’ADQ

Posted by lutopium sur 21 avril 2008

Vraiment, rien ne va plus pour le parti de Mario Dumont…  En moins de trois semaines, nous avons été témoins de la fragilité de la machine adéquiste.  Propulsée en cinquième vitesse par les résultats électoraux du printemps 2007, la jeune équipe de l’ADQ se perd dans des souliers qui lui paraissent trop grands, démontrant son inexpérience et l’incohérence entre ses différentes instances nationales et régionales.

Il n’est évidemment pas facile pour un parti politique de mettre en place une structure lui permettant de supporter une quarantaine de députés, former une équipe pouvant solidifier son rôle d’opposition officielle tout en continuant de développer une présence importante dans presque toutes les circonscriptions.  La fragilité des bureaux de comté a été bien ressentie lorsque l’équipe de Gilles Taillon a divulgué des informations aux médias qui ont mis le numéro deux de l’ADQ dans l’embarras…  Tel que rapporté par Radio-Canada le 7 avril dernier, « Armand Maltais, membre fondateur de l’ADQ et candidat du parti en 1994, est déçu du silence de Mario Dumont. Sa frustration est partagée par Gilles Plante, ex-organisateur en chef de Gilles Taillon, et Rémi Lacasse, ancien libéral justement séduit par l’ADQ en raison de l’intimité existant entre sa base et ses dirigeants. »

Mario Dumont a toujours demandé un changement majeur de nos institutions publiques et n’a jamais râté l’occasion de nous rappeler que l’ADQ avait un fonctionnement fort différent des deux autres grands partis politiques québécois.  Son parti se vantait d’être près des gens allant jusqu’à révolutionner l’art de faire de la politique.  Avec la démission de l’exécutif de Hull le 10 avril dernier, le poids démocratique des instances locales nous semble toutefois inexistant.  Le chef du parti populiste ayant refusé de considérer la suggestion de l’exécutif de la circonscription de présenter la candidature de Gilles Taillon (…) lors des élections partielles qui auront lieu le 12 mai prochain.  Moi qui croyait que c’est l’assemblée des membres d’un comté qui choisissait son député…

Et voilà qu’en fin de semaine, nous apprenions que la vice-présidente de l’ADQ, Mme Sylvie Tremblay, a claqué la porte du parti et recommande aux québécois de ne pas voter pour Mario Dumont, qui représente à ses yeux un parti qui « n’est pas du tout ce qu’il prétend être, me fait peur, concernant les droits des femmes et concernant son manque de démocratie ».  Suite aux interventions stratégiques du député Simon-Pierre Diamond lors du congrès de l’ADQ organisé l’automne dernier dernier et qui visaient à faire passer des résolutions approuvées par l’exécutif national, Mme Tremblay avoue qu’elle n’en pouvait plus «de se fermer la gueule, de les laisser aller et d’appuyer tout ce qu’ils présentaient peu importe son avis». 

Dans sa quête du pouvoir, Mario Dumont semble s’être dissocié de son principe le plus cher : celui de changer le fonctionnement des partis politiques et de redonner le pouvoir aux citoyens.  À en croire les derniers évènements, l’ADQ donne plutôt l’impression d’une organisation fragile, laissant toute la place aux aspirations de quelques carriéristes ayant trouvé leur nid dans une organisation qui accueille tout individu qui démontre un peu de potentiel en relations publiques.  La démocratie semble inexistante par moments si on se fie à l’importance des directives en provenance du bureau exécutif et à l’insignifiance de ses relations avec les associations de circonscriptions et finalement, les membres du parti.

Photo : Robert Saucier – Flickr

Publicités

8 Réponses to “Le vrai visage de l’ADQ”

  1. Avec le temps, l’ADQ nous montre son vraie visage.
    Un ti coup de volant à droite, un ti coup de volant à gauche, elle zigzag et va se rammasser dans le champ.

  2. De la bonne info bien ramassée! Merci Lutopium!

    Antipollution,

    « Un ti coup de volant à droite, un ti coup de volant à gauche, elle zigzag et va se rammasser dans le champ. »

    Hé hé! Trop bon ça!

  3. Excellent billet!

    Mais, il faudrait aussi parler du plus important. L’ADQ n’offre aucun espoir pour la réduction de la taille de l’État, comme prévu!

  4. lutopium said

    AntiPollution: je me demande parfois si les militants adéquistes qui forment les comités de circonscription savent ce qu’est la droite et la gauche! Je suis certain qu’il y a cependant plusieurs militants sérieux dans ce parti, des gens qui travaillent fort et qui croient en certains idéaux. Ce qui me semblait clair avec ces récents évènements c’est qu’il pourrait y avoir une certaine forme de crise interne. L’avenir nous le dira.

    Renart: merci!

    Anarcho-Pragmatiste: merci pour les bons mots… Effectivement, on s’aperçoit assez vite que les partis dits de droite ne semblent pas avoir de véritables ambitions pour réduire la taille de l’état. Toutefois, je crois qu’il est possible d’assainir les dépenses de l’état si on met en place des mécanismes de bonne gouvernance, des mesures disciplinaires extrêment sévères pour « punir » les fraudes et encadrer le travail des lobbies reliés au monde des affaires… Tu me connais, je suis pour un interventionnisme étatique au niveau des services aux citoyens mais je crois qu’on peut en améliorer la gestion facilement.

  5. Pur opportunisme et vide de contenu total. C’est presque drôle de le voir aller — sauf qu’ils sont l’Opposition officielle!

    Là, Girouette Dumont — oh que cette épithète colle bien! — essaie de récupérer le grabuge d’hier. http://www.cyberpresse.ca/article/20080422/CPACTUALITES/80422132/6488/CPACTUALITES

    Un retour au samedi de la matraque? Heureusement, les méthodes policières ont évolué. Je pense que le SPVM est assez intelligent pour ne pas bûcher à tort et à travers. Je suis d’accord pour qu’on contienne/déjoue les casseurs (quitte à faire des opérations de renseignement — serait-ce nos prétendus anarchistes qui remettent ça?), qu’on empêche les autos et les rassemblements près du Centre Bell, etc. (et pourquoi les voitures de police ont-elles été des proies si faciles?) mais pas pour qu’on varge à gauche et à droite sans distinction comme semble le souhaiter Maurice…. euh pardon Mario «Weathervane» Dumont.

  6. Manx said

    « Les policiers auraient dû baisser la visière et brandir la matraque, lundi soir, pour réprimer plus efficacement l’émeute provoquée par des casseurs au centre-ville de Montréal, selon le chef de l’opposition officielle, Mario Dumont. »

    Je comprends que la manif d’hier a été horrible, mais de là à réclamer l’usage de la matraque! On doit tapper sur les criminels qui brûlent des voitures si le besoin est de le faire, mais pas sur des manifestants au hasard. C’est pas si simple que ça.

    À mon avis, le problème a été que les policiers n’avaient pas prévu l’indiscipline des partisans du CH hier, et qu’ils n’ont pas recouru à des forces suffisantes pour supporter une foule qui s’éparpille partout dans le Centre-Ville. J’ai vu des suggestions de fermer un carré du centre-ville dans ce genre de cas, et je suis parfaitement d’accord avec ça. Les résultats d’hier ont montré ce qu’une foule avec un peu trop d’alcool peuvent faire après avoir vu une game de hockey.

    Pour l’article de Luto, ce que l’on voit dans ce genre d’actions, cette fois, ne tient pas de l’inexpérience de l’Action Démocratique du Québec. C’est, purement et simplement, des mensonges de la part du second de l’ADQ, un manque de communications, d’organisation et de transparence à l’intérieur du parti et avec les groupes de comté (comme le second groupe de comté de Verdun qui se formait au moment où le groupe de comté de Verdun existait déjà), ainsi que la formation d’une « élite politique » qui tente de diriger littéralement les plus petits pions, comme les députés et les non-membres du club sélect des Amis de Mario.

  7. lutopium said

    Merci Belette pour le lien, je n’étais pas encore au courant de la sortie de Dumont. Je ne le croyais pas… Et puis là, je l’ai vu au téléjournal. Il a carrément plagié Sarkozy … vous vous souvenez, les émeutes de 2005 dans les banlieues françaises?

    Manx: effectivement, la démocratie en prend pour son rhume… J’espère que les citoyens réaliseront que ce parti n’est pas mieux que les autres qu’il dénonce. J’aimerais bien mettre la main sur les « statuts et règlements » de l’ADQ…

  8. « La fragilité des bureaux de comté a été bien ressentie lorsque l’équipe de Gilles Taillon a divulgué des informations aux médias qui ont mis le numéro deux de l’ADQ dans l’embarras […] » Il est question ici d’un comité électoral plutôt, qui a enregistré à son insu un député.

    « […] Tel que rapporté par Radio-Canada le 7 avril dernier, « Armand Maltais, membre fondateur de l’ADQ et candidat du parti en 1994, est déçu du silence de Mario Dumont. Sa frustration est partagée par Gilles Plante, ex-organisateur en chef de Gilles Taillon, et Rémi Lacasse, ancien libéral justement séduit par l’ADQ en raison de l’intimité existant entre sa base et ses dirigeants.[…] » Vous auriez avantage à lire Michel Hébert sur son blogue, Hébert en Liberté, qui a fait une analyse déjà plus complète sur ce sujet.

    Vous avez mes coordonnées depuis un certain temps, n’hésitez pas à me rejoindre si vous cherchez à obtenir des réponses plus claires et proches des faits. Ce sera toujours pour moi un plaisir de vous les transmettre en toute transparence. À bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :